Connexion en tant que membre

Culture Le Couple Témoignages

Florence : un roman pour surmonter le blues de la quarantaine en expatriation


QuarantaineBluesUneEnfant expatriée, j'ai rencontré mon conjoint (français) en Allemagne, où je m'étais installée suite à une nouvelle affectation professionnelle, comme lui. Nous avons toujours voulu partir à l'étranger et depuis cinq ans maintenant, nous sommes expatriés au USA. L'expat, la volonté de découverte de ce monde si vaste et si fascinant, l'appel du grand large, je porte cela en moi depuis toujours, et j'aime mon pays la France comme on aime un port : un point d'ancrage pour un bateau voyageur entre deux expéditions.
 
Ecrire est une seconde nature, depuis l'adolescence, j'ai noirci des centaines de carnets de mes notes, observations, bouts de textes, poèmes, réflexions ou simplement des mots qui me semblaient porteurs d'une part de rêve, de possibles, de sagesse ou d'un peu d'enchantement. 
D'ailleurs à 14 ans, j'avais décidé d'être écrivain et dramaturge. 
Cela a pris néanmoins un peu plus de deux décades et demie pour oser entrer dans mon identité d'écrivain. Juste avant et pendant une période de crise personnelle déroutante.
 
L'idée de "Quarantaine Blues" est née d'une simple interrogation, alors que je m'adaptais à la conduite à l'américaine, avec mon "tank" de 7 places, quelques jours après mon arrivée à Houston :  Que se passerait-il si je venais à sombrer dans le coma, suite à un accident de voiture sur ces autoroutes monstrueuses au trafic intense, avec un mari en déplacement et trois jeunes enfants, résidente avec ma famille, ici, à l'étranger ? Aurais-je construit à ce moment tout ce que je voulais construire, personnellement, familialement, professionnellement? Serais-je épanouie? 
 
Ces angoisses, couplées au jet-lag ont consumé mes nuits. Un techno-thriller co-écrit avec mon mari l'année précédente m'avait fait renouer avec mon vieux rêve de devenir cet écrivain qui sommeillait en moi. J'avais pris la décision d'écrire, je ne savais pas encore quoi exactement. Je laissais l'inspiration me guider et produisais des poèmes, des textes libres, des "short stories" et uen liste de synopsis...
Et un jour, j'entrais dans la dernière année de ma décade trentenaire. Panique à bord à l'idée d'avoir 40 ans. Le chiffre me terrifiait, comme un glas sur mes rêves enfouis dans une vie de famille en expat, un conjoint dont il faut soutenir la carrière, des enfants à accompagner dans cette nouvelle implantation, un réseau social à reconstruire et solidifier, et mes aspirations désertées. Active et dynamique par nature et par choix, il a fallu trouver une source d'épanouissement personnel autre, au milieu de ce vide qui grandissait en moi, malgré la joie d'avoir fondé une famille.
 
Je ne comprenais pas grand chose à ce drôle d'état de doute, si ce n'est cette question lancinante qui revenait toujours : "Quel est mon "true calling", quelle est ma contribution, ma place dans ce monde ? Quel sera mon legs à mes enfants ? Pourquoi ce mal-être et cette peur irrationnelle d'avoir 40 ans ? Pourquoi cette impression de vide en moi ? "
 
Je suis très fière de cet opus qui fut tour à tour exaltant et difficile à écrire, qui reflète non seulement certaines de mes interrogations, mais aussi les questionnements ou situations particulières rencontrées par d'autres personnes et que j'ai observées (les situations plutôt que les personnes). Et pour ça aussi, les forums de discussions et les voyages, c'est bien utile. 
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
J'ai discuté avec des amies de ce qu'est la vocation et des rêves que l'on peut avoir en soi. L'histoire de Vivienne ou d'Alastair n'est pas la mienne, c'est celle de toute personne en chemin vers elle-même. Je partage certains questionnements avec mes personnages, mais leur parcours leur appartient. 
 
J'ai observé et analysé, cherché, comme ces autres si différents et si semblables, des réponses à mes questions. D'autres vivaient cela aussi, mais sans oser le dire
Car oui, c'est irrationnel et on a beau se raisonner, l'angoisse subsiste. Cela semble un peu ridicule. Cependant, c'est un état documenté et dont on commence à parler plus ouvertement. La crise de milieu de vie. Voilà son nom.
 
Ecrire et romancer tout cela m'ai aidée et m'a soulagée et pacifiée sur bien des plans pour accepter l'inéluctable marche du temps et trouver la voie de l'accomplissement personnel. Ce livre a été une aventure personnelle, spirituelle de "empowerment" extraordinaire par sa conception, le travail d'expurgation des doutes et des questions existentielles qu'il a fallu faire. 
 
Mais je sais que ce livre n'est pas le mien, il ne reflète pas ma vie, il est celui de toute personne cherchant une réponse à sa propre identité au sein d'une expat, celui de toute personne qui doute et veut être sûre de ne pas passer à côté de sa vie, de sa contruction personnelle. 
 
Les questions et les angoisses qui furent les miennes sont universelles. 
 
QuarantaineBluesFlo 2Par Florence.

Florence Valérie Fox est un auteur primé (David Burland International Poetry Prizes 2013 et 2014) qui écrit en français et en anglais. « The Balding Club et other shorts stories » est paru en décembre 2013. Un recueil de poésie et un techno-thriller vont paraître prochainement. Elle vit à Houston, Texas et publie des articles sur le cinéma, les séries TV et les événements culturels dans différents magazines.

« Quarantaine Blues » de Florence Valérie Fox est en vente sur Amazon.com

--

FemmExpat vous recommande les articles suivants :

- Les mystères de l'expatriation

- Le blues de novembre des expatriés

- Le blues de l'expatriation

- Sélection lecture été 2015, vos coups de cœur (premium)


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !