Connexion en tant que membre

Ma vie en expatriation Témoignages Vie pro

Marie, de l’énergie créative au Lithium !


Marie, de l’énergie créative au Lithium !Marie a créé sa boîte en expatriation. Dit comme ça, ça paraît simple. Elle crée des vêtements sur mesure sous sa marque ByLithium, comme les piles rechargeables. En lisant son portrait vous découvrirez comment elle a su rebondir et saisir les opportunités, se donner les moyens de ses envies et profiter de son expatriation pour créer son tremplin professionnel. De quoi vous inspirer et vous recharger à bloc !

Parcours

Je m'appelle Marie Dernoncourt. J’ai 33 ans, je suis mariée à un Français et j'ai un petit garçon de 6 ans. Je vis à Bucarest en Roumanie depuis plus de 4 ans. Je suis de nature passionnée, pleine d'énergie (voire une véritable pile Duracell). J'affectionne les arts plastiques (15 ans de cours) et la danse (20 ans de cours) depuis toute petite. Malgré cela j'ai décidé après mon baccalauréat de m'orienter vers l'univers de la biologie qui m'attirait également. Avec une licence de biologie cellulaire en poche, j'ai intégré un cycle avancé dans une école de commerce cotée à Paris. Forte de ma double expérience, j'ai trouvé rapidement un travail en tant que Responsable du développement de produits cosmétiques dans l'univers du Spa au service Marketing. Puis en 2010, mon mari a eu une formidable opportunité, et après presque 10 ans de vie à Paris, avec un bébé de 6 mois et 5 énormes valises, nous nous sommes expatriés à Canton au sud de la Chine.

Chine, le retour à la création

Entre ma grossesse et le départ en Chine j’en étais à plus d'un an d’arrêt de travail. J’'étais motivée pour trouver un travail dans mon nouveau pays d'accueil. Après avoir envoyé des CV à la terre entière, j’ai rapidement trouvé une mission marketing dans une société de lingerie française située sur place. Puis on m’a proposé de m'occuper du suivi créatif des collections et de l'atelier d’échantillonnage. Je ne connaissais rien au métier de la mode mais j'avais selon mon boss « du bon sens et une bonne vision artistique » ; aussi il m'a proposé de me former. Après un an de collaboration, piquée par le virus de la mode, j'ai décidé de revenir à mes premières amours: la création, l'art... N'ayant pas de connaissance technique j'ai cherché une formation en Chine. J'ai réussi à suivre des études dans une école de stylisme réputée en Asie afin d’apprendre la partie pratique du métier (couture, patronage, coupe, tissus). Je me suis retrouvée doyenne de ma classe.... mais j'étais heureuse de pouvoir fabriquer mes propres créations. En parallèle de l'école et pour me faire la main, j'ai commencé à travailler sur un concept de business. L'idée était que les clients m'envoient leur vêtement fétiche et je m'en inspirais pour fabriquer une nouvelle pièce plus tendance. Le business a commencé avec la famille, les amies puis les amies d'amies... jusqu'au jour où certains clients ont commencé à me demander de créer des vêtements sur mesure depuis mes croquis.

Ça a été le début d'une aventure !

Se libérer des barrières de la langue

L'arrivée en Chine a été un véritable choc culturel et linguistique. J'étais persuadée de m'en sortir avec mon anglais courant...eh bien pas du tout. A part à Shanghai, il est très rare de trouver des gens qui parlent anglais en Chine. Aussi, je me suis retrouvée assez seule les six premiers mois. Je travaillais et prenais des cours presque tous les jours à la pause déjeuner afin d'arriver à un niveau suffisant pour travailler. Cela a été possible au bout de six mois. Je savais que mon chinois n'était pas parfait mais je comprenais la plupart des conversations et discutais avec les gens sans problème. A partir de ce moment-là, je n'ai plus eu de souci, j'ai pu faire tout ce que je souhaitais.  La connaissance de la langue m'a offert la liberté. 
J'ai donc reproduit le même schéma en Roumanie, cela m'a apporté la même sensation de liberté. Je parle aujourd'hui couramment roumain et même si ce n’est pas parfait, tout le monde me comprend.
Pour moi la découverte de la langue a été une libération car j'ai eu accès aux gens et à la véritable culture de chaque pays.

Et cela m'a également facilité la vie au niveau démarches administratives…

L’entrepreneuriat dans le sang, mais pas seule

Je suis fille de 2 chefs d'entreprise donc pour moi le fait de travailler à mon compte n'a jamais vraiment été une question. L'idée a germé dans mon esprit pendant un certain temps.  Puis nous avons dû nous expatrier à Bucarest, où j'ai vraiment voulu me lancer. J'ai donc décidé de monter un atelier de créations sur mesure à Bucarest. J'ai ouvert l'atelier dans une pièce chez moi. Après un an j'ai ouvert mon propre atelier showroom en centre-ville, et embauché deux tailleurs à temps complet.

Ma clientèle au début mixte a vite été essentiellement masculine. J'ai beaucoup discuté avec mes clientes et amies afin de déterminer ce qui m’empêchait d'avoir une clientèle plus féminine. Je voulais proposer des vêtements qui aillent à toutes les femmes, quelle que soit leur morphologie, faire des vêtements sur mesure qui sortent du tailleur classique, dans l'air du temps tout en gardant ma touche personnelle, proposer une collection disponible tout le temps et proposer également des conseils de style... Beaucoup de choses en même temps.

Puis le concept est venu de lui-même : proposer une gamme de vêtements tendances et sur-mesure, le tout on-line. C'est comme ça que la marque ByLithium est née. Je savais que le projet demanderait beaucoup de temps et d’énergie et je sentais que j'avais besoin de le partager avec une personne de confiance. J'ai donc contacté Anne, une amie de longue date.

Emballée par le projet elle a décidé de tout plaquer pour rejoindre l'aventure avec moi. J'aurais eu du mal à affronter les difficultés seule. Etre deux permet de se répartir le travail mais surtout se motiver mutuellement. Je ne serais pas arrivée là si Anne ne m'avait pas insufflé son énergie positive et sa patience quotidienne.

Lithium, recharger sa garde-robe

Les femmes d'aujourd'hui doivent être 100% du temps à 200% : le boulot, les enfants, le conjoint, la maison... Difficile de consacrer du temps au shopping. C'est pourquoi nous avons créé ByLithium.

Plus besoin d’essayer vingt vêtements pour trouver le bon, d’hésiter entre deux tailles, puisque tout est fait sur-mesure. En plus, avec notre module de personnalisation, facile de trouver LE vêtement tendance avec une touche de différence. Notre collection est disponible en ligne sans interruption, sans contraintes horaires. Surtout, nous proposons ces vêtements sur-mesure à des prix abordables pour ne pas grever les budgets.

Avec ByLithium, comme son nom l’indique, nous avons voulu créé une marque qui permet de faire du shopping en toute sérénité tout en se sentant pleine d'énergie jusqu'au soir !

Les challenges de l’entrepreneur

La plupart des gens pensent qu'être entrepreneur c'est gérer son temps comme on l'entend... Mais être entrepreneur c'est surtout ne plus avoir de temps ! Beaucoup de choses à faire et trop peu de temps pour les faire. Donc le premier challenge est d'apprendre à gérer ses journées et à prioriser. J'ai constamment un planning virtuel en tête avec des délais afin de m'aider à savoir quoi travailler en premier. J'ai essayé de tenir un planning physique mais les choses changent trop vite ! J'ai appris à l'avoir dans un coin de ma tête 🙂

Un autre point est de réussir à sortir la tête hors de l'eau. Arriver à se poser pour être certain de suivre le bon chemin, celui que l'on a choisi. Ne pas se laisser enfermer dans le quotidien mais prendre le temps de redéfinir régulièrement sa stratégie. Il faut aussi apprendre à faire d'autres choses. Cinéma, lecture... ne pas penser qu’à sa boîte !

Un des challenges très important est de savoir bien s'entourer. L'entreprenariat nous donne l’avantage de choisir avec qui travailler. L'inconvénient est qu'on s'entoure souvent mal faute de moyens, de temps ou de contacts... On finit par travailler les nuits pour réparer les "boulettes" d'un prestataire. C’est d'autant plus vrai quand on vit dans un pays qui n'est pas le sien avec une culture du travail qui n'est pas forcement la même. Il faut prendre le temps de bien choisir les personnes. A défaut, avoir la faculté de trouver rapidement une solution au plantage 🙂 

Le dernier défi d’un entrepreneur reste sa capacité à se remettre en question et s’adapter. Créer sa boite c'est passer son temps à tout changer, tout le temps. Il est essentiel de tracer les grandes lignes mais il faut rester ouvert à toutes critiques positives ou négatives afin de faire progresser sa vision. Discuter avec son entourage, mais aussi chercher les avis d'autres entrepreneurs ou d'autres personnes. Les autres points de vue sont généralement très enrichissants sur le plan professionnel mais également personnel.

 D’après moi ces challenges ne sont pas dus à un pays ou un business spécifique mais propres au métier d'entrepreneur.

L’avenir de ByLithium

Nous venons de lancer la 2ème collection de ByLithium. Nous avons énormément de retours positifs. Aujourd'hui notre principale priorité est de nous faire connaître en France mais également en Europe. Nous livrons dans toute l'Europe et souhaitons devenir une marque européenne. Nous établissons notre stratégie du point de vue communication. Nous souhaitons également aller plus loin dans le conseil aux clientes et proposer une application de conseils en images/style... C'est une nouvelle idée.Et si dans 5 ans nous fonctionnons bien, nous essaierons d'agrandir l'atelier et d'investir dans un atelier totalement digital car je pense qu'aujourd'hui le digital nous permettrait de faciliter la gestion des commandes au quotidien.

Un mot à celles qui veulent se lancer

La première chose à faire est de se dire que même si on est la personne du couple qui a suivi, on peut avoir une vie pleine et riche, il suffit de le décider. Personnellement je sais que je n'aurais jamais lancé mon activité à Paris. Prise par ma vie, mon boulot, les contraintes financières. Je n'étais pas prête à tout lâcher. Le meilleur conseil est « suivez votre cœur et laissez-vous faire par les opportunités, ne laissez rien de côté ». Mon moteur dans la vie est de « ne rien regretter » donc je m'investis à 100% dans tout ce que j'entreprends. Je ne sais pas si c'est la meilleure chose à faire mais aujourd'hui je suis très heureuse de ma situation.

Ne vous laissez pas démoraliser par l'étendue du travail à faire. Prenez les choses une par une, comme elles viennent. C'est beaucoup plus constructif et plus facile ! Positivez, regardez la partie pleine du verre plutôt que la partie vide. Même si ce n'est pas facile au quotidien, je le sais d'expérience, mon mari aussi !  

Et l’expatriation dans tout ça ?

L’expatriation m’apporte la sérénité, l'ouverture d'esprit sur le monde, la connaissance de nouvelles cultures et de nouvelles langues, la rencontre de personnes formidables avec qui je n'aurais jamais échangé en restant en France. L'expatriation m'a permis de réfléchir sur ce que je voulais vraiment faire. Aujourd’hui je n'échangerais pour rien au monde !

Découvrez le site ByLithium !  

 iihfocchkjelfjcg

 Femmexpat vous conseille de lire aussi :

-Du monde de la finance au mondes créateurs - Changement d'expat 

-Claire & Emilie : Sensibiliser le consommateur américain aux belles histoires de la création française

-«Je crée ma boite !!!»«Euh.. tu es sûre ?»


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS FACEBOOK LIVE

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

Nos derniers articles !