Connexion en tant que membre

Carrières Expat de la semaine Les soins Ma vie en expatriation

Domitilla, orthophoniste en ligne


Domitilla, orthophoniste en ligneDomitilla vit à Dresde depuis quelques mois. Orthophoniste depuis déjà 18 ans, elle a adapté son activité à sa vie d’expatriée. Aujourd’hui ses patients sont aussi bien aux Etats-Unis qu’en Asie puisqu’elle travaille majoritairement à distance, via Skype. Découvrez son portrait tout en bonne humeur !

Je m’appelle Domitilla de Laporte. Je suis mariée et maman de 4 enfants (de 15, 13, 10 et 7 ans). Ils nous suivent dans nos aventures professionnelles et familiales à l’étranger depuis de longues années. Ils sont scolarisés en système international, en anglais. 

Je vais fêter mes 40 ans cet été et suis orthophoniste depuis 18 ans déjà !

Fraichement expatriée au sud-est de l’Allemagne, à Dresde, j’ai décidé de me lancer dans l’orthophonie en ligne. Je souhaite apporter un soutien de qualité aux expatriés francophones et français, résidant dans des zones où l’accès aux soins est difficile.

Expat depuis toujours

Je crois pouvoir dire que je suis née expatriée ! Belge francophone de naissance, je suis arrivée avec ma famille en France à l’âge de 7 ans. J’y suis restée jusqu’au baccalauréat. Puis je suis retournée faire mes études d’orthophonie-logopédie en Belgique (à l’Institut Libre Marie-Haps de Bruxelles). 

Je me suis mariée un an après mon diplôme en poche !

De par le métier de mon mari, nous avons été amenés à déménager plusieurs fois. A deux au départ, puis en famille au fil du temps…

L’Europe

Nous avons d’abord vécu deux ans et demi à Londres. D’où nous sommes repartis avec une expérience professionnelle en milieu scolaire bilingue pour moi… et notre premier bébé !

Nous avons ensuite travaillé en Suisse pour mon mari et en France frontalière pour moi (à mi-temps dans un institut médico-éducatif auprès d’une population d’enfants et d’adolescents handicapés mentaux, et a mi-temps en cabinet libéral). Nous sommes restés dans le Jura pendant cinq ans. Et nous y avons eu deux enfants de plus.

L’Asie

Le Japon, première nouvelle culture

De là, mon mari s’est vu offrir une proposition de poste au Japon. C’était notre première « expatriation ». Dans le sens où on a découvert ce que cela pouvait faire d’être plongés dans une nouvelle culture, avec une nouvelle langue 😉 Expérience intéressante pour une orthophoniste ! Trois années très riches, une vraie découverte culturelle, la rédaction d’un blog familial pour moi… Et notre quatrième enfant qui est né à Tokyo. Même aujourd’hui, il aime dire qu’il est franco-belge, mais différent de ses frère et sœurs car il est né au Japon…

Travailler à Singapour

Au gré des mutations, nous avons enchaîné sur six ans à Singapour, où j’ai eu la possibilité de travailler dans un grand cabinet pluridisciplinaire de 23 thérapeutes. J’y étais au départ la seule francophone ! Une expérience très riche et excitante. Je rééduquais en grande partie des enfants français du Lycée Français de Singapour. Mais aussi des enfants francophones scolarisés en école internationale, beaucoup d’enfants multilingues ou issus de couples mixtes. Avec beaucoup de belles rencontres à la clé.

Dresde, en Allemagne

Finalement, nous voilà en Allemagne depuis neuf mois. Où je lance mon site d’orthophonie en ligne www.domidelaporte.com, afin de mettre mes 18 années d’expérience au service des Français de l’étranger et des régions sous dotées.

Je poursuis donc le même métier, sous une forme différente, mais tout aussi enrichissante !

Orthophoniste, expat, épouse, maman

Au départ, nous n’avions pas spécialement prévu de nous expatrier. Mais mon mari et moi sommes tous les deux sociables et curieux. Les envies de rencontres humaines et de voyages ont donc quand même toujours été une thématique commune. 

Même entre mes grossesses, j’ai toujours gardé mon métier d’orthophoniste. Je profitais ainsi de la flexibilité qu’il offre pour réguler mon activité.

Etre maman m’a donné une empathie indispensable pour collaborer avec les parents de mes patients. Et surtout une expérience sur les problématiques de langage. Mais aussi une capacité de pouvoir situer l’enfant dans sa globalité (alimentation, sommeil, propreté, autonomie, socialisation, etc.).

Heureusement et évidemment, on peut se réaliser autrement qu’en travaillant de manière rémunérée.

Vivre aussi en dehors de son travail

Au Japon par exemple, j’ai aimé profiter du temps que m’offrait ma grossesse pour prendre des cours de cuisine asiatique, de calligraphie japonaise ou d’ikebana (art floral). Visiter, faire des heures de vélo et de photos dans les rues et quartiers de la ville…

Puis à Singapour, en dehors de mes jours de travail, j’ai pris du plaisir à me remettre au sport. Et aussi à m’engager de manière active pour une association caritative (http://anak-tnk.org ), qui vient en aide aux enfants des rues de Manille aux Philippines.

Grâce à tout ce temps partage, nous nous sommes faits des amis pour la vie !

Aujourd'hui, les enfants grandissant, devenir “mom'entrepreneur” est devenu une évidence. Garder mon travail partout avec moi est vital ! Donc je m’organise pour que cela soit possible.

Des doutes à chaque nouvelle destination 

Les doutes à l’arrivée dans un nouveau pays, je pense qu’on les a tous ! Est-ce qu’on fait les bons choix ? Est-ce que les enfants ne vont pas « souffrir » ?

La liste des questionnements peut être longue si l’on choisit de s’y attarder ! Déménager à l’international, ce n’est pas juste changer de logement. C’est changer toutes ses routines, ses habitudes. Ce sont beaucoup de pertes ! Et en même temps une excitation, une aventure partagée en famille, une nouvelle dynamique de création…

La stabilité de la tribu

Je crois que ce qui me permet de surmonter mes doutes, c’est justement le fait d’être six ! On bouge « en tribu ». Cela nous assure une stabilité affective dès le départ. Même si chacun s’adapte à son rythme, on se soutient. Cela crée des liens qui sont forts ! Avec le temps, on apprend à se faire confiance.

J’ai compris qu’être heureux n’est pas une question de lieu. Sa stabilité, son équilibre, on se les crée…

La barrière de la langue

Je suis arrivée en Allemagne avec l’envie de découvrir une nouvelle ville et une nouvelle culture. Mais aussi avec l’idée de continuer mon travail d’orthophoniste… La première barrière, et pas la moindre, a été LA LANGUE ! 

Différences de rapport au temps

Une autre barrière a été de me rééduquer à la notion de temps… A Tokyo ou à Singapour, tout va vite. C’est une société basée sur les services.

Un exemple professionnel… qui va peut-être vous faire sourire :

Pour se faire faire des cartes de visite à Singapour, il suffit de mettre son logo sur une clé USB, aller dans le quartier chinois de la ville (où tout le monde parle anglais, et qui est ouvert 24h sur 24 / 7 jours par semaine… ou presque), rentrer chez un imprimeur, donner la clé USB, aller boire un café 15 min, revenir… Et c’est prêt, pas cher, et déjà emballe dans la boite en plastique avec la facture. Avec en prime un sourire du vendeur !

Ici à Dresde, le même processus m’a pris pas loin de deux semaines… Déjà, ne parlant pas allemand, j’ai perdu pas mal de temps à me renseigner pour trouver un imprimeur. Ensuite, avec la même clé USB et le même logo, je me suis rendue chez l’imprimeur. Il m’a proposé de repasser le lendemain pour me présenter le ‘BON A TIRER’. Le lendemain, on m’a expliqué que je n’avais pas de chance, la personne en charge était déjà partie ! Et oui, le vendredi à 15h, c’est déjà le week-end… Voilà tout simplement comment tout prend plus de temps.

Loin de moi l’idée de critiquer l’imprimeur allemand par ce modeste exemple. En revanche, il m’a bien aidé à réaliser en quoi j’avais, MOI, besoin de m’adapter !

J’ai eu aussi plusieurs bonnes surprises…

A Singapour, en raison des visas, il m’a fallu presque neuf mois pour pouvoir travailler de manière légale. Ici en Allemagne, la création d’un cabinet a été bien plus facile. Car mon diplôme est européen.

De plus, la plage horaire en Europe est optimale pour beaucoup de mes patients. Nombreux sont ceux qui souhaitent des consultations le soir après l’école ou le mercredi/vendredi après-midi…

Compte tenu du décalage horaire, il m’est facile de leur trouver un créneau disponible. Je peux proposer des séances le matin pour des patients aux Etats-Unis. Et dans l’après-midi ou la soirée pour les patients du Moyen-Orient ou en Asie par exemple.

Une activité née de mes expériences

Toutes les expériences et rencontres en expatriation m’ont amenée à réaliser qu’il y avait beaucoup de patients de par le monde qui sont en recherche de rééducations ou de thérapies dans leur langue maternelle.

En fonction des pays dans lesquels on se trouve, c’est parfois le parcours du combattant pour avoir des conseils orthophoniques. Et on n’a pas toujours envie d’attendre les prochaines vacances en France pour un rendez-vous. En plus, bien souvent difficile à obtenir en raison des listes d’attente.

C’est en pensant à tous ces patients là que je me suis lancée !

Une orthophonie accessible dans le monde entier

Mon souhait est simple : rendre l’orthophonie accessible aux personnes vivant à l’étranger. Ou qui sont éloignées d’une orthophoniste francophone, ou encore pour les familles bilingues et/ou multiculturelles.

Forte de ce constat, j’ai lancé mon activité d’orthophonie en ligne. Je collabore également sur la plateforme Eutelmed (service de santé en ligne).

Déroulement d’une séance

La séance d’orthophonie en ligne est la version digitale de l’orthophonie classique. On établit une relation en tête à tête via Skype. Cela renforce même l’attention puisque l’écran enlève beaucoup de distractions. 

Elle est utilisée depuis de nombreuses années en Amérique du Nord. Et elle se développe aujourd’hui également en Europe et en Asie.

Troubles traités 

Presque tous les troubles peuvent être traités en consultation. Cela dépend principalement de la motivation du patient, et de l’implication du parent dans le cas du jeune enfant.

J’aime beaucoup travailler les troubles du langage oral en général (l’émergence du langage chez les petits, les troubles articulatoires, retards de parole/langage, dysphasies, le bégaiement, les troubles du spectre autistique, les handicaps divers, les troubles d’origine neurologique). Mais également les troubles du langage écrit (notamment la dyslexie/dysorthographie).

Un accompagnement familial, multilingue et confidentiel

Je suis ravie aussi d’accompagner des patients multilingues et leurs familles. Je peux aussi faire de l’accompagnement parental en anglais si besoin.

En pratique, je réalise que même avec les plus jeunes, on arrive à faire du bon travail. L’écran les attire. Mais surtout il y a une vraie relation humaine qui se crée… et c’est ça qui est super !

Il va de soi que tout ce qui se dit lors des séances reste confidentiel, tout comme en face à face.

Des prix compétitifs 

Si l’on prend en compte le temps perdu à attendre, le stationnement et tous les frais associés, la téléorthophonie est compétitive.

Le patient règle avant la séance de manière sécurisée via Paypal. Et je fournis bien évidemment des factures qu’il pourra soumettre à sa mutuelle.

Le patient, l’écran et moi

Seule l’installation du logiciel Skype est nécessaire. Les patients n’ont pas besoin de matériel supplémentaire. C’est moi qui leur fournis le matériel nécessaire à leur séance en partageant mon écran en direct. Il m’arrive aussi d’envoyer des documents à imprimer.

Le patient doit idéalement se trouver dans une pièce calme, avec une bonne connexion wifi.

Je demande aux parents, surtout si l’enfant est jeune, de veiller à ce qu’il ne soit pas distrait. Par exemple : éteindre la télé, cacher les iPad et occuper les frères et sœurs dans une autre pièce. Cette séance sera ainsi SON moment !

