Connexion en tant que membre

Algérie Culture Expat de la semaine Ma vie en expatriation Témoignages

Comment m’est venue l’idée d’écrire un livre ?


Comment m’est venue l’idée d’écrire un livre ?Comment m’est venue l’idée d’écrire un livre ? C'est la question à laquelle répond Janet, autrice du blog Janet au pays des figues. Elle y raconte en mots en images sa vie en Algérie. Au fil des mots, l'envie d'écrire un livre a vue le jour. Une expérience que vous partagez peut-être ?

 

Le jour où j’ai quitté la France, j’avais presque 1/3 de siècle, un mari, quatre enfants, et un bon grain de folie !

L’Algérie, qui allait devenir mon pays d’émigration (après 18 ans, on ne parle sûrement plus d’expatriation !) m’était alors totalement inconnue. Ou plus exactement, tout ce que j’en connaissais se trouvait quasiment réuni en une seule et même personne : mon mari, algérien et kabyle.

Aujourd’hui, les choses ont bien changé. J’ai passé en Algérie 18 années de ma vie. J’y ai élevé mes quatre premiers enfants, et j’y ai même accouché du cinquième !

J’ai appris à aimer le piment plus que la crème fraîche (pour une Normande, ce n’était pas gagné d’avance), à dire « bonjour, au revoir et merci » en kabyle (ou presque), et à réciter les tables de multiplication en arabe (fallait bien montrer l’exemple aux enfants !).

J’ai eu droit à quelques petits allers-retours plus ou moins fréquents selon les années, entre un enthousiasme débordant  pour mon beau pays d’accueil et une nostalgie grisonnante pour ma toute aussi belle Normandie…

Comme bon nombre d’expatriés catapultés à 1000 km/h dans un nouveau monde, j’ai d’abord eu parfois souvent des moments de crispation et d’incompréhension devant les nouveaux repères qui s’imposaient à moi. Puis j’ai appris la souplesse face à mes certitudes. Doucement, je me suis adaptée ; avec le temps j’ai trouvé ma place.

 

Et finalement, l’Algérie est devenue mon pays.

Aujourd’hui, lorsque je me retourne et que je regarde en arrière, je ressens une certaine fierté et un amusement satisfait à voir le chemin parcouru. Certes, j’ai perdu un peu de ma langue française sans parvenir à parler la langue kabyle. Mais j’ai trouvé le moyen de prendre l’accent kabyle (à ce qu’il paraît) !

J’aime mon nouveau pays, j’aime les gens d’ici, leur simplicité et leur générosité.  J’aime les montagnes. Et les beaux paysages kabyles. J’aime cueillir les olives en hiver et entendre les cigales en été. J’aime sentir l’odeur de la fleur d’oranger dans les gâteaux et celle du ras-el-hanout dans les couscous…

Janet au pays des figues
Janet au pays des figues - L'oued et son modeste filet d'eau

 

Mais est-ce donc une raison pour en faire toute une histoire et… tout un livre ???

C’est que, voyez-vous, après avoir pris cette agréable habitude de partager ma vie d’expatriée en Algérie sur mon blog, il m’arriva un beau matin que d’autres mots s’imposent à moi. Ces mots-là ne parlaient plus d’Algérie, mais de ma France, de mon enfance. Et j’avais alors l’impression qu’une bobine de fil se dévidait tout doucement. Je tirais la première fois innocemment sur le fil, et voilà que le reste venait tout seul. Comment donc y résister ???

 

Oh, bien sûr, écrire un livre, ce n’est pas comme écrire un blog !

Il faut tellement de persévérance et de labeur que je ne peux savoir encore jusqu’où cela me mènera. Les quelques chapitres écrits m’ont déjà demandé beaucoup d’énergie. Mais la sérénité ressentie pour quelques mots écrits ou quelques phrases terminées me donnent terriblement envie de continuer !

Et pour avoir encore plus de courage à poursuivre, j’ai choisi de partager l’évolution de ce projet sur mon blog. Quoi de mieux que de pouvoir partager au jour le jour mes aventures d’apprentie écrivaine avec celles et ceux qui me connaissent déjà, ou qui auront envie d’apprendre à me connaître ?

Dès aujourd’hui, les deux premiers chapitres de cet « éventuel futur livre », comme je me plais à le dire (histoire de ne pas me mettre la pression !), sont visibles sur mon blog à cette adresse : http://janet-au-pays-des-figues.e-monsite.com/blog/le-livre-de-janet/premisses.html.

Je ne peux dire encore à quel rythme les autres chapitres arriveront, ni si je les publierai tous sur mon blog. Mais j’espère avoir un jour la satisfaction d’être allée au bout de ce rêve…

Janet

 

FemmExpat vous recommande de lire aussi :

Quel genre de livre écrire en expatriation ?

Parents expats, des enfants TCK pour la vie !

Aborder une nouvelle culture


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS FACEBOOK LIVE

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

Nos derniers articles !