Connexion en tant que membre

Calif. Etats-Unis Expériences à l'étranger

Virginie, la « pipelette un peu lente » devenue chercheuse à Stanford


VirginieStanfordScientifique expatriée à Stanford, USA, Virginie est candidate aux Trophées des français de l’étranger organisés pour la 4eme fois par notre partenaire et ami, LePetitJournal.com. Nous vous la présentons aujourd’hui. Son portrait est le deuxième d’une série consacrée à ces femmes expatriées qui ont postulé pour les Trophées et dont les histoires ont quelque chose de remarquable.
Comme elle le dit "Je ne pense pas être une française « d’exception » mais j’avais juste envie, à travers ma participation aux Trophées des Français de l'étranger, de raconter mon parcours et mes passions pour le voyage et la science ! "

L’envie de partir à la rencontre des autres a toujours été l’un des buts de ma vie. J’ai toujours su au fond de moi que je partirai pour quelques années dans un autre pays. Les questions étaient : quel pays ? Quand ? Pour y faire quoi ? J’ai dû attendre plus de 30 ans pour réaliser ce rêve et je ne le regrette pas !

Je m’appelle Virginie j’ai 32 ans, je vis actuellement aux Etats-Unis en Californie au sud de San Francisco et je suis post-doctorante dans un laboratoire de recherche en cancérologie à l’université de Stanford. Je suis mariée depuis 2 ans à un homme merveilleux avec qui je viens d’avoir un petit Charly, né le 12 avril 2015.

Mon parcours 

Lorsque je regarde en arrière je me demande encore comment cette petite fille pipelette, ayant un problème de rapidité (je ne finissais jamais aucun de mes contrôles à temps!) et rêveuse du sud de la France, a pu se retrouver dans l’une des plus prestigieuses universités du monde. Je pense que tout a commencé lorsque j’avais 5 ans, mon petit frère est tombé gravement malade. Il a développé une maladie génétique appelée « Maladie de Still » se traduisant par « arthrite chronique juvénile ». Le système immunitaire de mon frère combattait donc contre son propre corps… Etrange, n’est-ce pas ? Quelques années plus tard, mon frère a participé à une étude clinique afin de tester un nouveau médicament. Ce fut un tournant dans ma vie, ce traitement a beaucoup aidé mon frère et, à ce moment-là, j’ai réalisé que la recherche scientifique pouvait aider des personnes malades de façon concrète !

Je savais enfin ce que je voulais faire de ma vie : médecin/chercheur afin d’aider d’autres patients comme mon frère. Mais j’étais déjà en train de passer mon bac et je dois avouer que mon dossier scolaire n’était pas des plus brillants... Ayant beaucoup de problèmes à gérer à la maison, je n’avais pas mis mes études en priorité… Et maintenant je visais un doctorat, ce qui était un pari fou! A 17 ans, j’ai obtenu mon bac S et je suis entrée à la faculté de médecine. Malheureusement, mes lacunes m’ont rattrapée et j’ai échoué aux concours d’entrée. Mon rêve s’effondrait… Après ces échecs, j’ai regardé mon frère et ma maman qui se battaient depuis presque 20 ans contre cette maladie avec une force incroyable et j’ai trouvé la force de continuer! Je me suis donc inscrite à la faculté des sciences. Ce fut difficile mais je suis arrivée en Master 2 durant lequel je me suis spécialisée en cancérologie. Après l’obtention d’une bourse de thèse de 3 ans attribuée aux meilleurs étudiants, j’ai obtenu mon doctorat en 2013. C’est à ce moment-là que ma passion pour les voyages m’a rattrapée ! Mon mari et moi avons donc décidé de partir vivre à l’étranger pendant quelques années afin de découvrir d’autres modes de vies, d’autres horizons, d’autres façons de faire de la science.

Quelle destination choisir ? 

Le doctorat ou PhD est le seul diplôme universitaire reconnu dans le monde entier ! Nous avions donc le choix de la destination ! J’avais envie de partir au Canada mais plutôt du côté de la Colombie Britannique. Mon mari voulait partir en Nouvelle-Zélande ! Nous avons donc choisi de faire un compromis. Mon mari était aussi tenté par la côte ouest de l’Amérique mais il fallait trouver une université dans laquelle nous aurions tous les deux un poste intéressant pour notre future carrière. Nous avons donc envoyé des dizaines de CV à tous les laboratoires de recherche qui nous intéressaient entre Vancouver et San Diego ! Nous n’avons reçu que quelques réponses dont plusieurs qui venaient de l’université de Stanford en Californie. Nous décidons donc de partir en Californie afin de passer des entretiens d’embauche avec les laboratoires intéressés par nos candidatures. Autant dire que nous nous sentions comme des enfants face à ces scientifiques de Stanford! Nous étions persuadés que nous ne serions jamais recrutés. Mais plusieurs jours après nos entretiens, nous apprenons à notre grande joie et surprise que nous sommes tous les 2 recrutés dans les laboratoires que nous avions préférés!

L’arrivée en Californie 

On peut se dire qu’en Amérique, la culture est assez proche de la culture européenne et que l’emménagement doit être facile. Et bien… Non ! Ici, tout est différent ! Le premier gros problème auquel nous avons été confrontés est : le coût de la vie dans la Silicon Valley. Ici, tout est cher! Du prix des locations aux courses au supermarché ! Nous avons dû apprendre à ouvrir un compte bancaire (et à comprendre leur système de crédit), à assurer notre voiture et notre logement, et surtout à comprendre le système de santé. (lire aussi cet article)

Il nous a fallu aussi un temps d’adaptation dans notre nouveau travail. La façon de faire de la science aux USA est très différente de la façon de travailler en France. Je me souviendrai toujours de mon premier jour de travail où, toute timide, je me présente à mon nouveau laboratoire d’accueil. Ma manager, qui parle très vite et avec un très fort accent américain, m’a expliqué qu’il fallait valider des tonnes de formations en ligne avant de commencer à travailler. J’avoue que, sur le coup, je n’ai compris que le quart de ce qu’elle m’a dit! Et à la question clôturant son long monologue incompréhensible : « does this make sense to you ? (est-ce que tu as compris ?) », j’avais juste envie d’hurler : « mais bien sûr que non, je n’ai rien compris !!! ». Mais… J’ai fait signe « oui » de la tête et j’ai essayé de comprendre par moi-même ce qu’il fallait faire…

Puis, la Californie nous a offert un superbe cadeau de bienvenu ! Et quel cadeau !!! Mon mari et moi attendions un petit bébé ! Cette grossesse m’a permis de tisser des liens d’amitié avec mes collègues assez rapidement (et oui, entre filles on aime parler de bébé!) et, petit à petit, j’ai appris à m’intégrer, à comprendre le système et même à me faire des amis ! Je m’entends aujourd’hui très bien avec ma manager d’ailleurs! Je dois avouer que nous avons aussi eu beaucoup d’aide d’amis français, rencontrés par hasard, qui nous ont beaucoup conseillés et épaulés. Et oui, l’entraide entre expatriés est très souvent une bouée de sauvetage pour nous, les « petits nouveaux » !!!

Le bilan 

Cela fait maintenant 2 ans que je travaille en Californie et que je découvre une autre vie, une autre façon de travailler. Mon expérience aux Etats-Unis est extraordinaire et je compte bien continuer! Nous avons rencontré des personnes exceptionnelles de toutes les nationalités et de tous les horizons. Nous avons même fêté ce nouvel an avec des amis venant de 8 pays différents ! Certains resteront des amis pour très longtemps j’en suis sûre ! La Californie et les alentours sont des endroits magnifiques avec des paysages superbes. Nous essayons de visiter le maximum d’endroits possible afin de ne rien regretter plus tard. Professionnellement, l’université de Stanford nous offre des collaborations incroyables avec des scientifiques de très haut niveau. De plus, nous avons accès à des techniques de pointe. Ici, en recherche scientifique, seule notre imagination peut nous limiter ! Nous aimons aussi beaucoup partager notre culture avec les personnes que nous rencontrons. Nous aimons préparer des petits repas pour nos amis et leur faire découvrir la cuisine française. Nous aimons beaucoup rire des petites habitudes drôles des français ou des expressions que nous utilisons (qui n’ont pas beaucoup de sens pour les américains !). Ce partage est un véritable enrichissement personnel, et j’espère donner le goût du voyage, du partage et de la découverte à mon fils !

Nos futurs projets 

Nous avons maintenant envie de partir découvrir d’autres pays comme la Nouvelle-Zélande (le rêve de mon mari !) ou l’Australie. Le diplôme de docteur en sciences ou PhD, nous a ouvert les portes du monde et nous allons en profiter croyez-moi !

Pour en savoir plus sur les Trophées des Français de l'étranger : le site des Trophées des Français de l'étranger

Lisez aussi :

Participez aux Trophées des Français de l'étranger 2016

Les Trophées des Français de l'étranger 2015 : bravo !

--

FemmExpat vous recommande les articles suivants :

San Francisco Bay area : ville accueillante
San Diego : la ville du sport et des loisirs
Vivre à Santa Cruz, Californie


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS FACEBOOK LIVE

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

Nos derniers articles !