Les patients préparent chez eux des feuilles, éventuellement des feutres ou crayons de couleur. Et surtout leur bonne humeur !

Je dis souvent que le langage doit véhiculer des informations, mais aussi du plaisir 😉 Les séances aussi… 

A quelle fréquence ?

Les séances durent 30 ou 45 minutes en fonction des cas. Aucune fréquence n'est volontairement définie avant l'évaluation du patient. Certains patients n'ont besoin que d'un accompagnement ponctuel. D’autres nécessitent une rééducation intensive de plusieurs séances par semaine.

Les bénéfices de l’orthophonie en ligne

L’orthophonie en ligne présente de nombreux avantages. L’environnement familier de la maison met immédiatement le patient en confiance. Tout le monde gagne du temps car il ne faut ni se déplacer ni attendre en salle d’attente, ce qui renforce également le sentiment de confidentialité. Enfin, les capacités de concentration du patient sont bonnes, de par la nature interactive de la séance.

Les challenges

La réticence de certaines personnes qui sont sceptiques face à la digitalisation de mon activité. Cela me parait bien normal… On questionne ce qui est nouveau. Je les invite à essayer, j’offre d’ailleurs 15 minutes gratuites de pré-consultation d’emblée.

Le challenge organisationnel que représente la gestion d’une création d’entreprise en parallèle de la gestion d’une maison dans un environnement nouveau pour nous, de cours d’allemand, et d’une famille 😉 Je progresse grâce à l’aide d’un coach. Il m’aide à prioriser de manière hebdomadaire les actions à mettre en place pour développer et promouvoir mon travail, notamment via le site internet et la page Facebook (www.facebook.com/domidelaporte).

Les patients avec lesquels je travaille depuis plusieurs mois me recommandent déjà. Et je les en remercie !

Les projets à venir 

J’en ai beaucoup, mais je ne me fixe pas de délais précis… Pourquoi pas un jour écrire un livre ?

Mon projet le plus avancé est le lancement d’une chaine Youtube qui permettra au plus grand nombre de profiter de mes conseils d’orthophoniste de manière ludique, interactive et sans contrainte géographique. Et le tout dans la bonne humeur !

Et aussi, découvrir l’Europe en famille !

Message pour une expatriée qui hésite à lancer son activité

Je lui dirais…. GO !!! Il y a plus à gagner qu’à perdre ! Tu peux commencer petit et grandir au fur et à mesure.

Mais je lui dirais aussi… informe ton conjoint de ta volonté de te réaliser professionnellement et communique régulièrement sur tes avancées, tes doutes, tes victoires. Entoure-toi de gens bienveillants, qui sauront te booster, te faire croire en tes idées, te soutenir, te recommander et te faire connaitre.

Je lui dirais encore… que les plus belles aventures commencent en ouvrant des portes !

Je lui dirais enfin… on ne vit qu’une fois ! L’expatriation est un challenge, mais elle te permet bien souvent de te connaitre, de te trouver et  peut être de te « créer » ??!

Go !

Conseil pour qui veut se lancer en Allemagne

L’Allemagne est un pays carré, bien organisé par départements (länders)… Les lois et taxes sont complexes pour les petits nouveaux. Il ne faut pas hésiter à se faire aider par une entreprise de relocation ou une entreprise spécialisée pour s’assurer que les statuts soient déposés comme il le faut. Cela évite les mauvaises surprises.

La richesse de l’expatriation

L’expatriation m’apporte une vie enrichissante, pas de tout repos, voir « sportive » par moments. Mais quand je regarde en arrière, je ne regrette RIEN ! Et on se régale en voyant les photos de nos enfants qui grandissent dans ces environnements si différents…

L’expatriation m’apporte aussi son lot de belles rencontres…

On est RICHE quand on compte parmi ses amis au moins une personne d’une autre nationalité, une personne de 15 ans de plus, une personne de 10 ans de moins, une personne d’un autre milieu social que le sien, une personne qu’on n’aurait jamais rencontrée autrement qu’en voyageant jusqu’à elle ?

Si ce proverbe est vrai, alors je suis très riche ! 😉


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !