Connexion en tant que membre

Ecole locale et internationale Education

Immersion scolaire locale ou internationale : un choix à faire


enfant-schoolbusLe jeune enfant et l’apprentissage d’une autre langue : le choix de l’immersion scolaire locale ou internationale

Lorsque l’occasion se présente pour votre jeune enfant d’intégrer une nouvelle langue dans son quotidien, c’est une chance qu’il peut être bon de saisir ! En amont de l’école primaire et le début des apprentissages académiques, l’enfant avant 6 ans absorbe tout ce que lui propose son environnement de vie. En expatriation, la possibilité d’être scolarisé dans un établissement local ou international qui pratique une autre langue que celle de la famille, peut s’avérer une belle opportunité pour lui de l’intégrer facilement. Cette acquisition se fait alors spontanément tout en développant ses potentialités d’apprentissage.

La décision d’exposer son enfant en immersion dans un nouvel environnement très différent de celui dans lequel il a évolué jusqu’alors, suppose un certain goût pour l’aventure de la part des parents. Faire ce grand saut dans l’inconnu c’est oser imaginer les gains à long terme et ne pas être débordé par les contraintes et craintes à court terme. Il s’agit avant tout d’être sûr de ce choix d’orientation et convaincu de ses bienfaits. C’est un élément majeur du succès de l’apprentissage de son enfant.

Pour réussir son adaptation, l’enfant doit non seulement sentir ses parents déterminés dans leur choix mais également heureux de lui offrir cette expérience. Plusieurs éléments vont les aider à accompagner leur enfant dans ce nouveau contexte de vie. Prenons deux attitudes qui vont avoir un impact positif sur cette expérience et faciliter la transition : la confiance et le positivisme.

Faire confiance

Faire confiance à son enfant : cela signifie être convaincu, au plus profond de soi qu’il a la capacité de s’adapter. Cela permet de le projeter en gagnant. Même à un tout petit il faut le verbaliser : « C’est tout nouveau, au début tu ne vas pas bien comprendre et petit à petit ça ira mieux. Je suis sûre que tu es capable de bien t’y adapter et de t’y plaire… ». C’est le « You can do it ! » américain qui gonfle le moral !

Se faire confiance à soi-même en tant que parent : se convaincre de sa capacité à accompagner son enfant lors des séparations. C’est investir son rôle d’ouverture sur le monde pour son enfant tout en affirmant sa fonction parentale de base affective auquel il peut toujours pouvoir compter. Cela signifie renforcer les moments d’attention et d’affection, partager davantage de temps de qualité, ensemble, à la maison, notamment lors des premiers temps de l’adaptation à cet environnement tout nouveau pour lui.

Faire confiance à sa famille : lorsque c’est le cas, la fratrie peut aussi être un vecteur d’encouragement, de soutien et de gratification dans l’adaptation à ce nouvel environnement et l’apprentissage de la langue. L’alliance de tous autour de ce projet qui demande des efforts à celui qui le vit apporte une reconnaissance au jeune enfant qui se sent valorisé par ceux qui comptent le plus pour lui, ses parents et frères et sœurs. Ce sont eux qui représentent la continuité et la sécurité pour lui, eux avec qui il partage cette aventure d’une nouvelle vie et d’une nouvelle école.

Faire confiance au nouveau cadre scolaire : être a l’écoute de son propre ressenti au contact de l’équipe d’encadrement pédagogique. Vous devez pouvoir faire le choix de la structure sans contrainte et être sincèrement rassuré de l’environnement sécurisant et stimulant dans lequel il va évoluer. Vous devez pouvoir communiquer facilement avec l’équipe à propos de votre enfant. En général, le cycle d’intégration est bien organisé, étape par étape.

Etre positif 

Une projection positive teintée de joie aide l’enfant à y adhérer. A condition d’y être intrinsèquement convaincu. Même à un tout petit il est possible de dire : « C’est une chance que tu as d’aller à cette garderie/école/preschool, tu vas connaitre plein de monde, apprendre à parler une autre langue, faire des choses différentes… ». Il va capter votre ressenti affectif et associera la gaieté de vos propos avec quelque chose de positif. Verbalisez aussi la part de tristesse que vous ressentez à vous séparer de lui mais insistez surtout sur la joie des retrouvailles.

Valoriser l’altérité : si votre enfant vous sent content pour lui d’évoluer ainsi dans un environnement différent de celui de la maison, s’il vous entend parler avec satisfaction de ses apprentissages généraux et  linguistiques, il poursuivra lui aussi ses progrès avec joie. La fierté en tant que parent d’offrir à son enfant une autre manière de communiquer avec le monde, de le voir s’épanouir dans deux univers très différents et d’enrichir la palette de ses capacités et de ses références est légitime.

Connaître les bienfaits du bilinguisme : l’impact de la pratique d’au moins deux langues est scientifiquement mesuré avec des constats bénéfiques non seulement au niveau cognitif mais aussi dans le domaine relationnel sans oublier la dimension créative. Je recommande vivement la lecture du livre de Barbara Abdelilah-Bauer Le défi des enfants bilingues, grandir et vivre en parlant plusieurs langues (La Découverte- 2008), qui vous permettra d’aller plus loin dans la réflexion sur les acquis et le vécu du bilinguisme.

Partir vivre à l’étranger expose son enfant à une autre manière de voir et de vivre le monde. Pour le jeune enfant qui n’a pas encore d’enjeux académiques dans le domaine scolaire, l’immersion dans une structure locale ou internationale est une option intéressante qui lui offrira l’ouverture à l’altérité –entre autre- par la pratique d’une autre langue.

Adélaïde Russell

Adéläide Russell est psychologue et co-auteur avec Gäelle Goutain des livres « L’Enfant expatrié » et « Conjoint expatrié« . Avec sa famille elle vit en expatriation aux Etats-Unis et a été expatriée dans de nombreux autres pays. Elle contribue régulièrement à la rédaction d’articles pour le site FemmExpat et anime le Club des Mamans.

Femmexpat vous conseille de lire :

Les bourses scolaires

Expatriation: comment offrir la meilleure école à vos enfants?

INSCRIPTION ECOLE FRANCAISE A L'ETRANGER


1heure pour faire le point

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

1heure pour faire le point

Nos derniers articles !