Connexion en tant que membre

Les billets d'humeur Ma vie en expatriation Vie familiale & sociale

Maman expat, de l’art d’être fêtée toute l’année ! Ou pas.


Maman expat, de l’art d’être fêtée toute l’année ! Ou pas.Ce dimanche 27 mai 2018, la France fête ses mamans. Moi j’en profite pour tenter de grapiller encore plus de cadeaux en additionnant toutes les fêtes des mères de mes pays d’expat. Pas vous ? Pourtant, avouez qu’en jonglant entre toutes les dates à travers le monde, il y a de quoi faire ! En combinant son pays d’origine, son pays d’expat et les pays de naissance de ses enfants, la maman expat peut presque être fêtée toute l’année.

Ce n’est pas l’aspect de l’expatriation auquel j’avais pensé avant de partir. D’abord parce que je n’avais pas d’enfants au moment de notre départ (Partir à deux, rentrer à quatre). Ensuite parce que, quand nous avons décidé d’avoir notre premier enfant, je ne me sentais pas encore assez mère pour penser à le fêter.

 

Se sentir mère pour la première fois le premier dimanche de mai au Portugal

Lors de ma première grossesse j’étais au Portugal. Nous passions le week-end du 1er mai à Lisbonne, j’avais un joli ventre bien rond. J’étais à un mois de l’accouchement. En entrant dans un magasin, un vendeur m’a tendu une fleur. Devant ma surprise, il m’a répondu : « Feliz dia das mães » ! Mon bébé dans le ventre, oui, j’étais déjà une maman. Aujourd’hui encore, treize ans après, j’ai la chair de poule en repensant à ce moment où je me suis sentie vraiment mère pour la première fois.

A partir de là, la fête des mères portugaise est devenu le symbole de ma maternité. Et j’ai toujours fait en sorte de rappeler à mon mari cette heureuse date du premier dimanche de mai. Même quand nous avons changé de pays…

 

En Turquie, la fête des mères est le deuxième dimanche de mai.

Quand nous sommes arrivés en Turquie, ma fille allait à la crèche. C’est donc par l’école que j’ai appris la date de la fête des mères dans ce pays. Soit le deuxième dimanche de mai, comme aux Etats-Unis. Le « anneler günü » est très important là-bas, à l’instar de tout ce qui concerne la famille.

Dès notre première année à Bursa, j’ai donc décidé que je fêterais trois fêtes des mères. La portugaise le premier dimanche de mai, parce que je suis devenue mère dans ce pays. La turque le deuxième dimanche de mai, parce que nous habitions ce pays. Et la française le dernier dimanche de mai, parce que c’est mon pays d’origine.

Ma seconde fille est née en Turquie, ancrant dans les traditions familiales (enfin, surtout les miennes) la fête des mères turque. Même après notre départ pour la Roumanie.

 

La Roumanie fête ses mères en même temps que les femmes, le 8 mars.

En Roumanie, j’ai rapidement identifié que l’on fêtait les mères le 8 mars, en même temps que les femmes. Une glorification de la femme-mère qui peut agacer alors qu’en France on fait de cette journée un moment de débat fort sur les droits des femmes. Mais bon, ça rajoutait une date à mon calendrier de fêtes des mères. Alors j’ai pris.

Tout le temps où nous avons vécu en Roumanie, j’ai donc tenté d’avoir quatre fêtes des mères. La roumaine car nous habitions à Bucarest, la turque car ma seconde fille était née en Turquie… Et vous connaissez la suite.

Mais ça n’a jamais vraiment marché. Mon mari est-il trop franchouillard, ou bien a-t-il réellement besoin de deux mois et demi pour se décider à me fêter en tant que maman ? Je ne sais pas. Mais mon tour du monde des fêtes des mères n’est finalement resté qu’une bonne blague familiale.

Aujourd’hui que nous sommes revenus en France, je ne peux plus prétendre qu’à trois fêtes des mères. Alors, dès le premier dimanche de mai, je lance des allusions, inscrit des rappels dans le calendrier familial sur le frigo de la cuisine et partage mes anecdotes d’expat. « Chéri, tu te souviens ce week-end à Lisbonne où j’ai eu une fleur pour la fête des mères ? Oui, le premier dimanche de mai… »

 

Et si je repartais en expat ?

A-t-on déjà choisi sa destination en fonction de la fête des mères ? En tout cas, pour les mamans expatriées au long cours qui ont l’occasion d’accoucher aux quatre coins du monde, il existe une réelle possibilité d’être fêtée de février à décembre. Allez, je vous donne quelques exemples.

  • Norvège : le deuxième dimanche de janvier
  • Géorgie : le 3 mars
  • Irlande : le quatrième dimanche de Carême
  • Egypte : l’équinoxe de printemps
  • Arménie : le 7 avril
  • Corée du Sud : le 8 mai
  • Paraguay : le 15 mai
  • Pologne : le 26 mai
  • Mongolie : le 1er juin
  • Luxembourg : le premier dimanche de juin
  • Thaïlande : le 12 août
  • Argentine : le troisième dimanche d’octobre
  • Russie : le dernier dimanche de novembre
  • Indonésie : le 22 décembre

Vous voyez, on peut faire le tour du calendrier. Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter un joyeux Noël. Oups, pardon, une bonne fête des mères !

Et n’hésitez pas à nous laisser un commentaire pour nous raconter vos expériences de fête des mères en expat !

 

Maïté Mougin

Maïté-Mougin

Maïté Mougin est la responsable éditoriale de FemmExpat. Elle a vécu dix ans en expatriation (Portugal, Turquie et Roumanie). Elle est rentrée en France en 2014.

Vous aussi, vous voulez témoigner de votre expatriation sur FemmExpat ? Ecrivez-lui :

maite.mougin@femmexpat.com

 

 

Femmexpat vous recommande de lire aussi :

10 trucs que ne font que les mamans expats !

Spécial fête des mères : Vis ma vie de maman-expat !

Mamans, boostez votre énergie !


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS FACEBOOK LIVE

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

Nos derniers articles !