Connexion en tant que membre

Amérique du sud Gastronomie Partenaire de la semaine

L’expatriation au Costa Rica avec des produits français !


En-manque-de-produits-francais-Sofrench-so-goods-vous-les-livreBonjour Anne ! D’où viens-tu et que fais-tu au Costa Rica ?

Avec mon mari, nous avons vécu en France principalement à Limoges dans le Limousin pendant de nombreuses années. Nous y avons eu deux enfants qui y ont terminé leurs études. C’est lors d’un voyage au Costa Rica avec Pierre, mon mari, que nous sommes tombés littéralement amoureux de ce pays, de ces paysages, de la nature et de la population. C’est probablement le cadre beaucoup plus serein et moins stressant qui nous a convaincu qu’une vie là-bas serait plus enrichissante et palpitante que notre ancienne vie en France. Dans ce changement de vie, de cadre, de pays, d’environnement, nous avons aussi fait un énorme changement professionnel passant d’une imprimerie à une agence de voyage.

Nous proposons aujourd’hui avec Costa Rica Découverte, des voyages sur-mesure pour nos clients francophones. En plein expansion, nous avons ouvert d’autres agences en Afrique du Sud et en Colombie.

 

Qu’est-ce qui vous a le plus marqué, bluffé au Costa Rica ?

Je dirai pour commencer l’état des routes… (rire)

Plus sérieusement, la zen attitude des gens qui se résume très bien en leur expression fétiche du pays « Pura Vida » qui signifie « pure vie » en espagnol. Comparé à la France, c’est vrai que les gens là-bas sont beaucoup moins dans le rush, le stress du quotidien. Ils ont même été élus le pays des gens les plus heureux du monde en 2017. Je pense que ça en dit assez long sur le sentiment de plénitude qui règne dans le pays.

 

Qu’est-ce qu’il vous manque de la France ?

C’est vrai que les bons repas autour de la table ne sont pas du tout dans la culture au Costa Rica. Lorsque nous sommes invités à manger chez des Costaricains eux ont déjà mangé et on mange sans eux, ils arrivent pour déjeuner à n’importe quelle heure. La culture de la table n’est absolument pas développée comme en France. On s’y fait à la longue, cela fait 12 ans que nous sommes au Costa Rica maintenant, mais lors de nos vacances en France nous en profitons pour voir nos amis et préparer un bon gueuleton à la française.

Notre fille Typhaine pendant des années nous a également envoyé des colis bien français avec des gâteaux, bonbons, chocolat, foie gras, confit… les produits que nous avions du mal à trouver ici. C’est l’une des raisons qui l’a poussé à ouvrir Sofrench-Sogoods, un e-commerce spécialement conçu pour les français qui habitent à l’étranger et qui sont en manque de produits français que ce soit de l’alimentation habituelle consommée en France ou bien de bons produits du terroir.

 

Anne, auriez-vous un petit conseil à offrir aux personnes qui envisagent de venir s’installer au Costa Rica ?

Le premier conseil est de venir avec un projet solide et indépendant. En effet, le Costa Rica est très protectionniste. Il est pratiquement impossible de trouver un emploi pour un étranger légalement.

Je dirais également de ne pas venir ici en pensant que tout est facile et pas cher. Ce n’est absolument pas le cas. Il faut savoir que le Costa Rica ne produit pas grand-chose et que tout ici vient de l’importation. Les taxes douanières sont élevées et du coup beaucoup de choses sont chères, voire très chères. Nous avons vu beaucoup de personnes repartir pour n’avoir pas évalué ces points importants.

Je dirais aussi que beaucoup de ressortissants étrangers arrivent au Costa Rica avec des palmiers, la mer et le farniente en ligne de mire mais déchantent assez vite. Les villages de bords de mer sont des enclaves où les distractions se font rares.

Les meilleures opportunités sont souvent plus proches de la capitale et les infrastructures également. Nous avons nous-mêmes expérimentés “la vie à la plage”. Mais si l’on est habitué à quelques loisirs culturels, ce n’est pas une option viable. Et si l’on a des enfants cela devient vraiment compliqué. Certes, j’ai des exemples de belles réussites en bord de mer ! Cependant, ils sont rares et on a connu plus d’échec que de succès.

 

Pour finir, auriez-vous une petite anecdote à nous raconter sur votre expérience au Costa Rica ?

Les routes du Costa Rica sont souvent un lieu plein de surprise. Il y a quelques années, nous nous rendions à la plage et suivions un pick-up plein à craquer de costariciens en vadrouille.

L’arrière du pick-up était équipé d’un canapé amarré à la benne - plutôt confortable, n’est-ce-pas ? - mais aussi d’un barbecue.

Le comble est qu’il roulait tranquillement sur la piste en piteux état et l’un des occupants faisait griller des morceaux de viandes ! Oui, oui, vous avez bien lu : un barbecue allumé dans un véhicule sur la route et tout le monde autour attendant sa brochette 😉

C’est aussi ça la Pura Vida !

so-french-so-goods-logcontact@sofrench-sogoods.com
Facebook
+ 33 (0)6 63 56 07 52

Ce texte est un publi-rédactionnel

FemmExpat vous recommande de lire aussi :
Allégez vos valises, nous vous livrons la France à domicile !


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

Prochains événements

  1. 02/11 – Café Retour d’Expat (en virtuel)

    novembre 2 @ 9 h 00 min - 10 h 30 min UTC+1
  2. 04/11- Conférence Online Etudes Post Bac Amérique du Nord

    novembre 4 @ 16 h 00 min - 17 h 30 min UTC+1
  3. Conférence Online : Commencer des études internationales en 2021, avec le Bachelor de ESCP

    novembre 5 @ 14 h 00 min - 15 h 00 min UTC+1
  4. 02/12- Conférence Online Etudes Post Bac France

    décembre 2 @ 16 h 00 min - 17 h 30 min UTC+1

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !