Connexion en tant que membre

Les Enfants Vie familiale & sociale

Les Adolescents et le départ en expatriation


Adolescence et pré-adolescence un âge difficile pour l'expatriation

L’enfant de 9/13 ans entre dans les eaux mouvementées de la préadolescence. La construction de sa personnalité est un peu chancelante, ses humeurs alternatives préfigurent déjà l’ado skatteur à casquette ou la midinette qui passera autant d’heures à se bichonner dans la salle de bain que le sportif de haut niveau à s’entraîner ! A manier avec prudence.

frères

 

Nathaniel 13 ans en partance pour Rome.

« Si je suis content ? Est ce que j’ai le choix ? Moi je bossais pour être dans la même classe avec mes copains l’année prochaine, alors bon maintenant j’ai plus trop de motivation. Et y a un truc trop relou, mon frère et ma sœur, ils restent en France, alors ça me plaît pas trop d’être seul avec mes parents. Tu vois un peu les dîners ça va être la misère ! (texte original). »

 

Boris 13 ans Canada
« On part pour le boulot de ma mère déjà que je voyais pas souvent mon père, ça va devenir compliqué. Y a un truc bien : on peut faire du ski le soir après les cours, ça c’est vraiment cool. On m’a dit que le lycée c’était plus sympa, moins de cours et des options comme menuiserie. C’est plutôt mieux qu’en France même si tout est en anglais »

 

Matilda 11 ans

« Dans le pays où on va, les filles se couvrent les cheveux et les bras et maman n’a pas le droit de conduire. Quand je les entends (les parents) la vie à l’air compliquée, ça me pose des questions. »

 

 

Viennent ensuite les années Aristote/Supradyne/bouillonnements hormonaux, là tout se complique. L’annonce est au mieux suivie d’un silence sépulcral, voire l’égarement de leur cerveau tout neuf... C’est que, pour les parents, l’annonce d’une future expatriation, faîte aux 14 ans et plus, s’apparente souvent à un transport de nitroglycérine....

Thibault 15 ans
« Quelques fois, je me demande si mes parents savent bien ce qu’ils font ?!?! Ils me disent que j’ai du plomb dans la cervelle, mais là, j’ai du diesel dans les guibolles à l’idée de tout recommencer encore. Je dis pas, l’expatriation c’est bien, mais il y a un moment, faut se calmer ! »

 

Camille 16 ans

« Dans l’absolu, c’est bien. Il y a des destinations pires que New York, mais à 16 ans, c’est pas toujours facile de se faire des amis. Pour l’instant, on négocie. Okey une année là-bas et si ça se passe pas terrible, je reviens vivre en co-loc avec ma sœur à Bordeaux, si c’est bien, je reste. Pour mes frères (12 et 14 ans) quand les parents leur ont dit qu’on repartait après la Côte d’Ivoire, on aurait dit deux têtes d’affiche d’un scénar catastrophe ! Faut pas non plus exagérer. »

 

La sœur de Camille en profite pour s’inviter dans la conversation : « tu vas parler de l’annonce du départ et de ceux qui restent ? »

Je voulais juste dire que l’on peut se sentir un peu débarqué de la famille. Tout le monde s’intéresse à ceux qui partent mais pour nous, on appelle ça « prendre son indépendance ». Oui, sauf que, quand tes parents habitent Paris et que tu vas à Lyon okey . Quand toute la famille part à Tokyo et toi tu « rentres » à Bordeaux à 17 ans sans jamais avoir habité en France, je vais te dire ça fait juste drôle.

 

Si c’est effectivement le cas, bonne fille, on prêtera une attention particulière à ceux et celles qui se seraient bien vu jouer un remake de « Tanguy ».

 

Donc on l’aura compris : entre le « c’est comme ça et tant pis » et les vingt cinq séances chez le pédo thérapeute pour amortir un éventuel choc, le moyen terme existe. Les interrogations des petits trouveront écho chez les plus grands, la formulation juste un peu différente.

Un peu de temps avec chacun, pour déminer le terrain et même si vous avez des doutes sur les talents psychologiques de votre conjoint, il se trouve être, aussi bizarre que ça puisse paraître, leur père. Il doit trouver un moment pour, lui aussi, expliquer, écouter ses poussins. Chacun son rôle et les moutons seront bien encadrés pour leur transhumance !

 

A lire avant, pendant toute expatriation : L'enfant expatrié d'Adélaïde Russel et Gaëlle Goutain

 

Femmexpat vous conseille de lire :

L’annonce faite à Marie, Pompom, Pomponnette ... et les autres.

LA DROLE DE VIE DES ENFANTS EXPATRIES

Nos enfants sont-ils des aliens?


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !