Connexion en tant que membre

Le Couple Ma vie en expatriation Psycho

L’argent dans le couple en expatriation. Quand on ne gagne plus sa vie…


couple et argent

Lors du départ pour la première expatriation, nous faisons face à de nombreux challenges. L’un deux, et non des moindres, est de savoir comment gérer dans le couple sa relation à l’argent quand on a perdu ses revenus. L’argent dans le couple en expatriation, le sujet tabou…

 

Au temps de notre indépendance financière

Pour beaucoup d’entre nous, avant de partir en expatriation et de devenir le conjoint « qui suit », nous avons travaillé et gagné notre vie. Parfois bien. Nous avions donc notre autonomie financière. Envie de craquer pour la dernière montre de running ? Ou pour un beau sac ? Pas de problème. Nous faisions le point avec nous-même et nous décidions d’acheter, ou non.

Alors, était-ce raisonnable ? Peu importe. Nous avions pris notre décision. Surtout, nous n’avions aucun compte à rendre. Le soir, nous rentrions à la maison. « Regarde chéri (e), ce que j’ai acheté ! ». Et nous attendions à peine un commentaire de notre conjoint, qui était simplement content pour nous.

 

Maintenant en expatriation, c’est différent

Maintenant, on ne travaille plus.  Et nous n’avons plus nos propres revenus. Dorénavant, il n’y a plus qu’un seul salaire pour le couple. Bien sûr, avant le départ, nous avions eu un échange ouvert et clair avec notre conjoint sur la manière dont, désormais, son revenu devenait celui de la famille. Et donc… le nôtre aussi !

Mais, les premiers mois de l’expatriation, ce n’est pas si facile à accepter !

 

Entre dépenses utiles et dépenses perso…

Quand nous dépensons pour la maison ou les enfants, là, c’est utile. C’est pour la famille. Ça fait partie du « deal ». Mais un jour, nous tombons face-à-face avec cette fameuse montre de running ultra-performante ou ce sac-à-main au cuir si velouté…

Et là, un flot de questions émerge.

« Est-ce raisonnable ? En ai-je vraiment besoin ? Est-ce que mon conjoint va être d’accord ? Dois-je l’acheter avec elle/lui, pour qu’il donne son avis ? Dois-je lui demander avant de l’acheter ? Jusqu’à quel montant puis-je dépenser sans lui demander ? Ai-je le droit de dépenser cet argent que je ne considère pas toujours comme le mien, pour quelque chose qui est uniquement pour moi ? Et si… il/elle n’approuvait pas cette dépense ? »

La vraie question, sous-jacente à toutes les autres est :

« Dois-je lui demander la permission pour dépenser pour moi-même ? »

 

Faire le point ensemble

En général, après quelques semaines ou mois qui suit  l’installation en expatriation, la discussion refait surface avec notre conjoint. Dans certains cas, celle/celui-ci nous reconfirme ce qui avait déjà été dit.  Nous sommes partis en famille, son salaire est pour le foyer. Nous n’avons donc pas besoin de lui demander quoi que ce soit.

Dans d’autres cas, surpris par le montant de la dépense, elle/il nous demande de lui en parler avant.

 

Période d’ajustement

Cette perte d’autonomie financière en expatriation n’est pas anodine. Et la période d’ajustement demande du dialogue avec son conjoint. Il est important aussi de partager son ressenti avec l’autre. Car très souvent, il/elle ne s’imagine pas à quel point il est difficile de ne plus avoir nos propres revenus. Et parfois, nous pouvons nous mettre une pression considérable, notamment avant de nous décider à acheter, ou non, cette paire de chaussures en solde dont nous avons besoin !

 

Faisons-nous confiance !

Nous savons, au fond de nous, que nous n’allons pas mettre en danger la situation financière de la famille. Alors, peut-être est-ce à nous de nous faire confiance. Et de nous accorder notre propre permission !

 

Lucie Caron Bellanger


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !