Connexion en tant que membre

Culture Ma vie en expatriation Vie d'expat

Lire en expatriation


femme_livreUne fois arrivée dans notre désormais chez nous, on déballe la « malle bouquin » et on aligne les ouvrages sur les étagères comme d’autres alignent leur argenterie, bûcher des vanités quand tu nous tiens !

 

 

Puisque nous n’avons plus à courir de famille en belle-famille, de copains en coquins nous avons maintenant le temps de lire. Comme il faut bien nourrir notre brillante vie sociale par autre chose que les gossips sur la communauté, nous savourons chaque ligne comme autant de bonbons acidulés. Sauf que même en faisant durer le plaisir, notre stock ne dure que le temps d’une saison trop courte.

 

Plutôt que d’errer dans un no man’s land intello, on va forer les ressources locales. Si notre niveau de langue en Swahili est un peu, bon pas très, enfin nul, on peut se retourner vers le centre culturel français qui à défaut d’avoir les dernières nouveautés du siècle possède vraisemblablement celles du siècle dernier. Ces mêmes auteurs qu’on vomissait quand ils étaient au programme de première et à qui on trouve maintenant charme et intérêt en s’avouant que ces Mickey, s’ils ont traversé les siècles, ce n’est pas pour des prunes.

 

On s’inscrit fissa à la bibliothèque tournante de la communauté où il y aura forcément à boire et à manger en même temps que les bouquins qui peuvent se révéler des perles. En plus on peut y gagner des copines comme celle qui balade sa Régicolor violette vers qui notre look de Drag Queen ne nous incite pas à aller et qui se révèle d’une finesse extrême et qui sortira un précis d’anthropologie qu’elle vous dédiera sans qu’on sache encore très bien où se situer dans l’échelle de son affection où dans son sujet d’étude, histoire vécue !

 

La famille lors de ses visites peut également se transformer en sherpas de l’édition et entre la plaque de chocolat à cuire et les magazines, glisser un ou deux titres pour nous.

Enfin comme on ne mégote pas on visite régulièrement les sites d’Amazon, de la Fnac et autres et comme ces gens là sont très gentils, ils confieront l’objet de vos convoitises aux postes locales.

 

Bonne lecture !

 

Femmexpat vous conseille de lire :

ADIFLOR : Association pour la Diffusion Internationale Francophone

Fêtez Mardi-gras !

 


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS FACEBOOK LIVE

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

Nos derniers articles !