Connexion en tant que membre

Les billets d'humeur Psycho Vie d'expat

Mais où va le temps des femmes expats?


Stress Mother Running Late with Kids

Voici déjà le printemps ! Bon sang ! Mais où est passé le temps ? Panique !

 

Je m’étais pourtant donné comme mission de me trouver un nouveau projet de réalisation professionnelle cette année. 

Une nouvelle vie ! J’y réfléchissais tranquillou, cool, durant tout l’été dernier, me disant que je trouverais bien à l’automne…. Pas de panique !  

Et puis l’automne venu, bien motivée, j’ai fait des sollicitations, à droite à gauche, exploré différentes avenues, réalisé quelques collaborations ici et là mais toujours en vain d’un vrai, projet officiel ! Pas trop grave puisque j’avais déjà deux congés scolaires à organiser en plus des fêtes de Noël. Jouer l’agent touristique m’a tenue bien occupée tout au long de l’automne, en plus d’un nouveau rôle d’agent orienteur que je me suis approprié !

Comme mon fils entrera en terminale à l’automne prochain, il fallait effectivement réfléchir à son entrée à l’université. Je me suis donc dotée d’une nouvelle mission. Mais où partira-t-il ? Le monde est ouvert!  Quand on est expat, tout est possible !  Il est hors de question qu’il poursuive ses études en Bulgarie ! Il ne veut pas faire son avenir ici d’autant plus que même les jeunes bulgares vont faire leurs études ailleurs !  Et nous ? Où serons-nous ? Toujours en Bulgarie ? Ailleurs ? Qui sait !  Et puis, veut-t-il poursuivre ses études dans le système français ? Partir en France ? Et puis finalement, pour X raisons, il a choisi l’Angleterre. A partir de là,  me voilà repartie !  On a fait les foires universitaires de Sofia, j’ai téléphonné à droite à gauche, envoyé des mails, fait des suivis… rencontré des profs, organisé des rencontres, lu des prospectus, étudié le net…. Eh bien, voilà où est allé tout mon temps !  Je ne me suis pas ennuyée.

J’ai poursuivi aussi mes cours de yoga, et de bulgare. Et puis, J’ai bien progressé mine de rien !  Je suis fière de pouvoir me débrouiller de mieux en mieux dans cette langue qui me paraissait impossible au départ ! Tout ça en plus de tout le reste ! Mes enfants vont bien à l’école et j’en suis très fière. Je retire beaucoup de bonheur et de satisfaction à les voir grandir. Mon fils a enfin acquis de solides bases à l’école. Ma fille va bien aussi. Elle s’épanouit… Et puis avec mon mari, ça va bien, merci ! On se prend du temps ensemble ; on se rapproche…  Et donc, tout ça n’est pas anodin ! Ça demande du temps et du travail !

Et bien pourquoi alors, mais alors pourquoi ?  Je ne me sens toujours pas à la hauteur ; toujours à la recherche d’une reconnaissance professionnelle ? Pourquoi, l’autre soir à un diner entre connaissances et amis, je me suis sentie visée quand une des convives, qui est enseignante m’a regardé en disant, ¨je m’impliquerai dans tel projet de l’école parce que moi j’ai du temps¨. J’ai senti dans son regard un air de me dire ¨eh bien toi, tu ne travailles pas et donc tu as encore plus de temps!...¨  M’impliquer dans la vie de l’école, pourtant je le fais ! Oui. Justement et entre autres, à la rentrée de Noël, il y a près de 2 semaines, j’ai présenté mon ancien métier de chef senior marketing auprès des Lycéens lors du forum des métiers. Comme cela me prenait très à coeur, j’ai préparé une super présentation POWERPOINT qui m’a tenu occupée près de 2 semaines… Ça m’a donné beaucoup de satisfaction d’abord de me remettre en mode Marketing et de préparer la présentation…

J’ai rêvé ensuite à reprendre un travail de Marketer en Bulgarie, regardé à droite à gauche… en vain.  J’ai même rêvé que mon mari déniche un projet à Londres où j’aurais plus de facilité à trouver moi-même un boulot. Parfait pour notre fils aussi pour son entrée à l’université et même pour notre fille pour parfaire son anglais. En plus, bonus ! Il y a un excellent Lycée français !  Et puis finalement, mon mari de me répondre: ¨tu penses que je n’y ai pas pensé à ta solution idéale !¨  Enfin, j’ai aussi eu beaucoup de satisfaction à rencontrer les jeunes Lycéens et de pouvoir les aider dans leurs démarches d’orientation le temps d’une matinée.  Sans compter que j’y ai fait de très belles rencontres, notamment celle d’un certain chef d’agence de Communication, qui m’a propsoé d’aller luncher éventuellement pour discuter d’éventuelles collaborations. On verra bien. Peut-être est-ce là qu'aboutira mon projet ?

Et quoi encore?  Eh bien, bientôt, les vacances scolaires de février, n’est-ce pas ? Mon mari aimerait bien aller skier en famille. Mais où encore ? Nous avons déjà skié à Noël en Italie. Comme me disait ma copine jordanienne vendredi dernier, ¨tu es toujours en train d’organiser  quelque chose eh toi ?¨… Oui parce qu’il y a les vacances de février mais aussi celles de Pâques mais aussi tout l’été prochain à planifier !  Ah ben c’est sûr qu’on ne va pas rester à la maison ! Voilà le lot des expatriés ! Et puis, les enfants, eux, aiment bien rentrer voir la famille au Québec. C’est important pour leur identité en tant qu’enfants ayant toujours vécu à l’étranger. Nous, on aime bien voir autre chose que le Québec ! Et puis squatter chez la famille c’est bon pour les enfants mais on veut aussi leur faire voir autre chose ! Des stages de ceci et de cela, c’est bon aussi pour leur développement.

Et donc voilà pourquoi, j’ai passé la semaine dernière à faire des démarches  pour organiser des stages d’été pour les enfants. D’abord, j’ai écris des lettres pour  aller chercher le financement  auprès des RH et yeah ! On a réussi !  Entre mes talents de communication et ceux de négociation de mon mari… Sans compter une lettre de sollicitation pour dénicher un stage dans un bureau d’avocats pour mon fils ; et yeah ! Là aussi on a réussi !  Une fois les subventions obtenues, j’ai vite entammé les procédures d’inscription, rempli les formulaires etc.  en plus de faire une première ébauche de plan pour l’été.

 

Et puis donc, voilà (où est allé le temps). Ce matin, la culpabilité qui m’empare en voyant la date du 27 janvier dans mon agenda.  Bon sang ! Déjà ?  Mais j’en suis où dans la réalisation de mon projet professionnel ?  Ouin, il faudrait que je me grouilleJe suis nulle, j’aurais dû…

 

Maryse B-L

Femmexpat vous conseille de lire :

Je me sens nulle, est-ce normal docteur ?

L'orientation des jeunes

S'habiller en Bulgarie

BULGARIE : à connaître avant de partir


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !