Connexion en tant que membre

Formation L'interculturel Ma vie en expatriation Vie pro Vie quotidienne

9 idées de coach pour apprendre une langue


apprendre une langueLa nouvelle est tombée : ce sera expat à Moscou ! Cela tombe bien, depuis le lycée, vous rêviez de vous mettre à la langue de Tolstoï. Avec vos cartons de bonne volonté, de courage et d'expat positive attitude vous voici partie en mode "j'apprends la langue du pays". Oui, mais… Quelles sont les bonnes étapes à suivre pour que l'apprentissage se fasse naturellement ? Le tour de la question avec nos expats coachs. Les conseils de Liesbeth, expat coach chez Expat Communication...

1. Se donner des objectifs réalistes

Le problème, c’est que nous sommes nombreux à avoir de très mauvais souvenirs d’apprentissage des langues. Oubliez le côté scolaire de la chose et mettez-vous des objectifs réalistes de communication. Sinon, le risque, c'est de se retrouver envahi et déçu. Chris Lascor, expat coach à Tbilissi, raconte : "je n'ai jamais réussi à apprendre le géorgien. Cette langue est tout à fait déconcertante. Quant à mon bureau : c'est un cimetière de super intentions d'idées géniale qui ne verront jamais le jour. Un Père Lachaise dans son genre dans lequel repose en paix l'apprentissage du géorgien".

✨Mon truc : procédez par étapes ! D’abord la communication « de survie » ensuite, la langue comme vecteur d’intégration…

2. Se débarrasser de ses peurs

Retenez cela une bonne fois pour toutes : vous n’êtes plus à l’école, ni à l’université. Il est donc primordial de changer d’état d’esprit. Une langue, pour vous maintenant, c’est quelque chose de pratique et plus du tout académique !

En face de vous, vous n’avez plus le prof de lycée, mais le marchand de légumes qui ne va pas vous juger. Le seul but c’est que vous rentrez avec des tomates et pas avec des courgettes. Le seul but ici c’est de se faire comprendre, de communiquer, pas d’écrire un roman littéraire. Il faut apprendre à lâcher son perfectionniste interne.

En expatriation, l’apprentissage de la langue sur le tas tient plus d’un besoin de survie. Sur les marchés, dans les magasins, lire et comprendre ce que le contenant renferme comme contenu, c’est la base. Vous ferez de l’apprentissage de lecture et vocabulaire global avec un souci approximatif du détail.

✨Mon truc : mettez-vous à la place de la personne qui vous écoute… elle ne veut pas vous corriger, encore moins vous juger, juste vous faire avancer.

3. "Nourrir" son cerveau

Ce qu’il y a bien dans l’apprentissage d’une langue c’est qu’il n’est nullement besoin d’avoir bac + 28 pour y arriver. C’est à la portée de tous si l’envie est là et si on y met l’investissement temps nécessaire. Cependant, la langue que vous apprenez ne vous tombera pas du ciel. Votre cerveau apprenant a besoin d’être nourri. Imaginez qu’il est votre machine, votre ordinateur. Pour cela, il lui faut des inputs, de la donnée… En d’autres termes : il lui faut de la matière pour comprendre comment cette nouvelle langue fonctionne afin de pouvoir produire un output. Passez donc en VO au maximum : films, livres, magazines, radio. Ce petit effort permettra de mettre en route votre machine à apprendre… Sans ça, inutile d’attendre l’éclair magique !

✨Mon truc : choisissez des contenus simples au début ! Si vous avez des enfants, prenez un livre pour enfants. Phrases courtes, tournures simples, mots de tous les jours ! Ou de la littérature facile, comme Harry Potter.

4. Rire de ses erreurs

Tout le monde en fait ! Mais ce qu’il y a de bien, c’est que plus elles sont grosses, plus elles sont drôles. Apprenez par cœur la phrase : « je suis en train d’apprendre le russe/anglais/allemand, je vous prie de bien vouloir m’excuser si je fais des erreurs ». Tout vous sera pardonné ensuite ! Notez d’ailleurs que ce sont vos erreurs qui vous permettront d’avancer et de découvrir les finesses culturelles de l’autre langue.

✨Mon truc : prenez tout cela à la légère et surtout avec humour !

5. Etre fière de ses avancées

Un dicton dit : ”A foreign accent is a sign of bravery !”. Parler, se lancer, sortir de sa zone de confort est un signe de courage.

Julia Mouftiez a raconté son parcours à FemmExpat en 2016 : en suivant son conjoint en Norvège, elle décide d’apprendre le norvégien. Elle se souvient : "Vous connaissez le principe de la zone de confort ? Vous savez, cet endroit où vous avez vos habitudes et où vous vous sentez si bien que vous n’avez pas du tout envie d’en sortir ? On va dire que cette zone est représentée par un cercle et qu’en dehors de ce cercle, il y a une zone dangereuse où votre cerveau et vos émotions vous hurlent de ne pas aller. Entre les deux, il y a une autre zone qui correspond aux prises de risque modérées.

Et bien une fois que vous vous êtes aventurée dans cette zone, le cercle s’élargit. Votre zone de confiance s’agrandit. Vous savez pourquoi ? Parce qu’une fois le premier pas franchi, le risque modéré que vous avez pris devient une expérience qui n’a donc plus rien d’effrayant." Pour les langues, c'est pareil. Le courage vient petit à petit.

✨Mon truc : à la fin de chaque journée, plutôt que d’ouvrir un carnet de vocabulaire dont vous ne retiendrez rien, faites le compte de ce qui a marché pour vous dans cette nouvelle langue. Félicitez-vous !

6. Ne pas surestimer le niveau des autres

Beaucoup d’expatriés ou d’habitants de villes internationales comme Bruxelles en témoignent : dans les milieux expatriés le niveau d’anglais n’est pas aussi haut qu’on ne le pense. Dans un groupe d’expatriés, tout le monde arrive avec ses faiblesses. Une Norvégienne native ne parle pas forcément mieux anglais que vous petite Française. Le savoir, c’est aussi se détendre un peu.

✨Mon truc : les groupes d’expatriés qui ne parlent pas votre langue sont un très bon milieu pour évoluer dans une langue qui n’est pas la vôtre. Mon truc en plus : en version cocktail c’est parfois plus simple, la petite coupe de champagne vous détendra sans doute !

7. Organiser des Tandem cafés

Le tandem avec une autre amie expat est une bonne solution : on prend un café, pendant 30 minutes on parle sa langue et les 30 minutes suivantes on parle la langue de l’autre.

8. Adopter une posture humble

Parler, parler, écouter un peu, et reparler avec beaucoup d’humilité mais autant de conviction. Peu importe votre niveau, l’effort est louable et sera salué comme tel. On connaît toutes la frustration des débuts qui ne permet pas de laisser notre « moi profond » s’exprimer mais peu à peu la confiance aidant vous y arriverez. Quand vous avez peur de faire des erreurs, n’est-ce pas votre égo qui parle ?   

✨Mon truc : WhatsApp comprend de nombreux avantages ! On s’y exprime rapidement, dans un langage parlé, mais que l’on écrit. Cela vous laisse le temps de travailler un peu vos tournures si vous avez un peu peur. Et puis… sur WhatsApp, pas d’accent qui vous empêche de comprendre l’autre !

9. Profiter !

Outre que l’apprentissage stimule l’esprit, et ce n’est pas une de ses moindres qualités, il vous permet d’apprécier la culture et ses méandres. La langue véhicule à la fois la civilisation, l’histoire et la pensée. Apprendre la langue c’est goûter aux délices de comprendre et se faire comprendre. Comprendre la culture du pays, les rites qui la conditionnent, les subtilités de la civilisation, quel plaisir ! Et quelle fierté d'y arriver !

Liesbeth Huysmans

En tant qu'expatriée expérimentée et coach certifiée et diplômée Erickson Solution Focused Coaching (niveau compétence PCC), Liesbeth encourage les expatriés et leurs conjoints, en les aidant à se reconnecter avec eux-mêmes pendant les périodes turbulentes d’une expatriation, afin de trouver la clarté et la confiance nécessaires pour s'épanouir dans leur vie professionnelle et personnelle.  

Si cela vous paraît plus facile à dire qu’à faire, n’hésitez pas à vous faire accompagner par un coach spécialisé qui saura vous écouter et vous accompagner en toute bienveillance dans cette période délicate de transition 👇

Expat Coaching Seance découverte gratuite

Femmexpat vous conseille de lire :

5 podcasts gratuits pour améliorer votre anglais

Ce qui m'a surprise en expat', c'est...

Aborder une nouvelle culture

Le syndrome Jean-Claude Van Damme – Par Miss Texas

bouton Abonnement NL FXP- 350x150


ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Évènements à venir

Femmexpat Conférences en ligne