Connexion en tant que membre

Mode et beauté

Entretien avec Laurie Cazaux, fondatrice de la marque d’espadrilles Atelier Aliénor


Entretien avec Laurie Cazaux, fondatrice de la marque d’espadrilles Atelier AliénorAprès la naissance de son fils ainé, Laurie est partie en expatriation à Houston pour suivre son mari. Elle en a profité pour lancer sa marque d’espadrilles éco-responsables faites 100% à la main au Pays Basque. Une belle histoire qui a vu ses débuts en 2017, et qui n’a fait que grandir. Aujourd’hui, elle en est à sa cinquième collection et cette jeune française nous montre qu’avec volonté et persévérance on peut mener le projet de ses rêves !

Comment et où est né Atelier Aliénor ?

Entretien avec Laurie Cazaux, fondatrice de la marque d’espadrilles Atelier Aliénor

Tout commence par un rêve, celui de renouer avec mes racines. Puis le rêve a laissé place à l’idée, qui elle-même s’est concrétisée quelques mois plus tard.

Atelier Aliénor est arrivé tout naturellement dans ma vie. On est fin 2015, je venais tout juste de devenir maman. Je crois que la maternité bouleverse tout. Pendant mon congé de maternité, j’avais la boule au ventre comme une veille de rentrée scolaire rien qu’à l’idée de réintégrer mon poste en finance que j’avais laissé quelques mois plus tôt. J’ai réalisé que d’autres chemins étaient possibles grâce à un bilan de compétences réalisé pendant mon congé de maternité. La nouvelle d’un départ aux Etats-Unis tombe juste avant mon retour au travail au printemps 2016, pour notre plus grande joie !

C’est bête mais je me suis toujours dit que les choses arrivaient pour une raison. Alors, cela m’a donné le courage de tout plaquer après 6 années en entreprise. C’est ainsi que commence mon aventure créative sous le nom d’Atelier Aliénor.

L’espadrille est le trait d’union entre ma nouvelle vie au Texas et mon sud natal. C’est le projet de promouvoir un savoir-faire précieux en revisitant cette chaussure traditionnelle qui me porte. La première collection sort l’été 2017 à Houston, c’est le grand saut dans l’inconnue mais je me sens tellement libre !

Entretien avec Laurie Cazaux, fondatrice de la marque d’espadrilles Atelier Aliénor

Qui est derrière Atelier Aliénor ? Parle-nous un peu de toi

J’ai grandi moi aussi dans une famille d’expatriés. Le fait de déménager depuis toute petite m’a appris la richesse des rencontres et des gens. On nous disait souvent en cabinet d’audit que « personne n’est irremplaçable », moi je pense justement que c’est tout le contraire. Atelier Aliénor existe d’ailleurs pour (grâce à) cela : l’admiration du geste de l’artisan, la découverte de la vie d’une cliente, le partage d’expérience avec d’autres entrepreneurs.

Côté vie perso, je partage ma vie avec Adrien depuis 13 ans et ensemble, nous sommes devenus les parents de Thibault, qui a 5 ans et d’Éloïse, 2 ans. Nos journées sont très animées mais toujours dans la bonne humeur. Il faut dire que l’on vit dans un petit coin de paradis. Après 4 années aux Etats-Unis, nous sommes rentrés à Bidart, un village basque à côté de Biarritz. Entre océan et montagnes.

Entretien avec Laurie Cazaux, fondatrice de la marque d’espadrilles Atelier AliénorEn quoi ton expérience d’expat t’a aidé à devenir entrepreneuse ? Et quels ont été les challenges ?

C’est justement le fait de savoir que l’on allait être expatriés qui m’a confortée dans l’idée de me lancer !

Quand son conjoint est susceptible d’être muté à l’étranger, on sait que l’on va devoir quitter son job à un moment que l’on n’aura d’ailleurs pas choisi, et qu’il va falloir imaginer la suite. C’est l’occasion de se poser les questions que l’on n’a jamais osé se poser.

Quels ont été les challenges ? Par où commencer ! Partir dans un autre pays, avec une autre langue, une autre culture, zéro réseau et créer sa société dans ce contexte.

Mais heureusement, l’envie était plus forte et m’a empêchée de voir tout cela !

Concernant le retour, comment anticiper la continuation de son business une fois rentrée en France ?

Il faut justement créer son business en pensant au retour. Il ne s’agit pas de repartir de zéro tous les trois, quatre ans au risque de se décourager ou de s’épuiser.

En un certain sens, il faut considérer l’expat comme une phase d’expérimentation pour son produit, ses services. Il faut faire en sorte que ce produit ou service soit transposable partout ou que le business soit gérable à distance.

Entretien avec Laurie Cazaux, fondatrice de la marque d’espadrilles Atelier AliénorQuels sont tes conseils pour les expats qui veulent se lancer ?

Les expatriations peuvent être difficiles à gérer pour le conjoint suiveur. Il faut faire le deuil d’une carrière linéaire. On ne se définit plus par sa profession et on est souvent réduite à « épouse de Monsieur, qui est avocat chez… ». Ce n’est pas toujours facile à vivre !

Mais une expatriation, cela peut aussi être l’opportunité d’essayer quelque chose de complètement différent, une occasion de se faire plaisir.

Pour se lancer, je pense qu’il faut un juste équillibre entre un réel pragmatique pour prendre les choses avec rationnalité et un peu d’insouciance. Sinon, on se pose beaucoup trop de questions et on n’avance pas. Qu’est-ce que l’on a vraiment à perdre ? La contrainte financière est parfois moins forte en expatriation, alors autant en profiter pour se lancer ! Dans le pire des cas, ça ne marche pas et ce n’est pas la fin du monde.

Tes plus grandes difficultés/challenges ?

Le fait de naviguer à vue depuis un an à cause de la pandémie de Covid n’est pas évident pour développer l’activité, plannifier des événements…

Il faut plus que jamais être créative, aller taper aux portes (digitales…) sans avoir peur. Je crois que mon passage aux Etats-Unis m’a décomplexée sur ce sujet. J’ose envoyer des messages en direct sur Instagram et Linkedin, relancer, une fois, deux fois et honnêtement, je suis surprise de voir que cela fonctionne… parfois !

Tes projets pour l’avenir ?

La saison de l’espadrille commence, et c’est la première en France pour Atelier Aliénor. Alors c’est un gros challenge !

Avec le retour des beaux jours, de jolis projets vont arriver : un événement aux Galeries Lafayette (si la situation sanitaire le permet !), et des collaborations avec des marques qui aident les plus petites comme moi à se faire connaître.

Profitez d'une remise de 15% avec le code "femmexpat"

Pour en savoir plus, consulter le site d' Atelier Aliénor

FemmExpat vous conseille de lire aussi :

Tu fais quoi dans la vie ? 

Un bilan de compétences pour oser chercher le job de vos rêves ?

bouton Abonnement NL FXP- 350x150


ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Évènements à venir

Femmexpat Conférences en ligne