Connexion en tant que membre

Expat de la semaine France Témoignages

Carla, la cuisine italienne en expat à Paris


CUISINE ITALIENNE blogCarla a 36 ans. Elle est italienne, et elle parle super bien français, avec cet accent qui sent le soleil et les vacances. Passionnée de cuisine, elle nous raconte son expat en France, où elle voudrait partager sa cuisine. Car Carla, c'est la cuisine italienne en expat à Paris !

Quel est ton parcours ?

Mes études n’ont pas eu un parcours tout à fait linéaire. Mais je n’ai jamais été une personne ordinaire… Au lycée j’ai étudié pour devenir éducatrice. Puis à l’université j’ai étudié la philologie et les langues étrangères (anglais, français et allemand). Enfin j’ai fait un mastère en traduction littéraire. Et depuis janvier 2015, j’ai un blog de cuisine.

J’ai donc travaillé comme éducatrice, comme traductrice et comme commis. On peut dire que je suis une fille polyvalente !

Voilà donc mon parcours, pas trop conventionnel. 

Et ton parcours d’expat ?

Pologne (Erasmus) – Paris - Espagne - Gibraltar - Paris

Je suis arrivé la première fois à Paris fin 2012 pour rejoindre mon fiancé. Puis on est allés en Espagne et à Gibraltar. Enfin, on est revenus à Paris.

Tu as fait de cette expat une opportunité pour toi. Raconte-nous comment ?

Depuis toute petite, j’ai toujours rêvé de voyager et de vivre à l’étranger. J’ai donc cherché, et je cherche toujours, à profiter de cette situation. J’aime découvrir des cultures, des cuisines et d’habitudes alimentaires différents des nôtres.

Comment s’est passée ton arrivée à Paris ?

J’étais ravie de vivre ici. De pouvoir me promener le long de la Seine, ou sur les Champs-Elysées, n’importe quand

Oui, bien sûr, j’ai eu des problèmes au début. Mon français ne semblait pas être la même langue que celle que j’écoutais ici. Moi je parlais plutôt un français académique, absolument pas pratique au quotidien.

Et puis chercher un appartement, ça a été un cauchemar ! Je n’étais pas française et on n’avait pas de garants. Je n’en dirais pas plus…

Professionnellement, comment te sens-tu en France ?

La première fois à Paris, je n’ai pas vraiment cherché un boulot. Car je ne savais pas combien de temps on allait rester. Surtout, j’adorais rester à la maison. Et je pouvais enfin cuisiner tout ce que je voulais !

Cette fois, grâce au JBC (Job Booster Cocoon, ndlr), j’ai commencé à penser que j’aimerais travailler à nouveau. Mais dans le domaine de la cuisine, même si je ne veux pas travailler dans un restaurant.

La chose la plus surprenante a été de comprendre que je n’étais pas seule.

Mon groupe JBC est formé surtout de femmes françaises qui viennent de rentrer d’expat. Et elles ont rencontré, dans leur pays d’expatriation, les mêmes soucis que moi quand je suis arrivée ici.

Parle-nous de ton activité de bloggeuse.

J’ai lancé mon premier blog quand j’étais en Espagne. C’était une manière pour faire connaître aux autres des recettes italiennes, et à mes amis en Italie des recettes étrangères. Au début c’était presque seulement un hobby, mais je voulais bien avancer.

Cet été j’ai révolutionné le blog. J’ai acheté un nom de domaine : foodieintranslation.com. Et j’ai commencé à prendre des photos une manière un peu plus professionnelle.

Quel est ton projet aujourd’hui ?

Mon projet est de donner des cours de cuisine italienne, surtout aux expat-e-s.

Pourquoi ?

Pour battre la solitude, parce qu’arriver dans un pays étranger ce n’est pas toujours simple. Et aussi pour faire se rencontrer les gens dans un endroit convivial, et permettre aux autres de connaître et goûter la vraie cuisine Italienne.

Selon moi, la cuisine devrait être utilisée comme un pont entre différentes cultures. En plus, quand on est stressé, pétrir une pâte à pain ou battre un poulpe… c’est encore la meilleure solution pour se calmer !! 😀 

Quels sont tes principaux challenges ?

Ce n’est pas toujours facile de comprendre comment lancer une activité. Définir quelle est la meilleure solution à nos exigences. Et comment le faire dans un pays que n’est pas le nôtre ?

En pratique, actuellement, je n’ai pas un lieu où donner mes cours de cuisine (je n’ai pas obtenu la permission de le faire chez moi). Alors, peut-être que la solution sera de donner des cours à domicile. Je suis en pleine période de tests.

D'ailleurs, si vous voulez m'aider, vous pouvez répondre à mon questionnaire :

Quels sont tes projets à venir ?

Avoir un si grand succès avec les cours de cuisine à domicile que je puisse louer un atelier où mettre en pratique mon idée initiale !

Un mot de la fin pour une expatriée qui hésite à lancer son activité ?

Il me semble banal, mais si nous voulons vraiment quelque chose, nous trouverons toujours la manière pour y arriver.

Et surtout, ne jamais rester seul/seule ! Avoir des amis, partager ses soucis avec eux, parfois, c’est la chose la plus importante. On peut alors comprendre que nous ne sommes pas seuls. Et qu’il y a toujours quelqu’un prêt à nous soutenir.

En conclusion, que t’apporte l’expatriation ?

L’expatriation m’a donné l’occasion de découvrir de nouveaux lieux, et d’autres cultures. Mais surtout de connaître beaucoup de personnes exceptionnelles.

Carla

Découvrez bientôt les recettes de Carla sur FemmExpat. Et retrouvez Carla sur :


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS FACEBOOK LIVE

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

Nos derniers articles !