Connexion en tant que membre

Expériences à l'étranger Vie pro

Suivre son conjoint et travailler à l’étranger ? Panorama d’ensemble


Suivre son conjoint et travailler à l’étranger ? Panorama d’ensembleVous avez suivi votre conjoint à l’étranger, ou vous vous apprêtez à le faire. Voici l’essentiel des règles et dispositifs à connaître en ce qui concerne votre carrière. Un article d'Expat Value un peu dense, mais fondamental pour vous éclairer sur votre trajectoire professionnelle à l’étranger et au retour. Un panorama d'ensemble pour celles qui souhaitent travailler à l'étranger.

 

La question essentielle : aurez-vous un visa de travail ?

Inutile d’aller plus loin. Si vous n’avez pas le droit de travailler dans votre pays d’accueil, votre carrière sera plus compliquée (mais pas condamnée néanmoins, on en reparle). Néanmoins, bonne nouvelle, si vous êtes originaire de l’Union Européenne et que vous restez dans un pays de l’Union Européenne, vous n’avez pas besoin de visa. Voilà un bon début.

Pour les autres. Pour savoir si vous aurez un visa, une question préliminaire : serez-vous considéré comme un conjoint ? Voici donc quelques points de vigilance : votre pays d’accueil reconnaît forcément le mariage entre un homme et une femme. Mais si vous êtes pacsé, ou bien en concubinage, ou encore un couple homosexuel même marié, vérifiez avec soin si vous avez droit au statut de conjoint. Tous les pays ne reconnaissent pas votre statut.

Selon la réponse, voici les possibilités :
Vous avez un statut de conjoint. Votre pays d’accueil vous accordera-t-il pour autant un visa de travail ?

Dans un nombre croissant de pays, oui. Votre allié dans le combat pour l’obtention de visas de travail pour les conjoints expatriés : la permits foundation. Vous trouverez sur son site des informations sur les permis de travail des conjoints (et la définition du conjoint), mais tous les pays ne sont pas couverts et certaines informations datent. Vérifiez donc aussi sur le site de l’ambassade ou de l’immigration de votre pays d’accueil.

Vous n’avez pas le statut de conjoint.

Tout n’est pas perdu pour autant. Selon les pays, vous pourrez obtenir votre propre visa. Il vous faudra souvent être sponsorisé par un employeur. Pour les moins de 30 ans, le permis vacances travail ou le VIE (moins de 28 ans) pourra être une option.

Dans tous les cas, si vous ne pouvez pas travailler, il reste possible de renforcer votre employabilité via une formation ou un bénévolat intéressant.

En revanche attention, si vous travaillez sans visa, vous risquez des sanctions qui peuvent aller depuis des amendes jusqu’à l’expulsion de toute votre famille.

 

Quelle probabilité d’y arriver ?

Deuxième étape : si vous avez le droit de travailler, la question suivante est « y parviendrez-vous ? ».

Lire l'article complet sur Expat Value.

 

Quels dispositifs pour vous aider ?

La carrière des conjoints expatriés est compliquée donc, mais pas du tout impossible. Il y a de nombreux soutiens sur votre route. Alors sur qui pourrez-vous compter ?

Lire l'article complet sur Expat Value.

 

Et au retour ? On y pense avant de partir !

Le retour s’anticipe dès le départ.

Lire l'article complet sur Expat Value.

 

 

Alix Carnot - Expat CommunicationAlix Carnot, auteur de « Chéri(e ) on s’expatrie, guide de survie à l’usage des couples expatriés » Eyrolles 2016 et co-gérante d’Expat Communication, site éditeur d’Expat Value et de FemmExpat.

 

 

 

FemmExpat vous recommande de lire aussi :

Expatrié, détaché, contrat local : quelles différences ?

5 outils pour s’organiser quand on travaille en solo


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS FACEBOOK LIVE

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

Nos derniers articles !