Connexion en tant que membre

Carrières Expériences à l'étranger Ma vie en expatriation Vie pro

Mon activité nomade en expatriation : le portage salarial


AudedRJe vais fêter mes 10 ans de portage salarial ; c’est l’occasion de faire découvrir ce mode de travail un peu particulier.

Après cinq ans au Maroc, nous sommes rentrés en France en août 2004. J’avais toujours exercé une activité professionnelle durant notre expatriation : assistante de direction, puis professeure de communication. À notre retour, je n’avais pas envie de confier nos deux enfants en bas âge à une tierce personne pour aller travailler. La solution de me mettre à compte a vite éclos : j’allais proposer mes compétences en rédaction à des clients depuis notre domicile. Il ne me restait qu’à trouver le statut qui répondrait le mieux à notre mode de vie, c’est-à-dire à une succession de mutations.

En faisant des recherches, j’ai découvert la solution du portage salarial. Après plusieurs contacts avec différentes sociétés de portage, mon choix s’est arrêté sur Cape Services. Elle m’acceptait sans portefeuille de clients, elle n’exigeait pas un chiffre d’affaires minimum (pendant l’été, je ne travaille pas, donc il est à zéro). L’équipe à dimension humaine a su m’écouter et m’accompagner : décembre 2004, je signais mon contrat avec Cape Services et je réalisais ma première mission ! Une grande aventure allait commencer…

Concrètement, le fonctionnement est simple. Je démarche des entreprises, je fixe mes tarifs, puis je réalise la mission. Ensuite, je transmets à Cape Services un bon de facturation par mission reprenant les éléments de facturation : prix, nombre d’heures travaillées, nom du client, etc. La société de portage prépare puis envoie la facture à mon client. Le client effectue le règlement à Cape Services. À la fin du mois, Cape Services comptabilise les factures réglées par mes clients, puis « convertit » mon chiffre d’affaires en bulletin de salaire afin d’effectuer le virement de mon salaire sur mon compte bancaire en France. Cette organisation totalement électronique, grâce à Internet, m’a permis de travailler en France, en Éthiopie et maintenant au Cambodge.

À mon avis, les avantages sont plus nombreux que les inconvénients. La liberté arrive en tête de liste puisque je peux organiser mon temps de travail comme bon me semble. Ainsi, je préfère commencer la journée tôt le matin (à 5 heures en règle générale, à 3 heures pendant les périodes chargées) pour la finir à 16 heures au retour des enfants. Comme le client achète une prestation, et non un temps de travail, je ne facture pas d’heures supplémentaires, même si je fais des semaines de plus de 35 heures ! Ensuite, je suis en vacances du 1er juillet au 25 août pour profiter pleinement de la France avec les enfants. Pendant cette période de congés, aucun salaire ne tombe puisque je ne travaille pas, mais je n’ai aucune charge à payer non plus.

Les côtés négatifs sont moindres et ne me pèsent pas : pas de travail en équipe, pas de pause « café » avec des collègues. Une autre relation se crée avec d’autres confrères indépendants, et les réseaux sociaux sont une mine d’or. Ensuite, la société de portage prélève un pourcentage pour frais de traitement de toute la comptabilité. Le calcul est rapide : la comptabilité ne fait pas partie de mes compétences. Le temps passé à cette tâche me coûterait plus cher si je m’en occupais, car pendant ce temps je ne travaillerai pas pour un client. Au final, le porté ne perçoit en salaire que près de 45 % de la facture (HT) réglée par le client : il faut retirer toutes les charges salariales et patronales, les frais de gestion, etc.

En dix ans, j’ai étendu et légèrement modifié mon offre. J’ai suivi une formation par correspondance de correctrice afin d’élargir l’éventail de mes compétences : rédaction et correction. De plus, je travaille avec certains clients de manière plus pointue puisque je les conseille pour leurs écrits professionnels (orthographe, syntaxe, écrits plus performants, etc.)

En conclusion, la solution du portage salarial m’a permis de continuer à exercer une activité professionnelle, mais surtout à développer ma propre activité, que ce soit en France ou à l’étranger, tout en conciliant vie professionnelle et vie familiale. Je n’envisage pas de modifier mon statut dans les prochaines années, je reste fidèle à Cape Services ; les mutations professionnelles de mon conjoint ne sont pas encore finies…

Aude
Aude de Rouck

Rédactrice-correctrice

aude.de.rouck@gmail.com

+ 855 77 49 66 03 

----------------------------------------------------------------------------------------------------

CAPE Services : 20, rue Pierre-Mendès-France - 77200 Torcy

http://www.capeservices.fr/

--

FemmExpat vous conseille de lire :

Expatriation, boulot nomade et vacances : mon bureau est dans mon sac !

Pourquoi les jeunes s'expatrient-ils ?

11 astuces pour vous booster dans votre recherche d'activité professionnelle

L'expatriation m'a fait changer de métier : d'obstétricienne je suis devenue coach pour manager !

Julia Child, un modèle pour les femmes expatriées


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !