Connexion en tant que membre

Culture L'interculturel Ma vie en expatriation

Tatouages, l’expat dans la peau ? Ou pas…


Nadège et Stéphanie sont expatriées à des endroits opposés du globe. En effet, Nadège est en Argentine alors que Stéphanie est aux Philippines. Grâce à leurs témoignages, FemmExpat aborde aujourd’hui un sujet peu traité sur l’expatriation, le tatouage !

Le tatouage, un art ancestral

Et oui, dans certains de vos pays d’expatriation le tatouage est plus qu’un art, il fait partie de la culture et de l’histoire de locale. C’est le cas aux Philippines, où la tradition du tatouage est millénaire. On y trouve d’ailleurs la plus vielle tatoueuse au monde ! Et c'est dans ce pays, où elle vit depuis six ans, que Stéphanie a fait faire son deuxième tatouage. Pour recouvrir le premier, une colombe qu’elle avait faite à 18 ans. Elle l’a recouverte avec l’arbre de vie de Klimt.

Aux Philippines, beaucoup de locaux sont tatoués. La jeunesse philippine est très tatouée dans les grandes villes. Beaucoup moins dans les campagnes. Ls expats aussi se font tatouer. D’ailleurs, Stéphanie a beaucoup de tatoués dans son entourage. Cependant, rares sont ceux qui font faire leur premier tatouage en expat. C’est souvent une évolution d'un premier, plus ancien.

Tatouages éphémères, pour changer quand on veut

Nadège, quant à elle, préfère les tatouages éphémères. Elle est attirée par les tatouages. Mais n’a jamais réussi à trouver un motif qu’elle pourrait garder à vie. D’où la solution des tatouages éphémères qu’elle fait venir de Nouvelle-Zélande. Il faut dire que Nadège est franco-néo-zélandaise, où la tradition des tatouages Maori est très vivante.

Un symbole

En 20 ans Nadège a vécu en Russie, Nouvelle-Zélande, Tchéquie, Hongrie, Italie, Indonésie et en Chine. Aujourd’hui elle est à Buenos Aires. Elle a eu le temps de revenir sur l’idée première de rébellion associée au tatouage. Grâce à tous ses voyages, et de par ses origines néo-zélandaises, elle a découvert que dans la plupart des pays avec une culture du tatouage, ce dernier est signe d’appartenance à une tribu, à une caste ou à un niveau social. Un signe de maturité, de passage à l’âge adulte. Le tatouage est alors souvent un rituel.

Ou un embellissement

Quant aux sociétés non porteuses de la culture du tatouage, elles ont fait évoluer les tatouages en art décoratif du corps sans signification particulière. C’est d’ailleurs le cas en Argentine, où le tatouage est un gros marché. La plupart des hommes et des femmes, indifféremment de leur niveau social, sont tatoués.

Les stars du tatouage

Cela peut aller du petit tatouage sur l’épaule, au gros tatouage dans le dos, le bras ou la jambe. Et il ne faut pas négliger l’impact des stars du football, qui sont tous tatoués, de Maradona à Messi ! Or l’Argentine est un pays fan de foot…

Pour Nadège avec ses tatouages éphémères, comme pour Stéphanie avec ses tatouages encrés dans la peau, le tatouage est avant tout une embellissement d’une partie de son corps. Les tatoueurs sont des artistes. Et Stéphanie nous explique d’ailleurs comment il est important de s’informer par bouche à oreille afin de trouver les bonnes adresses. Le tatouage a ses stars !

L'art de se dévoiler

En Argentine, Nadège témoigne de la façon dont cet art se montre et se dévoile. A la salle de sport notamment où certaines femmes sont tatouées sur presque la totalité de leurs corps. Et lorsque Nadège porte un pull parce qu’il fait froid, certains restent en tee-shirt à manches courtes, histoire d’exhiber le ou les tatouages. « Le tatouage aurait-il le pouvoir de tenir chaud ? » se demande Nadège, amusée.

Des motifs sans frontières

Pour les motifs, tout est possible. Et finalement, sur ce point, les témoignages de Nadège et de Stéphanie se rejoignent, donnant au tatouage un caractère très international, un peu éloigné du caractère local originel. Ailes d’anges, têtes de Jésus et de la Vierge, têtes de mort, fleurs, tatouage de style polynésien (en Argentine aussi), japonais, asiatique, avec des calligraphies… Le champ des possibles est sans limites et sans frontières.

Et l'expat dans tout ça ?

Finalement, quel que soit votre pays d’expat, rien ne dit qu’il aura vraiment de l’influence sur votre décision de vous tatouer. C’est un art qu’on aime, ou qu’on n’aime pas, indépendamment de son pays d’accueil !

Un grand merci à Nadège et Stéphanie pour leurs témoignages sur ce sujet 😊

Maïté Mougin


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS FACEBOOK LIVE

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

Nos derniers articles !