Connexion en tant que membre

Bien-être Ma vie en expatriation Psycho

Le blues de novembre des expatriés


Le blues de novembre des expatriésVous êtes expatrié(e) et vous appréhendez la période hivernale qui arrive. Vous sentez que le froid s’installe, que les jours deviennent gris et moroses. Votre humeur et votre bien être déclinent, vous êtes irritable, fatigué(e), isolé(e), attristé(e)… Cet article va vous remonter le moral !

Non, vous n’êtes pas seul(e)

Tout d’abord, sachez que vous n’êtes pas seul(e). Le blues de novembre est fréquent. Lorsqu’il est sévère, les médecins et psychologues parlent même de Dépression Saisonnière ou Seasonal Affective Disorder en anglais.

La situation d’expatriation peut être un facteur de fragilité, vous rendant plus sujet au blues de novembre. En effet, vous êtes dans un pays étranger dont vous ne maitrisez pas forcément la langue ou pas nécessairement autant que vous le souhaitez. Vous avez peut-être dû quitter votre emploi et/ou vos passe-temps habituels afin de suivre votre partenaire et vous avez besoin de vous trouver de nouveaux objectifs personnels. Enfin, vous avez peut-être besoin de retrouver des repères dans votre nouvelle ville en ce qui concerne votre logement, les transports, les courses, l’éducation des enfants, le système de santé, etc…

La rentrée est une période chargée que l’on soit célibataire ou en famille. Nous n’avons que peu de temps pour se poser de questions. Le travail reprend après une période d’été souvent plus ralentie. Les enfants rentrent à l’école et l’on doit organiser les courses de rentrée, les trajets, les activités extra scolaires… La vie sociale commence pour les nouveaux arrivants et reprend pour les « anciens » : sorties, diners entre amis afin de se retrouver après les vacances des uns et des autres.

Mais Novembre est une toute autre affaire. La vie quotidienne a eu le temps de s’organiser, les journées se sont raccourcies, les valises sont bien rangées et les manteaux sont, eux, sortis des placards pour de bon.

Le blues de novembre : Qu’est ce que c’est ?

 Les personnes concernées par le « blues hivernal » ressentent une perte de tonus générale malgré le fait qu’elles mangent et dorment souvent plus que d’habitude. Elles se sentent démotivées, fatiguées et connaissent des mouvements d’humeur oscillant entre une tristesse diffuse et une certaine morosité. Les symptômes se déclarent en général entre octobre et avril. Les expatriés peuvent également éprouver le mal du pays durant cette période.

 On estime aujourd’hui qu’une personne sur deux éprouve une chute d’humeur en automne et en hiver selon santé médecine.net. Cela touche majoritairement les femmes.

Comment expliquer le blues hivernal ?

 Vous vous demandez sans doute pourquoi chaque année ça recommence ?

 La déprime de Novembre est en partie due au manque de soleil. En effet, les jours raccourcissent ainsi que le temps d’ensoleillement. Et, en Grande-Bretagne, nous ne sommes pas épargnés !

 La principale cause est biologique. Le blues hivernal est lié à l’équilibre de votre horloge biologique. Celle-ci est régulée par deux molécules: la mélatonine (hormone sécrétée pendant la nuit) et la sérotonine (hormone sécrétée pendant la journée). L’équilibre de ces deux hormones est à l’origine de vos états veille/sommeil. Or, leurs sécrétions dépendent de notre exposition à la lumière solaire et connaissent des variations très importantes durant l’hiver. Et c’est ce déséquilibre qui est à l’origine de votre chute de moral.

Comment lutter contre le blues de novembre ?

 Voilà quelques conseils qui vous aideront à garder dans votre cœur le soleil que nous n’avons pas dehors !

 - Bénéficiez du soutien de votre entourage

Avant tout, il est très important que vous vous sentiez soutenu(e)s par votre entourage. Ne gardez pas votre malaise pour vous, partagez vos états d’âmes avec votre famille/conjoint(e) ou vos amis proches. Ils comprendront ainsi votre attitude, votre morosité et pourront trouver les mots pour vous remonter le moral. Le seul fait d’en parler, d’extérioriser ses soucis, aide à prendre du recul et relativiser.

- Ayez de bons réflexes quotidiens.

Faites, tous les jours, des actions simples et efficaces qui vous feront du bien !

Il est important que vous vous exposiez le plus possible à la lumière naturelle. Attention à ne pas vous enfermer sous prétexte que les températures baissent. Sortez et profitez de chaque rayon de soleil.

Restez actif. Il est important de se lever le matin à heure fixe, même si vous n’avez pas d’activité professionnelle, et de se donner un objectif : s’adonner à sa passion (peinture, couture…), à ses études, à un passe-temps particulier.

Faire de l’exercice physique (marche à pieds, footing, natation…) permet de créer des endorphines qui est l’hormone du bien être. Contrairement aux idées reçues, faire du sport en quantité raisonnable ne fatigue pas nécessairement. Au contraire, cela vous redonne de l’énergie!

Surveillez vos habitudes alimentaires et mangez équilibré. Votre déprime hivernale ne fera que s’accentuer avec une prise de poids importante non désirée. Néanmoins, il est important de vous faire plaisir, alors ne vous refusez pas votre carré de chocolat noir du soir qui est parfois considéré comme un antidépresseur naturel.

Lorsque vous êtes fatiguées ou démotivées, essayez de vous détendre. Prenez des bains chauds, écoutez de la musique apaisante dans un endroit calme. Vous pouvez aussi utiliser des techniques de relaxation tels que le yoga, la méditation…

Pour maintenir votre moral, côtoyez du monde, des amis, la famille. Si vous avez le mal du pays, programmez votre prochain séjour, communiquez via Skype, mail, courrier, téléphone avec vos proches.

Peut-être est-ce aussi le moment idéal pour mettre en œuvre une idée, un rêve inassouvi ? Vous avez toujours rêvé de suivre des cours de cuisine, de faire (enfin) l’album photo de la naissance de votre fille, de repeindre l’entrée ? Lancez-vous !

 - La luminothérapie

La luminothérapie, thérapie par la lumière, peut être un outil très efficace. Il faut alors s’équiper d’une lampe spéciale. Les UV sont neutralisés pour éviter tout danger pour la peau. Vous pouvez aussi faire des séances en institut.

En fonction de la puissance de votre lampe, le temps d’exposition varie. Les séances peuvent durer de 30 minutes à plus de deux heures. Les effets de la luminothérapie se font rapidement sentir, dès 4-5 jours d’utilisation. Une séance quotidienne est généralement nécessaire. Il est fortement conseillé de faire ses séances de luminothérapie le matin au réveil car le soir, elles peuvent provoquer des troubles du sommeil : difficultés d’endormissement, insomnies…

 - En cas de besoin, consultez un professionnel

 Si vos symptômes persistent et deviennent trop envahissants et invalidants, n’hésitez pas à consulter un professionnel de santé : médecin généraliste, psychologue … Ils sauront vous proposer des solutions pour améliorer votre situation ou vous orienter vers le professionnel susceptible de vous aider.

Après Novembre vient le mois de décembre et toute la féérie de Noël qui l’accompagne. Les rues sont illuminées, les boutiques ont mis en place leurs plus belles devantures. Les enfants préparent leur liste au Père Noël. Les adultes organisent les festivités. Tout le monde est heureux à l’idée d’ouvrir les cadeaux et de partager ce moment en famille.

Alors tenez bon, la fin de l’année approche à grands pas.

 

Béatrice Granger 

Psychologue à Londres. Consultation pour adultes, adolescents et enfants pour des suivis psychologiques ou des bilans.

www.psychologues-londres.com

 

Femmexpat vous conseille de lire :

Des psys pour les expats

La tribune de Corinne : L’expat du jeune, easy or not easy ?

 

Rediffusion d'un article publié le 6 novembre 2014.

 


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS FACEBOOK LIVE

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

Nos derniers articles !