Connexion en tant que membre

Actualités Ma vie en expatriation

Des mesures contre les violences sexistes et sexuelles


Des mesures contre les violences sexistes et sexuellesDepuis un peu plus d’un an, le harcèlement sexuel fait la Une des médias avec les hashtags #balancetonporc et #metoo. Ce mercredi 21 mars, la secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, a présenté les principales mesures de son projet de loi de contre les violences sexistes et sexuelles.

 

Les points phares :
  • Verbaliser le harcèlement de rue

C’est un point qui fait débat. Pas tant sur le fond que sur l’efficacité d’une telle mesure. En effet, la verbalisation du harcèlement de rue nécessite une situation de flagrant délit. Or beaucoup s’insurgent contre le fait que le harcèlement intervient alors qu’il n’y a pas de policiers dans les parages.

Mais pour la ministre, il s’agit aussi de faire passer un message fort. Après tout, il n’y a pas de policiers derrière chaque panneau stop. Pourtant, nous les respectons.

 

  • Allonger le délai de prescription pour les viols sur mineurs

Actuellement, le délai de prescription des crimes sexuels commis à l'encontre des personnes mineures est établi à 20 ans après la majorité. Le projet de loi contre les violences sexistes et sexuelles propose de l'allonger à 30 ans.

Il s’agit notamment de laisser le temps aux personnes frappées d’amnésie traumatique de se tourner vers la justice.

 

  • Fixer l’âge du consentement mutuel à 15 ans

Le texte prévoit de fixer à 15 ans l’âge en dessous duquel un mineur ne pourra être considéré comme consentant à une relation sexuelle avec un majeur.

 

Des mesures qui font débat

Chez les féministes, Malène Schiappa est accusée de sacrifier trop d’aspects de la lutte contre les violences faites aux femmes. Mais un sondage Ifop pour viehealthy.com montre qu’une majorité de Français est favorable à ce projet de loi.

 

Et ailleurs dans le monde ?

Chez FemmExpat, bien sûr, nous suivons de près ces évolutions importantes de la société. D’autant que nous connaissons le harcèlement sexuel et les remarques sexistes pour en avoir toutes plus au moins fait l’expérience.

Mais finalement, ce qui nous intéresserait, ce serait d’avoir une vision plus mondiale de ces comportements. Car, en tant que femmes expatriées, nous avons parfois aussi à faire face à des attitudes qui sont pour nous du harcèlement. Pourtant elles sont jugées comme un état de fait culturel dans certains de nos pays d’accueil.

 

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Voyez-vous des changements dans vos quotidiens d’expatriées depuis que la vague du #metoo a déferlé ?

N'hésitez pas à laisser un commentaire sur cet article. Pour cela, rien de plus simple, créez-vous un profil ici. C'est gratuit !

 

Mars 2018

 

Maïté Mougin - Responsable éditoriale FemmexpatMaïté Mougin est la responsable éditoriale de FemmExpat. Elle a vécu dix ans en expatriation (Portugal, Turquie et Roumanie). Elle est rentrée en France en 2014.

 

Vous aussi, vous voulez témoigner de votre expatriation sur FemmExpat ? Ecrivez-lui :

maite.mougin@femmexpat.com

 

 

FemmExpat vous recommande de lire aussi :

De la vulnérabilité des femmes expatriées (3) : les violences conjugales subies à l’étranger

La femme expat, la power girl de la résilience


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !