Connexion en tant que membre

Education Garder le Français

Apprendre le français à nos enfants expatriés 1


apprendre le françaisLors de l’expatriation, notre rythme de vie est bousculé. Il faut se mettre à l’heure du pays, il faut revoir notre organisation pour pouvoir se caler aux horaires de l’école, du travail, des activités extra-scolaires… Une fois bien installés, nous nous rendons compte qu’il va falloir aussi prévoir un temps pour le français ! Peu importe la méthode choisie, il va falloir le faire rentrer dans le planning. Vous voulez une stratégie qui marche très bien ? En faire une habitude ! Découvrez dans cet article les préjugés que l’on peut avoir sur ces habitudes et comment les dépasser.

 

 
Suivre une habitude, c’est ennuyeux !

Ah ! La routine, le fameux « métro-boulot-dodo » ! Ça ne fait pas vraiment envie ! Nous avons souvent peur de faire tous les jours la même chose ! Et pourtant c’est – entre autres ! - par la répétition que l’on apprend ! Pour vous rendre compte que ce préjugé sur l’ennui que procurerait une habitude est faux, je vous mets au défi de faire exactement la même chose pendant tous les jours de cette semaine ! Vous verrez rapidement qu’il y a de nombreux imprévus qui nous font nous adapter systématiquement. Ce qui est difficile est alors de garder un rythme, une pratique quotidienne, une habitude. Il en va de même pour le français : les leçons se suivent mais ne se ressemblent pas, la langue est tellement riche ! Trouvez la méthode qui fera la différence ! Pour vous aider, vous pouvez aussi mettre en place un dispositif de progression qui vous permettra de visualiser l’évolution de votre enfant dans le temps. Ainsi chaque jour est différent puisqu’il nous rapproche de notre but !

 

Mettre en place une habitude, c’est contraignant !

Combien de fois avez-vous dit à votre enfant au moment du cours de français : « il faut s’y mettre» « on n’a pas le choix » « il faut s’y tenir ». « Il faut », ce sont les mots qui coincent. Nos enfants sont souvent allergiques à ces obligations. Et d’ailleurs, en y réfléchissant, ils ne sont pas les seuls : nous aussi, lorsque nous décidons, par exemple, de nous mettre au sport, nous nous rendons vite compte que ce n’est pas si facile !

"Nul n’aime se voir contraint à faire un certain travail, même si ce travail n’est pas déplaisant. C’est la contrainte qui est paralysante."
Célestin Freinet, pédagogue français

Pour enlever cette idée de contrainte, il faut mettre en œuvre un autre état d’esprit. Dès que ces pensées bloquantes apparaissent, les détecter puis se rendre compte qu’elles nous font perdre du temps ! Autant s’y mettre tout de suite, sans réfléchir. Gérer ces quelques minutes d’ « impression de contrainte », ce cours instant, juste avant l’effort, en les balayant et en vous mettant dans l’action, c’est ce qui vous donnera une satisfaction bien plus grande ensuite. Car, une fois l’action terminée (le français fini ou la session de sport complétée), prendre le temps de se rendre compte de la facilité, du plaisir et du bénéfice que l’on en retire va permettre de s’y remettre plus facilement le lendemain.

Pour mettre en place sa propre habitude, il suffit de suivre une recette toute faite.

On pense souvent que ce qui marche pour les uns va marcher pour nous aussi.
Mais il n’existe pas de stratégies universelles pour mettre en place une habitude. Chaque famille a son propre fonctionnement et chaque membre est différent ! Comment trouver son propre rythme ? En prenant conscience de ce fonctionnement et en respectant les caractères de chacun. Et surtout en essayant, en expérimentant, en ajustant et en réessayant encore ! Certains, par exemple, ont besoin de s’y mettre progressivement, d’autres au contraire ont besoin de plonger immédiatement ! C’est par l’expérience que vous vous rendrez le mieux compte de ce qui marche et de ce qui ne marche pas dans votre famille !

Une habitude ? Facile, il faut tenir 21 jours !

Je vois beaucoup de sites qui proposent ces fameux « 21 jours » pour mettre en place un changement pérenne ! J’ai lu d’autres études qui parlaient de 28 jours, d’autres encore de 66 jours ! J’avoue être perdue ! Et si ancrer une habitude dépendait tout simplement de l’habitude elle-même ? Si cela dépendait aussi de nos efforts mis en œuvre pour y parvenir ? Des outils que nous avons à disposition ? De l’aide extérieure que nous pourrions demander ? J’ai tendance à croire qu’en mettant en place un environnement propice, en planifiant, et pourquoi pas, en s’engageant devant une tierce personne, nous mettons toutes les chances de notre côté pour réussir ce changement. Et ce dans les plus brefs délais !

Mettre en place une habitude, c’est une question de volonté !

Vraiment ? Alors, allons plus loin : le fait de ne pas arriver à mettre en place une habitude, c’est finalement une faiblesse de caractère, n’est-ce pas ? Aïe ! La confiance en soi en prend un sacré coup !
Faire en sorte qu’une activité devienne systématique demande – il est vrai ! - un minimum de volonté, mais aussi et surtout… de l’organisation ! Je lis tous les soirs un livre à mes enfants. Cela implique que nous ayons mangé tôt et qu’ils soient en pyjama et les dents brossées avant de venir s’installer sur le canapé avec moi. Mais il arrive que le repas soit décalé pour une raison ou pour une autre, et même avec toute notre bonne volonté, nous ne pouvons rattraper le temps perdu. Nous faisons de notre mieux pour respecter ce temps précieux. Mettre en place une habitude est donc plutôt une question de priorité (est-ce que ça passe avant d’autre chose dans ma vie ?) de clarté (qu’est-ce que je veux vraiment mettre en place ?) et d’organisation (comment faire pour que ce soit facile ?) ! Répondez sincèrement à ces questions et le tour est joué !

Prendre l’habitude d’apprendre le français de manière régulière, c’est voir notre enfant doucement mais sûrement se l’approprier. Effaçons les préjugés que nous pourrions avoir et expérimentons par nous-même. Une réflexion, une organisation et la décision en famille vont permettre de mettre le français au cœur des priorités et de déclencher ce « pilotage automatique » ! Plus besoin de réfléchir : on s’y met naturellement !

Dans mon prochain article, je vous propose des conseils pratiques pour une mise en place plus facile et en douceur de cet apprentissage du français.

 

catherine-allibertCatherine Allibert
Écrivain et accompagnatrice des enfants expatriés dans le monde de la langue française.
Son site : http://www.unehistoiredeninjasetdesamourais.com

D'autres articles de cet auteur qui peuvent vous intéresser :

- « Au secours ! Mon fils parle franglais ! » et autres inquiétudes de parents expatriés

- « Apprendre le français à son enfant : notre traumatisme du stylo rouge » 

- Apprendre le français à son enfant : arrêtons le bras de fer

- Apprendre le français à son enfant : quand le perfectionnisme sabote l'apprentissage


Commentaire

Poster un commentaire

INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

1heure pour faire le point

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

1heure pour faire le point

Nos derniers articles !