Connexion en tant que membre

Bien-être Ma vie en expatriation Psycho Vie perso

La tribune de Corinne : Le blues de novembre


BluesNovembreExpatriésLe blues de novembre ou quand lexcitation du début fait place à la désillusion. Pourquoi moi ?

Vous êtes arrivée depuis trois mois,  pleine d’énergie et fourmillante de projets et voilà que  s’installe insidieusement « à l’insu de votre plein gré » un état qui vous déstabilise et que l’on nomme le « blues ». Si c’est votre première expatriation ou une nouvelle expatriation,  vous aviez mis toute votre énergie  à préparer ce départ, cette arrivée,  et patatra le beau château que vous aviez construit commence à se fissurer, vous perdez le contrôle, le ballon se dégonfle, et nous ne savez pas comment faire face à ce nouveau sentiment, et surtout vous ne vous reconnaissez pas : le blues ce n’est pas pour moi, aucune raison valable, pourquoi ?

Trois à six mois après une arrivée, vous vivez un choc culturel lié au changement. L’excitation du début d’année scolaire fait place à la désillusion, l’énergie que vous avez déployée fait place à un manque de ressort  face aux difficultés. C’est logique et normal, mais il faut agir !

 

Vous êtes à l’étranger déjà depuis un moment, et pourtant… Le mois de novembre est dans notre calendrier occidental un mois de transformation : le climat, la lumière, baisse de sérotonine, hausse de la mélatonine… Les vacances sont terminées et ce n’est pas encore l’époque de Noël… Tout ceci est imbriqué dans notre histoire, notre culture, et même sous les tropiques on y échappe pas toujours. En expatriation, l’approche de la période de Noël peut nous angoisser, on sera probablement loin des siens, pour la première fois ou encore une fois de plus … Les liens familiaux nous manquent, on a presque peur d’être oublié !

Sachez qu’avoir  des coups de blues dans l’année est normal et naturel. La déprime ce n’est pas la dépression, c’est un moment passager, je vous invite à prendre les devants !

 

Tout d’abord, soyez attentives à vous-même afin de reconnaître les signaux d’alerte

  • Des pensées tristes m’envahissent, je manque de peps, et surtout je me replie sur moi-même.
  • J’ai tendance à m’isoler socialement, je n’ai plus envie de sortir, de voir des gens.
  • Je vais au boulot sans entrain, tout devient un effort.
  • La mauvaise humeur me gagne, j’en veux aux autres et surtout à mon conjoint si c’est lui qui est à l’origine de cette expatriation, je trouve qu’il ne m’écoute pas et qu’il ne comprend pas mon mal-être.
  • Je compense cette frustration en visitant mon frigidaire plus que coutume, ou alors au contraire en étant dégoûtée par toute nourriture terrestre.
  • L'appel de ma couette est omniprésent, pas en sortir du tout , ou alors j’erre la nuit sans sommeil, en ruminant ce qui ne va pas.

Si vous ressentez deux ou trois de ces symptômes…  Halte ! Il ne faut pas que ce mal-être s’installe plus de deux ou trois semaines maximum !

 

Alors, voici quelques petits trucs qui marchent, testés par des expatriées !

  • Dites-vous bien que tout ceci est normal, je vous en ai parlé plus haut, donc pas de culpabilité : une vie sans coup de blues n’existe pas même dans les contes de fées et surtout pas quand c’est une nouvelle expatriation.
  • Ne vous faites pas violence soyez bienveillante avec vous-même et prenez les choses en main, oui mais en douceur.
  • Cela va commencer  par  vous occuper de vous : vous ne vous plaisez plus ? changez de look (séances coiffeur, shopping, massage, etc…) vous allez reprendre confiance en vous.
  • Si ce n’est pas assez,  vous continuez par acupuncture, réflexologie (les expats en Asie sont gâtées) sophrologie, méditation etc.
  • Bougez votre corps et prenez de la lumière et de l’oxygène : balades, sport,  vont booster votre sérotonine qui est l’anti-coup de mou (faites de la luminothérapie dans les pays du nord !)
  • Tenez un journal de bord et lâchez sur le papier tout ce qui vous encombre la tête, grattez de jour comme de nuit, et écrivez ce que vous ressentez. Le journal est un compagnon à qui on peut tout dire.
  • Accordez-vous des temps de lecture pour vous évader dans un livre amusant et joyeux.
  • Surtout ne restez pas seule avec vous-même, échangez avec les autres, des connaissances, des amies…
  • Trouvez une pensée positive par jour et méditez-là trois minutes, savourez-là !

 

Et enfin :
Communiquez dans votre couple ou en famille, dites ce qui ne va pas de façon non-violente, sans mots forts, inadéquates, culpabilisant et paralysant pour l’autre.

 

Notre « truc » et ça marche !

- Je parle en JE  et je dis ce que je ressens « je suis frustrée  parce que je n’ai pas trouvé d’activité qui m’intéresse… »
- Je suis  factuelle « la semaine dernière, quand nous étions avec les untels,  j’ai été blessée par ton manque de… »
- J’écoute l’autre,  je m’assure qu’il a bien compris et je l’écoute vraiment moi aussi « Et toi qu’est-ce tu ressens ? Comment vas-tu ? »

 

Une fois que vous avez remis un peu d’ordre dans ce petit maelström de Novembre, vous vous sentirez mieux. Alors à tête reposée et claire vous pourrez reprendre sereinement le cours de votre vie et plus que jamais vos projets professionnels et personnels. VIVEMENT DÉCEMBRE !

 

corinne miniature

 

 

Corinne Tucoulat est coach et co-fondatrice de Expat Communication.

 

 

Pour faciliter votre vie en expatriation, Expat Communication, éditeur de FemmExpat.com et Expat Value, le site de la carrière à l'international met à votre disposition une équipe de coachs spécialisés dans l’expatriation pour travailler avec vous par skype, ou en direct dans certaines villes.

Envie d’en savoir plus ? Contactez-nous : expatvalue@expatcommunication.com  - Tel. +33 (0)1 42 36 91 91

 

 

FemmExpat vous conseille de lire :

La luminothérapie, et la vie redevient plus rose

La tribune de Corinne : L'adaptation ou quand "tout est au commencement"

Vous et les blues de novembre en expat

bouton Abonnement NL FXP- 350x150


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !