Connexion en tant que membre

Asie pacifique Ma destination Nouvelle Calédonie

Vivre en Nouvelle Calédonie


Nouvelle Calédonie

Août : arrivée sur le « caillou » comme on l’appelle ici ; il fait nuit, il fait froid, c’est l’hiver dans l’hémisphère sud, un voyage très long (comptez 24h minimum), un décalage horaire de 10h... et finalement peu de dépaysement à l’arrivée !

On pourrait se croire en France : même supermarché, même voiture, même visage, même langue... et pourtant on est à l’autre bout du monde.

Quand on dit que la première impression est souvent la bonne, eh bien là ce fut l’inverse !

 Situé dans l’océan Pacifique, en Mélanésie, non loin de l’Australie (1500 km) et de la Nouvelle Zélande, la Nouvelle-Calédonie est un archipel. Elle est constituée de la Grande Terre, des îles Loyautés, de l’île des Pins, île Belep et une multitude d’îlots. Contrairement aux autres DOM -TOM, la Nouvelle-Calédonie présente l’énorme avantage de disposer d’espaces immenses et il faut prévoir une semaine pour faire le tour de la Grande TerreOn ne ressent donc finalement que très peu l’isolement insulaire et si l’envie de shopping et de building se fait trop pressante, Sydney n’est finalement qu’à 2h de vol !Depuis un an que nous sommes installés en Nouvelle-Calédonie, nous découvrons avec émerveillement et étonnement les multiples facettes du pays.

Vivre à Nouméa, c’est bénéficier d’une qualité de vie exceptionnelle.

Au bord du lagon, la ville et ses banlieues s’étalent sur une péninsule formée de collines où les plages sont très accessibles, et il n’est pas rare d’y emmener les enfants en sortant de l’école.

Comme toute capitale, tout y est réuni et concentré, un centre ville autour de la place des cocotiers, un quartier chinois, des ports de plaisance et des quartiers résidentiels avoisinants (baie des citrons, val plaisance, Receiving, Trianon, Orphelinat...).

Les écoles publiques ou privées : elles sont d’un niveau correct, seul hiatus quand on arrive comme nous en cours d’année, puisque l’année ici est décalée, comprenez rentrée scolaire fin février, eh bien vos enfants n’ont pas trop le choix : vous avez beau leur sortir le bulletin forcément excellent de votre enfant avec l’appréciation du maître qui va bien, tant pis c’est trop tard en août c’est la fin du deuxième trimestre aucune chance, votre enfant refera un trimestre de son niveau précédent... Enfin ce qui compte c’est l’épanouissement de votre progéniture, et de ce côté-là pas de problème, il a de quoi s’occuper ! 

Comme dans tout pays chaud, on vit essentiellement le matin, les écoles sont d’ailleurs rythmées ainsi, les enfants rentrent à 7h45 en classe, pause déjeuner à 11h15, et reprise à 13h pour une sortie à 15h30.

Je parlais de qualité de vie exceptionnelle, je pensais aussi et surtout aux enfants qui ont vraiment la belle vie. Une multitude d’activités extra scolaires s’ouvrent à eux et le mercredi les lieux de sorties sont nombreux aussi : une promenade est aménagée le long des plages, de la baie des citrons en passant par l’anse Vata jusqu’à la promenade Vernier. Une piste cyclable pour les amateurs de vélo et roller, et si vous avez oublié le goûter de vos nains, pas de problème un glacier à la BD (baie des citrons). D’autre part, les jardins publics sont bien aménagés et très propres et les balançoires ne sont pas payantes comme au jardin du Luxembourg !

Et si vous avez plus d’une heure devant vous le mercredi après midi, foncez au Parc Forestier, entrée gratuite pour les enfants, il s’agit d’un vaste parc botanique, tranquille et rafraîchissant en été : on peut y voir la plupart des espèces animales du pays dont le célèbre cagou.

Pour en finir avec les enfants, pas d’inquiétude question vacances, un tas de stages et de centres aérés (pour tous) leur sont proposés, et là petit conseil : optez pour un stage d’optimiste ou de planche à voile. Les sports nautiques ont un succès fou ici, il faut dire que les Alysées soufflent fort d’octobre à mars, 10- 15 nœuds tous les jours.

Quand on vit à Nouméa, la blanche, et qu’on a envie d’exotisme et de dépaysement, il ne faut pas hésiter à partir en brousse et à la rencontre des populations caldoches et canaques car si à Nouméa, les échanges sont rares, en tribu ou dans les îles, les gens sont plus ouverts et accessibles. Le calédonien n’est pas forcément chaleureux mais il a gagne à être connu comme la première impression !

Enfin, n’oublions pas de souligner que la situation politique de la Nouvelle Calédonie est incertaine et que les prochaines années seront décisives, en raison du choix de leur indépendance auxquels les calédoniens vont être soumis par référendum ; néanmoins le climat social reste globalement bon et il fait toujours bon vivre à Nouméa en tant qu’expat !

Stéphanie H

sunset-874348_640

Femmexpat vous conseille de lire :

Vivre en Nouvelle Calédonie

NOUMEA : les bonnes adresses

NOUMÉA : à savoir avant de partir

NOUMEA : les loisirs et les sorties


Commentaires

Poster un commentaire

    • Ce n’est pas la France non…c’est une île où les gens parlent Français de par son histoire coloniale mais qui est trés largement autonome avec un gouvernement, des institutions et un Président. Même si la Métropole verse encore de l’argent au territoire et assure sa défense militaire, 85% du budget de la collectivité provient du Nickel, du tourisme, des services, du bâtiment car pays en plein développement donc beaucoup de travaux de modernisation ( ex un hôpital parmi les plus grands et modernes du pacifique Sud ou de nombreux immeubles ou centres commerciaux) et de l’industrie / commerce (l’un des meilleurs cafés au monde, les produits agricoles ou de la mer).

INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !