Connexion en tant que membre

Carrières Vie pro

Partir en expatriation avec une entreprise


Partir en expatriation avec une entreprise  est le sujet d'Ariane Leglobal notre chroniqueuse  RH en mobilité internationale et en gestion de carrière, elle répond à vos questions sur les carrières des expatriés et de leurs conjoints.

 Partir en expatriation avec une entrepriseLa question d’Inès

 Chère Ariane,

Merci pour vos articles, tout cela fait rêver. Mais avant de réussir mon expatriation, moi j’aimerais déjà qu’on me propose de partir, et tant qu’à faire, avec un statut d’expatrié, en tout cas, avec une entreprise qui m’envoie. Comment m’y prendre ?

Inès

 La réponse d'Ariane

 Chère Inès,

Vous avez raison, être envoyé par une entreprise à l’étranger présente de nombreux avantages : elle est plus simple à mettre en œuvre, présente moins de risque et est généralement plus intéressante financièrement.

Comment faire obtenir ce précieux sésame ?

D’abord évidemment en choisissant la bonne entreprise

Logiquement, il faut vous faire recruter par une entreprise qui agit au niveau international. Ce sont surtout les grandes entreprises qui ont des volumes d’expatriés importants mais certaines entreprises intermédiaires ont une activité internationale conséquente.

Comment les identifier ? Vous pouvez déjà vous faire une idée en regardant la liste des entreprises adhérentes du Cindex ou du Cercle Magellan qui rassemblent beaucoup des principales entreprises « expatriatrices ». Une bonne étude sur internet vous permettra de connaître la politique de mobilité d’un certain nombre de groupes pour vérifier celles qui recourent encore à des expatriés et celles qui envoient plutôt les salariés en contrat local. Pour savoir comment chercher avec votre réseau, partez d’un pays, d’un métier ou d’un secteur, et interrogez des expatriés et des RH.

Pour détecter les petites entreprises actives à l’international, rapprochez-vous des chambres de commerce des pays qui vous intéressent, elles peuvent avoir des tuyaux. Regardez déjà la liste de leurs adhérents. Il faudra sans doute apporter à ces petites entreprises des garanties sur votre connaissance du pays car elles seront souvent encore plus fermées au risque qu’une grande entreprise.

Une fois rentrée dans la place, comment être envoyé ?

On vous recrutera rarement directement pour un poste expatrié, surtout dans le cas d’une première expatriation. La plupart du temps, il faudra passer par une étape au siège pour vous familiariser avec l’entreprise. Mais il n’y a pas de règle absolue !

Dans certains groupes, ceux qui sont identifiés dans le pool des hauts potentiels se voient proposer des parcours d’expatriation sur plusieurs années, notamment dans les entreprises américaines. Sinon, voici une stratégie gagnante : vous construire une expertise demandée dans les filiales locales, en gestion de projet ou en marketing par exemple. Un des postes les plus demandé à l’étranger est celui de directeur financier de filiale.

Faites bien connaître votre souhait d’expatriation !

Signalez-le clairement aux entretiens d’embauche. Répétez-le à votre hiérarchie et aux RH lors des entretiens annuels. Postulez pour des missions ponctuelles à l’étranger afin de développer votre réseau local. Ne vous découragez pas en cas de refus, et candidatez pour divers postes expatriés, chacun de ces essais renforce vos chances de parvenir à son but. Jusqu’au jour où…

Si vous n’avez pas le graal du contrat expatrié au premier poste à l’étranger, car c’est de plus en plus rare, il faudra s’accommoder d’un contrat local plus qui pourra s’étoffer au fur à mesure de vos mobilités.

Enfin, pour les jeunes Français (-28 ans), le VIE (volontariat international en entreprise) est une façon efficace de se faire envoyer pour la première fois à l’étranger.

Voilà, j’espère que ces quelques idées vous permettront de rejoindre la grande tribu des expats !

Bon vent à vos projets !

 signature-Ariane

 ARIANEAriane Leglobal est la chroniqueuse de FemmExpat. Avec son expérience en RH, en mobilité internationale et en gestion de carrière, elle répond à vos questions sur les carrières des expatriés et de leurs conjoint.

 

ariane@femmexpat.com

 

FemmExpat pour recommande les articles suivants :

Expats et entreprises : et si chacun vivait la vie de l’autre ?

Les 9 conseils essentiels pour trouver du travail à l’étranger

Chéri(e) on s’expatrie ! – Le livre sur le couple expatrié

 

Les articles d’Ariane reflètent les valeurs et les méthodes d’Expat Communication, l’éditeur de Femmexpat.

Pour faciliter l’ éclosion de votre projet à l’international, notre équipe a mis au point quatre services :

1- La formation « Réussir son expatriation ». Une journée pour préparer son expatriation,  avancer sur ses projets perso et pro et échanger avec d’autres personnes qui sont dans la même situation. Une journée INDISPENSABLE pour apprendre à nager sereinement dans le grand bain de l’expatriation. A Paris ou par Skype.

2- L’aide personnalisée à la recherche d’emploi. Une coach, ancienne expatriée elle-même, vous aide à élaborer et mettre en œuvre votre projet professionnel dans votre pays d’expatriation. Durée : 3 à 6 mois.

3- Le job booster cocoon : des groupes d’expatriés, hommes et femmes, boostent leur carrière en s’entraidant pour trouver le job de leurs rêves. Ils sont accompagnés par un consultant et guidés par des méthodes très normées (dont est issue cette trame attrape-projet qu’évoque Ariane). Durée : max 11 mois, ou bien à la reprise du travail.

4- Le livre d’Alix Carnot, Chéri(e) on s’expatrie, décrit en détail et avec beaucoup d’exemples cette méthode pour définir votre projet.

 
 

Pour en savoir plus, contact@expatcommunication.com


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !