Connexion en tant que membre

Destination Les témoignages des expats confinés Ma destination Russie

Quand Moscou se confine : Faire des choix à l’heure du coronavirus


Moscou se confine
Ce matin Moscou se confine et la neige badine.. Photo : Liera's Art Corner - Valérie Chèze

Vendredi 6 mars, je viens de passer deux semaines dans ma campagne française...

Le printemps hésite, il fait doux mais la pluie inonde les champs et cogne sur les carreaux. Je me sens bien dans ma maison en France, cette bâtisse qui a connu la révolution.

Un mal venu de l’Est commence à atteindre nos frontières, les media tournent en boucle sur le sujet et la Russie confine les personnes venues des pays les plus touchés. Ce qui m’aurait à peine arrêtée un instant une décennie auparavant attire aujourd’hui toute mon attention.

Je prends mon café au petit matin en regardant notre bois de hêtres et de châtaigniers. Tout est calme, le vent fait vibrer les fougères et quand mes yeux se portent sur nos bouleaux, la Russie se rappelle à moi.

Notre maison de France est notre havre mais nous habitons à Moscou. Les messages affluent sur mon téléphone et l’idée me traverse que, peut-être, je ne devrais pas « rentrer ».

Ne pas rentrer ne fera que repousser le confinement de 14 jours qui nous attend, ne pas rentrer risque de priver les enfants d’école encore plus longtemps, ne pas rentrer signifie laisser seul mon mari.

Il me laisse le choix. Or nous avons tout traversé ensemble depuis bientôt 30 ans. Je réfléchis. Notre fille aînée prépare son concours dans une ville du sud-ouest, ma mère est en sécurité à la campagne et elles sont toutes deux bien entourées.

Ma décision est prise : je serai avec lui, pour le meilleur et pour le pire, les enfants et moi rentrons à Moscou.

Faire un choix.

 

Samedi 7 mars, monter dans le train, traverser l’aéroport désert et s’envoler

Atterrir, revenir, rentrer et se dire que notre appartement moscovite va être notre seul horizon pendant ces quatorze jours. Étrange sensation. Rentrer en confinement. Je commence à me sentir déconfite justement.

Réorganiser notre vie, établir un planning. Veiller sur mes amies confinées elles aussi, leur envoyer des petits messages, nous organiser des apéritifs à distance, prendre des nouvelles de nos proches, suivre les informations en Russie et en France, s’échanger des blagues – l’humour nous sauvera - lire, enchaîner les séries sur Netflix, rester humains tout simplement.

Vivre notre vie comme avant mais dedans. Faire des choix.

 

Mercredi 18 mars, la fin de l’après-midi survient et à l’heure où les nourrissons pleurent, l’angoisse me prend à la gorge

Mes amis me manquent, voir du monde me manque, je pensais plutôt bien vivre ce confinement pourtant. Je lis que des Français de Moscou font le choix de rentrer en France, au plus vite. Je me mets à paniquer.

Surtout ne pas communiquer ma peur à mes amies elles-aussi confinées, ne pas communiquer ma peur à mes enfants. Rester forte. Je pense à ma grand-mère, aujourd’hui aveugle et dans une maison de retraite à bientôt 106 ans. Elle avait tout perdu pendant la guerre, époux, maison et elle aussi avait dû faire des choix.

Nos anciens ont vécu bien pire. Nous devons tenir et rester droits. Nous devons faire face et garder notre esprit vif. J’appelle mes amis médecins en France et leur message est clair : surtout ne pas bouger, rester dans notre appartement qui va nous protéger, prendre juste un peu l’air au sortir de notre confinement.

Je songe à la Russie et à ses habitants qui ont vécu des périodes de chaos à plusieurs reprises et qui se sont toujours relevés. Je décide de ne pas partir en France, de ne pas faire courir des risques inutiles à mes enfants et de rester aux côtés de mon mari.

Nous sommes une famille, certes enfermés dans un appartement, mais nous en sortirons plus forts. Faire des choix.   

 

Mercredi 1er avril. Après quatorze jours de confinement total puis une semaine d’auto confinement – tous beaux tous propres nous n’allions quand même pas risquer de l’attraper ce virus !nous revoici de nouveau en confinement

Le maire vient de demander aux Moscovites de rester chez eux, de ne sortir que pour les courses alimentaires dans le quartier ou promener son chien dans un rayon de 100 mètres – penser à nous munir d’un chien à notre prochaine expatriation - on ne sait jamais !

La ville est déserte et la neige est revenue. Les allées du parc le long de Tsvetnoy Boulevard sont immaculées. C’est presque magique. Presque, car le ciel est bas, les rues sont vides, le silence est assourdissant.

Le temps semble s’être arrêté. Moscou, la ville qui ne dort jamais, s’est soudain mise sur pause. Pour combien de temps ? Cette situation inédite semble de plus en plus étrange et en même temps c’est très catastrophique pour nos entreprises.

Deux sentiments se mêlent.

Je suis rassurée de voir que des dispositions clairvoyantes ont été prises et qu’enfin chacun va rester chez soi en attendant que la vague passe.

Et je suis angoissée à l’idée de savoir que les liaisons aériennes sont coupées et qu’il me serait difficile de rentrer en cas de problème.

J’appelle notre fille aînée et ma mère tous les jours. Je prie pour que ma grand-mère parvienne à son cent-sixième anniversaire à la fin du mois.

Ici les journées s’enchaînent et se ressemblent. Nous sommes très bien organisés, avec le salon transformé en co-working et nos enfants calés sur Teams. Mention spéciale aux enseignants qui ont dû changer leurs méthodes de travail en un temps record et qui se sont adaptés.

Lors de quelques rares moments de blues, je rêve encore d’être rapatriée pour pouvoir réunir nos trois enfants sous le même toit mais très vite je me persuade que j’ai fait le bon choix.

 

Nous sommes tous dans le même navire, nous passons tous par les mêmes errements

Le plus difficile finalement, ce n’est pas de faire des choix mais c’est de se confronter à l’incertitude.

Incertitude de l’avenir proche, incertitude de la situation sanitaire de la ville, incertitude de l’état dans lequel nous ressortirons de tout cela.

 

Mais sept ans de Russie m’ont aguerrie et je pense que cette histoire nous fera grandir.
La planète nous envoie un message. Nous devons l’écouter et continuer à faire des choix, mais différents.

 

Valérie depuis Moscou

Après un parcours dans le transit international et l’enseignement, Valérie Chèze vient de créer la société Le temps d’écrire.
Rédactrice, correctrice et traductrice, elle vit à Moscou depuis bientôt 7 ans avec sa famille.

Pour la suivre sur les réseaux sociaux :

 

bouton Abonnement NL FXP- 350x150

 

FemmExpat vous recommande aussi :

Bienvenue au rendez-vous des expats confinés

Confinement : tirer du positif pour la famille expatriée

Le virus a désormais conquis la planète ou presque...

Parler du coronavirus avec les enfants


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !