Connexion en tant que membre

Les billets d'humeur Ma vie en expatriation Psycho

Le syndrome de la femme expat : « Pour toi, c’est plus facile »


Le syndrome de la femme expat : "Pour toi, c'est plus facile"Nous les femmes expats, sommes victimes du syndrome : « Ouais pour toi c’est plus facile… »

 

Vie palpitante et Jet-Set ? ...

Oui bien sûr, vu de l'extérieur, ça fait rêver ! Et franchement dit, c'est aussi vrai vécu de l'intérieur, la plupart du temps. N’est-ce pas? 

Sauf ! Disons-le, en début de mandat dans un nouveau pays et toutes les fois où le choc culturel nous frappe en pleine figure !  N’est-ce pas? 

Faut avoir le courage d’y aller.

La flexibilité de s’adapter et de tout mettre en place pour QU’ENFIN ! On vive effectivement la vie palpitante et Jet-Set qui est si enviée de l’extérieur ! Ce n’est pas donné à tout l’monde d’avoir cette ouverture d’esprit, cette volonté d’adaptation et ce goût de l’aventure que nous portons.  C’est ce qui nous distingue, nous, les femmes expats!

Je me souviendrai toujours de la réaction de mon père

Lorsque dans les débuts de ma vie de femme expat et à la venue d’une nouvelle expatriation, je lui ai annoncé que j’allais repartir, tout plaquer (mon gros job, ma vie confortable, etc,) pour accompagner mon mari sur une petite île au milieu du Pacifique Sud. « T’es bien certaine de ce que tu fais ? … Et puis ton mari, qu’il ne soit pas dupe. La société doit être bien heureuse de l’avoir déniché. Car il ne doit pas y avoir beaucoup d’autres ingénieurs qui souhaiteraient avoir son job !  »  

L’air de me dire que la société venait de trouver un beau pigeon .  (Lui qui en était si fier!) Et puis oui, finalement, dans une certaine mesure, il avait raison. Car on a bien vu au fil du temps, que peu d’ingénieurs accompagnés de leurs familles (dont plusieurs autres Québécois) ont pu s’adapter, malgré les plages à en faire rêver plus d’un ! 

Parce qu’effectivement, une fois les quelques heures de charme passées sous les cocotiers, le mari vous dit : « bon ça y est, maintenant, moi je pars travailler.  Bonne semaine, on se voit le weekend prochain ! » Par exemple. (Alors qu’il part à deux heures de route de l’hôtel où vous êtes installée avec bébé de 2 ans et demi et garçon hypeactif et hyper allergique d’à peine 7 ans!) …OK ! Je fais quoi moi maintenant ?"  

 

Il faut tout réinventer ! 

Pas toujours évident dans une nouvelle culture, un nouveau pays. On se retrouve d'ailleurs souvent bien seule et sans repères pour trouver une école pour les enfants, un médecin qui partage à peu près les mêmes valeurs, des activités pour occuper la famille, des endroits où faire les courses, se faire comprendre et accepter dans une nouvelle langue. Voire, si on a de la chance, trouver une amie en qui on a confiance, etc. Et j’en passe !

 

Nous les femmes expat, c’est notre spécialité, on y arrive !

Mais pas sans peine et toujours aussi facilement qu’on nous le dit.  Même que, les mêmes qui nous dirons éventuellement que « Ouais pour toi c’est plus facile… » sont ceux qui nous ont dit au début  « Moi je ne suis pas certaine que j’irais vivre… LÀ ! Tu sais c’est le pays le plus pauvre de l’Union Européenne ». Par exemple…

 

Vous, vous y êtes allée et vous vous en êtes sortie plutôt pas mal !

Même que votre copine bulgare avec qui vous échangez un jour, vous raconte qu’elle prend des cours d’italien depuis environ 2 ans (le même nombre d’années que vous, avec les cours de bulgare). Alors elle ajoute qu’elle n’arrive pas à se motiver ou à trouver le temps pour faire des devoirs à la maison, suite à quoi elle progresserait sûrement plus rapidement… Bref. Quand vous lui dites que « Ah ! C’est exactement la même chose pour moi avec les cours de bulgare ! », elle vous répond que  « Ouais mais pour toi c’est plus facile… » 

Ah bon ? Mais pourquoi ???  Parce que vous êtes femme expat en Bulgarie et donc sûrement plus immergée au jour le jour dans la langue… Bon peut-être. En principe !  Seulement. Si j’arrêtais, d’écouter France 2, de me tenir avec les femmes de Sofia Accueil et que je sortais mes enfants du Lycée Français. Mais… Je n’y arrive pas!  Comme elle ! (Sauf que je ne lui ai pas dit….)

 

« Ouais mais pour nous c’est plus facile. » 

Tout comme c’est plus facile pour nous de faire des kms pour aller rendre visite aux autres, d’avoir des enfants bien élevés. Plus facile pour nous la crise (même si notre mari vit de contrat en contrat), plus facile pour nous… Allez pourquoi pas ? Le mauvais temps !… Ah bon ? Mais pourquoi ??? 

Parce que nous sommes  femme expat ! 

Nos vivons une Vie palpitante et Jet-Set!  Et nous ne la changerions pour rien au monde!  

Enjoy !

Maryse B-L

à Sofia, Bulgarie

 

Femmexpat vous conseille de lire :

Ma meilleure amie, cette sœur de l’expat

Ma copine néerlandaise

Gérer l’absence et la séparation temporaire pour la famille expatriée


Commentaires

Poster un commentaire

  • très bon article ! merci Maryse de ce partage très honnête ! je confirme ! et j’ose affirmer sans aucunement me plaindre que la vie de Femme d’expat est très loin d’être une vie revee ! jet set et j’en passe ! La vie d’expats est une magnifique expérience mais attention,….. a hauteur des sacrifices consentis par tous les membres de la famille !
    Odile

INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS FACEBOOK LIVE

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

Nos derniers articles !