Connexion en tant que membre

Les billets d'humeur Ma vie en expatriation

10 non résolutions pour 2020


10-non-resolutions-pour-2020-UNE femmexpat 559x520Non. Ça ne vient pas. Aucune envie cette année de prendre de bonnes résolutions. Sans doute est-ce le fruit de l’expérience... Trop de résolutions non tenues. J’ai pourtant bien essayé, lutté, résisté : « allez, sois brave, il faut se mettre des objectifs pour avancer ».

Rien à faire. Il fait froid, les fêtes c’est super mais c’est fatigant. Envie de douceur et de bienveillance. Surtout pas de faire la super star et de rêver d’un sur-moi qui m’épuise d’avance.

Alors, voici pour celles qui comme moi ont envie d’une année 2020 douce et jolie, la liste des 10 résolutions que je ne prendrai pas cette année. Tout à coup, me voilà hyper motivée ! C’est beaucoup plus drôle !

 

Non, je ne m’acharnerai pas à perdre mes kilos en trop !

Comme prévu, j’ai pris quelques kilos parce qu’on a passé beaucoup de temps à table à papoter avec bonheur avec des gens qu’on aime autour d’une bonne bouteille et de plats vraiment savoureux ! Et alors ? Qui cela dérange-t-il ? Je ne vais pas commencer l’année en sautant toutes les 10 minutes sur ma pauvre balance : « balance, jolie balance, suis-je la plus svelte de ce pays ? ».

Rien à faire. Je veux manger à ma faim et surtout ne pas céder à l’obsession des calories et des kilojoules.

En 2020, je serai bien dans ma peau, telle qu’elle est !

 

Non, je ne ferai pas de jogging !

Bon ok, si je ne maigris pas, alors, il faudrait se dépenser plus… Sauf que ça n’est pas vrai et que je déteste, mais alors là vraiment, courir sans nécessité, dans le seul but de sentir mes muscles se tendre et d’avoir des courbatures.

Je veux marcher si ça me plaît, faire du yoga pour la joie de m’assouplir, jouer au tennis car ça c’est bon de cogner dans la balle, mais certainement pas faire du sport pour du sport.

 

Non, je n’arrêterai pas ni Facebook ni Insta !

Je sais bien que j’y passe trop de temps, que ça énerve mon mari et mes enfants de me voir rigoler toute seule sur mon téléphone. N’empêche que c’est trop bon d’avoir des nouvelles des cousins d’Hendaye, des amis de Dubaï et de voir la tête du bébé de Moïra.

Je m’engage juste à ne plus mettre sur Whatsapp les déclarations des enfants, car ça les énerve, et à laisser mon portable dans ma chambre pour ne pas m’y perdre quand mon homme me raconte sa journée.

 

Non, je n’inviterai pas les Duchmol à dîner.

A la fin de l’année dernière, il y a un siècle, j’avais fait une liste de dîners à organiser, d’invitations à rendre, de personnes à présenter. Et bien, je la jette à la poubelle !

Cette année, je garderai des soirées pour être disponible pour les plans de dernière minute, pour inviter quelques amis que j’aime vraiment ou pour découvrir des gens que je viens de rencontrer.

Et puis on se réserve pour une grande, belle, incroyable fête pour célébrer notre non-départ au mois de juin.  C’est trop dommage de ne célébrer en grand que les adieux.

Cette année, nous fêterons les à-bientôt.

 

Non, je ne passerai pas le niveau B2 !

En anglais, espagnol, coréen ou javanais...

Cette année pour progresser, je vais prendre des cours de cuisine à côté de la maison, m’impliquer dans l’organisation de la crèche, participer aux ventes de charité du quartier, et comme ça, je rencontrerai mes voisins et partagerai une petite tranche de leur vie.

 

Non, je n’inscrirai pas Tom au cours de japonais !

Les 18 activités par enfants, les 50 conduites par jour, ce ne sera pas pour 2020 non plus !

Tant pis, Tom perdra son niveau de nippon, mais je ne chercherai pas de cours de japonais à Rio. Laura ne deviendra pas championne olympique mais je ne l’emmènerai pas le dimanche soir aux compétitions de Taekwondo.

A la place, je les ferai progresser au tarot et on essaiera de cuisiner des sushis ensemble.

 

Non, je ne lirai pas l’histoire du Viet Nam en 850 pages !

Je l’ai remis sur ma table de nuit car je ne voulais pas partir de Hanoï sans tout savoir sur l’histoire du pays où j’habite. Sauf qu’au bout de 3 lignes, chaque fois, je m’endors.

Donc je décide de l’offrir à Ségolène qui est une intello. Et moi, je vais m’inscrire aux visites du réseau FIAFE de ma ville d'accueil avec les copines, au moins, là, ça m’intéresse, j’écoute et je retiens.

 

Non, je n’enverrai pas mon CV au président de Yamamoto !

Je ne recommencerai pas à serrer les dents et le ventre pour m’obliger à passer en force, à répondre à des offres auxquelles je ne crois pas, à poursuivre un job qu’au fond de moi, je ne sens absolument pas.

En 2020, je voudrais me poser, réfléchir en profondeur à mes rêves et à mes objectifs. Avancer sans a-priori pour découvrir quelle peut être ma contribution au monde qui m’entoure et faire un premier pas pour la réaliser. (psss... et pour de l'inspiration, je fais un tour sur Expat Value)

 

Non, je ne méditerai pas 30 minutes tous les matins

Car j’ai beau essayer, pour moi ça ne marche pas. Les copines déclarent avec des airs inspirés que ça change leur vie. Moi, désolée, je m’endors dès que je respire 3 grands coups de suite.

Donc, je vais plutôt essayer de me coucher 30 minutes plus tôt, et ça, c’est déjà un énorme effort car ça demande en fait de repenser toutes mes soirées !

 

Et puis non, je ne deviendrai pas une femme parfaite.

Je n’en ai tellement pas envie en fait !

Je vais déjà m’accepter comme je suis avec douceur, et peut-être du coup, accepter mes proches sans leur faire de reproches.

Mon expatriation ne sera pas parfaite ni complète non plus, mais elle sera joyeuse et chaleureuse. Et plutôt que de faire un inventaire de choses à faire, une liste des défauts à transformer, un agenda des améliorations à obtenir, je vais choisir :

  • Une qualité à garder (oh, que c’est bon d’y penser)
  • Une et une seule mauvaise habitude à transformer (mais une pas trop grave),
  • Et quelques projets qui me motivent et qui seront utiles aux autres (comme la fête de non départ, etc).

 

Et rien que d’y penser, je me sens en forme, donc c’est que c’est jouable.

Belle année chère amie expat !

 

 

Portrait Alix Carnot

 

Alix Carnot est Directrice Associée chez Expat Communication - Auteur de Chéri(e) on s'expatrie, guide de survie à l'usage des couples aventuriés.

 

 


bouton Abonnement NL FXP- 350x150

 

FemmExpat vous conseille de lire aussi

Les 5 phrases qui tuent dans un couple expat

Du lien entre les expats, les mollusques et les gastéropodes…


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !