Connexion en tant que membre

Les billets d'humeur Ma vie en expatriation

La femme d’expat n’existe pas !


La femme d'expat n'existe pas !La femme d'expat n'existe pas ! Lectrices de femmexpat, partagez-vous ma réaction ?

En été, le retour au pays est l’occasion de quitter notre île expatriée qui est peu à peu devenue notre bulle quotidienne. Nous nous retrouvons chez nous, brassées avec des non-expats et des expats d’autres pays. L’occasion souvent intéressante de prendre du recul et de se confronter à d’autres points de vue.

C’est ainsi qu’au détour d’un apéro ensoleillé, entre les olives et le muscat, une phrase m’a fait bondir :

« Non, moi, je ne lis pas femme d’expat, moi, ça me saoule les trucs de nanas ».

Rouge. Chaleur. Fourmillements dans les ongles. Je suis agacée. Tout me heurte dans cette phrase.

Femme d’expat d’abord.

Quelqu’un ici lit femmed’expat.com ? Non. Pour une raison simple : il n’existe pas de femme d’expat. Je n’ai jamais croisé de femme d’expat. Il n’y a que des femmes expat. Bien sûr, il n’y a qu’une lettre de différence entre les deux formules. Mais supprimer l’article est une distinction majeure : passer du statut de complément du nom « expatrié » à celui d’actrice de sa vie. Aucune femme à l’étranger ne peut être qu’un complément. Qu’un conjoint suiveur. Vous vous sentez une valise en escarpin vous ?

Même dans les cas les plus extrêmes quand la décision de départ a été prise unilatéralement, quand seul Monsieur travaille, quand Madame a l’impression de subir son expatriation. Même si c’est à son corps défendant qu’elle est partie, Madame est toujours finalement actrice de son expatriation. Elle a beau ne pas être d’accord, elle est bien, elle aussi, dans un nouveau pays, confrontée à un environnement étranger, contrainte à s’adapter, à apprendre à se repérer dans une ville inconnue, à parler une langue différente et côtoyer des gens nouveaux.

Que dire évidemment, de toutes celles qui sont parties seules, de celles que leurs conjoints ont suivi, de celles qui ont tout fait pour que l’aventure ait lieu en couple, et qui ne se sont jamais considérées comme le complément de personne mais comme des pilotes de leur vie ! Femme d’expat ! Une expression à oublier !

Bon, déjà, ceci écrit, ça va mieux.

Une chose me chiffonne encore. Même si j’aime beaucoup la personne qui a prononcé cette phrase.

C’est le fameux « moi, ça me saoule les trucs de nanas ».

Évidemment, chacun est libre de ses opinions. Mais à travers cette phrase, je me suis sentie dévalorisée.

Pourquoi prend-on un journal féminin pour se détendre, quand on ne veut penser à rien et un journal masculin quand on veut réfléchir ? Féminin est-il synonyme de moindre qualité et de futilité ?

Tout à coup, une bouffée de féminisme me saisit. Ou plutôt juste de fierté d’être une femme. Merci femmexpat.com d’être toujours un site de qualité, bien fait, avec des sujets typiquement féminins et d’autres plus larges, pour informer, détendre, faire réfléchir, rassembler, toutes les femmes francophones qui sont fières d’être expat et fières d’être des femmes.

Nadia, une lectrice fière d’être expat et fière d’être une femme.

FemmExpat vous conseille de lire aussi :

La tribune de Corinne – Chérie, c’est super que tu travailles !

Le syndrome de la femme expat


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS FACEBOOK LIVE

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

Nos derniers articles !