Connexion en tant que membre

Londres Psycho

Se faire aider dans sa langue maternelle : priorité ou nécessité ?

Ajouter à mes favoris

psychologie_LondresIl arrive a beaucoup d’entre nous, expatriés, d’avoir à demander de l’aide à des professionnels de santé : ostéopathe, kinésithérapeute, orthophoniste, psychologue, médecin… Et l’on se demande souvent dans quelle langue il est préférable de demander de l’aide.

Pour cela il est important de pouvoir répondre au préalable à 2 questions :

Est il important que je puisse m’expliquer avec précision ?

Est ce grave si je ne comprends pas tout ce que le praticien me dit ?

La nature de l’aide demandée ainsi que le niveau de maitrise de la langue du pays qui vous accueille guideront ainsi votre choix.

Dans le cas plus précis du psychologue, la question se pose très souvent car la relation thérapeutique est basée principalement sur le langage.

Comprendre et se faire comprendre.

 Lorsque vous consultez un psychologue, il est aussi important de pouvoir comprendre ce qu’il vous dit que de pouvoir exprimer tout ce que vous souhaitez. La richesse de vocabulaire que vous offre votre langue maternelle vous permet d’exprimer finement une situation vécue, des émotions ressenties, des pensées… Les mots de sa langue maternelle sont souvent chargés de souvenirs, et peuvent renvoyer à des émotions ou à une situation vécue. L’utilisation d’un mot plutôt qu’un autre par un patient est parfois lourde de sens, tout comme les lapsus, jeux de mots…

De plus, parler dans sa langue maternelle implique souvent une culture commune (ou du moins connue) partagée par le patient et le thérapeute, ce qui peut simplifier la thérapie tant pour le patient qui parle de son vécu et de son ressenti plus facilement que pour le thérapeute qui tente de le comprendre au mieux.

Enfin l’utilisation de votre langue maternelle peut vous apporter une aisance particulière dans l’expression de vos sentiments, émotions…

Est-ce un problème si je n’ai pas la même langue maternelle que mon psychologue ?

Tout d’abord il faut rappeler qu’un élément majeur de la thérapie est la relation créée entre le psychologue et le patient. Cette alliance thérapeutique s’établit au delà des mots.

La différence de langage peut apporter un niveau de communication plus profond.

Un psychologue dont la langue maternelle n’est pas celle de son patient ne s’accroche pas à chaque mot. Il est plus sensible a tous les moyens de communication autres que la parole : les gestes, les mimiques, le ton de la voix, les mains…

Le psychologue ressent avec le patient ce que celui-ci vit dans l’ici et maintenant.

Dans ce cas, la relation entre le psychologue et le patient est plus émotionnelle qu’intellectuelle.

Or, l’inconscient est muet. Il s’exprime autrement que par les mots. Cette relation émotionnelle permet alors au psychologue d’accéder plus facilement à l’inconscient du patient, sans nécessairement passer par le filtre de la pensée.

De plus, une thérapie entre un psychologue et un patient qui ne partagent pas la même langue maternelle oblige à une communication plus claire.

En effet, il est fréquent que deux personnes parlant le même langage n’entendent pas la même chose de ce qui vient d’être dit. Le langage a son propre inconscient.

Le psychologue qui ne parle pas la même langue maternelle que son patient demande souvent plus de clarification. Cela laisse moins de place aux malentendus et permet au patient de clarifier par lui même ses propres idées.

Comment trouver un psychologue francophone dans mon pays d’expatriation ?

Dans le cas de la Grande-Bretagne, le NHS offre à tous ses résidents une aide psychologique gratuite. Ce sont le plus souvent des thérapies brèves CBT (Cognitive Behavioural Therapy). Pour cela il faut s’adresser à son médecin généraliste, son GP. Ces thérapies sont adaptées à certains types de pathologies : particulièrement les phobies ou les Troubles Obsessionnels Compulsifs. Elles se concentrent sur le symptôme et ne s’intéressent que très peu à l’histoire personnelle du sujet. Elles ne correspondent donc pas à tous les patients qui devront trouver une autre approche souvent difficile à obtenir par le NHS.

Au Royaume-Uni, un certain nombre d’entre nous bénéficie de mutuelles ou de moyens suffisants leur permettant de se faire soigner dans le secteur privé et donc de choisir leur praticiens. Pour ceux qui ne le peuvent pas il existe le Dispensaire Français.

La liste des professionnels de santé francophone est accessible sur le site internet du consulat de France de son pays d’accueil. Elle constitue un point de départ dans sa recherche d’un bon professionnel. Vous pouvez aussi faire une recherche sur internet. Enfin, vous pouvez demander à des proches ou un autre professionnel de santé francophone s’ils connaissent un professionnel à vous recommander.

Pour conclure, nous pouvons dire que se faire aider par un psychologue dans sa langue maternelle sera une priorité pour certains qui ne parlent pas suffisamment une autre langue notamment, une nécessité pour d’autres qui auront besoin de partager un même langage et une même culture avec leur psychologue mais enfin cela pourra aussi être une simple option pour certains patients bien intégrés au pays d’accueil et curieux des autres avantages qu’une thérapie en langue étrangère peut leurs apporter.

CPL1Béatrice Granger et Margaux Jaillant

Psychologues à Londres
Cabinet des Psychologues de Londres
www.psychologues-londres.com

Consultation pour adultes, adolescents et enfants pour des suivis psychologiques ou des bilans.

Des ressources d'accompagnement à distance, en psychologie notamment, sont disponibles via Viziocare. Voir notre article ici.

Femmexpat vous conseille de lire :

Et soudain tout s’arrête - Vivre un deuil en expatriation

Un papa noël pour la vie

Pourquoi tenir un journal personnel en expatriation ?

La tribune de Corinne : la pression des parents

Ma famille recomposée en expat

 


1heure pour faire le point

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

1heure pour faire le point