Connexion en tant que membre

Ma destination Uruguay

Expat à Montevideo, Uruguay


Expat à Montevideo, UruguayMontevideo, Capitale de la République orientale de l’URUGUAY (ROU).

Montevideo?  Une ville un peu alanguie le long du Rio de la Plata, avec son estuaire aussi large qu’une mer "où – chantait Julien Clerc- les pétroliers viennent donner à la rivière un long baiser salé". La rambla qui longe sur vingt kilomètres les plages de Pocitos, Buceo, Malvín, Playa de los Ingleses, Playa Verde, Punta Gorda et Carrasco permet d'y rencontrer les Uruguayens qui s'y pressent quasiment toute l'année.

Faire du footing, des rencontres, la pause Maté (la boisson locale qu’on emporte avec soi dans la rue), pêcher de la corvina ou admirer le soleil qui se couche : il y a toujours une bonne  raison d'aller à la rambla. D’autant que le climat, type Languedoc -en moins froid l'hiver- y est pour beaucoup.

Les uruguayens ? Un peuple chaleureux, amical, toujours francophile même si la francophonie n’est plus celle qu’elle fut voici 30 ans.

Ambiance latine garantie: Les expatriés fondateurs du pays sont en effet majoritairement espagnols, italiens et français (de nombreux basques). La gastronomie s'en ressent: vigne, huile d’olives, baguette cuite encore souvent dans des boulangeries dont le four est alimenté au feu de bois, pâtes fraîches, tout cela pour accompagner dans l’assiette une des meilleures viandes du monde élevée en liberté dans la pampa (une vache par hectare). Oui, le gaucho sur son cheval, c'est bien ici!

Donc à peine un léger dépaysement à 12 000 km de la France dans ce pays où bovidés et ovins sont 10 fois plus nombreux que les habitants du pays dont la moitié se presse dans la capitale, Montevideo : Ville dont l'architecture et l'art de vivre ont un air d’Europe plus que prononcé.

Les points forts sont alors le climat et le contact facile avec les gens toujours aimables. Bien sûr il faut tempérer cette excellente impression par quelques bémols. D’abord, la rapidité de la versatilité du climat et la présence de vents violents (si tu n’aimes pas le Mistral, certains jours seront plus durs que d’autres). Ensuite, dans les relations commerciales ou administratives : il convient de remarquer une indolence certaine de beaucoup (Ah les promesses d'artisans qui viendront demain !), une ponctualité toute relative typique de l’Amérique du sud (mais il y a pire) et des tracasseries initiées par une bureaucratie municipale et étatique qui serait couverte d'or, d’argent et de bronze si les olympiades existaient en la matière.

Pour se loger en immeubles, le quartier le plus agréable est certainement Pocitos avec sa plage, mais aussi avec des difficultés de stationnement plus on s’approche de la rambla. Pour se loger en villa, le quartier de Carrasco en attire plus d'un, mais 30 minutes de voiture seront nécessaires pour aller au Lycée français et, si Monsieur travaille dans la vieille ville, il lui faudra bien 45 minutes deux fois par jour pour accomplir le trajet.

Fraîchement débarqué il faudra vous habituer à deux choses incontournables. D’abord les embouteillages. Il s’agit d’une chose récente à Montevideo, mais ils existent et ne sont pas près de disparaître car aucun investissement particulier n’est prévu, juste rajouter des feux de circulation - jamais synchronisés- sûrement pour donner un rythme de tango à l’écoulement du trafic. Ensuite, l’acclimatation sera encore plus dure concernant la désinvolture du local motorisé. Résumons : le style de conduite est resté celui qui se pratiquait quand il y avait vingt fois moins de véhicules. Le conseil qui paraît le plus adapté à la situation est donc: Attendez-vous au pire et vous ne serez pas déçu.

Si vous souhaitez éviter le stress des auto-tamponneuses, il vous restera les autobus, fort nombreux bien que pas toujours bien cadencés, ou alors les taxis – eux aussi en grand nombre et d’un prix abordable - bien que le petit volume des véhicules (et donc hélas des habitacles) facilite les excentricités de leurs conducteurs comme presque partout sur la planète.

Pour ravitailler la famille, le choix est vaste : marchés au légumes dans les quartiers, nombreuses petites épiceries ou superettes de proximité et de grands supermarchés intégrés dans des centres commerciaux qui ont la particularité d’être ouverts toute la semaine - dimanche compris – au moins jusqu'à 22heures.

Les produits disponibles sont ceux que l'on trouve en Europe, mais bien sur pas certaines spécialités (donc choucroute ou cassoulet par toi-même tu feras). Par contre, vous allez rapidement apprécier la délicieuse viande locale qui, elle, n'est que rarement disponible en Europe !

La question scolaire ne pose pas de problèmes particuliers avec le Lycée Jules Supervielle qui prépare au bac français et au bac uruguayen.

Les activités extrascolaires ne manquent pas, mais nécessiteront beaucoup de trajets surtout si vous résidez dans le quartier de Carrasco (Merci maman taxi!)

Bien sur, hémisphère sud oblige, les grandes vacances scolaires sont ici fin décembre, janvier et février, une semaine avant Pâques, deux semaines en juillet et une en septembre, ce qui compliquera un peu/beaucoup les voyages vers l’Europe.

L'aide domestique prend deux formes: employée de maison qui vit avec vous (quasiment toutes les maisons et appartements, même d'un standing moyen, ont une chambre de bonne avec salle de bains) ou employée qui vient un certain nombre d'heures/jours par semaine.

Question sport et détente, en plus du footing sur la rambla, vous aurez la plage en été, de nombreux clubs de sport, de fitness, de tennis, deux golfs et du foot, du foot et du foot. Ce n’est pas pour rien que l’Uruguay a gagné la première coupe du monde !!!

Durant les week-ends ou les vacances on peut envisager de belles escapades vers l’intérieur et ses grands espaces pour visiter des estancias avec, bien sûr, ballades à cheval. Les amateurs d’eau chaude se dirigeront vers les thermes au nord du pays tandis que ceux qui apprécient les eaux plus fraîches visiteront la ville balnéaire de Punta del Este. Mais il ne faut pas oublier toutes les autres plages, plus petites et plus rustiques mais pleines de charme, qui jalonnent les kilomètres de côte de l’Uruguay.

Montevideo, capitale de taille modeste à l'échelle du continent sud-américain, possède de nombreux théâtres, lieux culturels, musées, cinémathèques, salles de concerts petites et grandes qui proposent, toute l'année, des programmes éclectiques. En plus, en janvier et février, s'échelonnent les spectacles du carnaval local, bien différents de ceux du Brésil, qu’il serait dommage de manquer.

Ce panorama plus que séduisant doit cependant être tempéré par le fait que l'Uruguay à présent est un pays cher : le prix des voitures, de l'essence, des assurances en surprennent plus d'un, y compris le prix de choses basiques quand on compare avec l’Europe, avec une inflation avouée de 8%, donc en fait de 12 ou 15%! N'oublions pas de mentionner une TVA à 22% mais pas trop fort car cela risque de donner de mauvaises idées à des pays européens que nous ne citerons pas. Par contre, pas mal d'entrepreneurs s'installent pour bénéficier d’une croissance qu'on ne trouve plus en Europe.

L´Uruguay est sans aucun doute un des pays les plus tranquilles d´Amérique Latine, mais les vols avec violence augmentent de plus en plus. Les conseils aux voyageurs mentionnés sur le site de l'ambassade de France ou du Canada sont tout à fait valables et doivent être suivis pour éviter les problèmes. Certes il n'y a pas de bagarres de gangs de narcos, pas d'enlèvement pour rançon, mais les larcins et les cambriolages sont le plus gros problème actuel du l'Uruguay.

 

Et pour vous accueillir et faciliter votre arrivée et intégration, l’association Montevideo Accueil, propose à ses adhérents et aux nouveaux arrivants ou curieux francophones et francophiles un site internet bien documenté ainsi que des rencontres et activités permettant de s’intégrer plus facilement dans ce petit pays d’Amérique du sud qui ne manque pas de charme.

Guy,
de Montevideo Accueil : www.montevideoaccueil.org

 


1heure pour faire le point

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

1heure pour faire le point

Nos derniers articles !