Connexion en tant que membre

Les Amis Les billets d'humeur Les Enfants Ma vie en expatriation Vie familiale & sociale

Les enfants de mes amies ne sont pas les amis de mes enfants


 

Les-enfants-de-mes-amis-ne-sont-pas-les-amis-de-mes-enfants-UNE femmexpat 559x520 - 2020Les enfants de mes amies ne sont pas les amis de mes enfants ! Quelle triste constatation surtout en expatriation où l'amitié des familles est si importante.

Dans la bible des usages du monde et de l’expatriation, pas une page qui n’omette la bonne intégration des enfants pour une adaptation réussie de la famille.

Il apparait qu’une bonne intégration/adaptation c’est encore-d’abord-toujours une bande de potes...

Donc, en bonne poule pondeuse, on se met en action comme un missile à tête chercheuse. Et nous voilà à arpenter tous les hubs (écoles, cafés d'accueil, clubs de tous poils) pour trouver la fille sympa qui elle aussi aura des petits schtroumpfs compatibles à notre tribu.

Mais attention, les enfants de mes amies ne sont pas toujours les amis de mes enfants !

 

Des enfants hautement compatibles

C’est comme au loto, une chance sur 13 millions (ou un grain de riz dans un sac de 72 kg,) qu’on trouve la famille Ricoré clone de la nôtre comme ça tout de go !

Grands, moyens, petits tout baigne dans une béatitude amniotique : parents sur la même fréquence éducative, mêmes aspirations... Franchement voilà qui a plus de prix que tout le trésor de la banque de France (avant les subprimes s’entend) : 

  • notre Guillaume a les yeux d’un coq électrisé par un levé de soleil pour votre Lola;
  • en tant que mères respectives de deux fanas de jeux vidéo, votre Félicien et son Anatole vous laissent vite au seuil de leur monde de geeks;
  • quant à Lola et Pomponnette, elles partent, couettes au vent, sur le chemin de l’amitié à la vie à la mort !

 

Isabelle/ Buenos Aires : 

Quand les X sont arrivés en milieu d’année, la vie de nos enfants a été transformée. Sept enfants entre les deux familles et il a suffit d’un premier asado « d’introduction » pour qu’ils se connaissent et reconnaissent. Depuis les liens perdurent. Idem pour nous parents !

 

Mais, bizarrement, ça ne se passe pas toujours comme ça !

 

 

Leur confiance n’a d’égale que leur méfiance

On trouve Pierre et Martine trop cool et franchement, on ne voit pas pourquoi leurs enfants ne seraient pas à leur image. Donc on tente un rapprochement intergénérationnel...

Autant dire que quand vous vendez le produit à vos têtes blondes vous avez comme la conscience oppressante que la réalité ne va pas se passer « finger in the nose ».

On en profite aussi pour faire une réhab' collective du savoir vivre :  ce n’est pas gagné !

  • à la première molle poignée de main, il y a comme un arc électrique qui signifie aux parties présentes que si elles sont là, c’est sur une idée originale (mais pas forcément la meilleure), de leurs géniteurs.
  • les parents (les mères, plus exactement vecteur social s'il en est) ont l’adrénaline qui les irradie du chignon aux orteils. Tout en sachant qu’on ne transforme pas un précipité de mauvaise humeur en élixir de fraises Tagadda.

La suite leur donne raison : une partie de foot/piscine plus tard, un silence sépulcral s’installe que même une partie de Wii ne déride pas.

 

L’heure est grave !

Il manque les principaux ingrédients : la spontanéité et le naturel qui président à ces rencontres. Et qui sait, ils auraient pu devenir de bons copains sans votre désastreuse intervention.

Ce qui se passe dans la voiture au retour est censuré !

Adrien : 

J’en pouvais plus des enfants des copains des parents qu’il fallait absolument voir. Entre la soi-disant future prix Nobel du lycée, une bêcheuse, oui et l’autre body buildé, ras le bol !

 

Il arrive aussi que nous ayons 90% de pas de bol et 10% de pas de pif

Aussi, quand nous mettons en présence des forces potentiellement belligérantes avec la meilleure intention du monde, les risques sont grands.

Par exemple :

- Quand vous conjuguez votre Pimprenelle qui n’aime rien tant que d’aligner ses Playmo à un point qui frise le TOC et un Nicolas qui transforme sa chambre en Porkland...  Ca va être la tuerie assurée quand bien même la mère du petit Nicolas vous paraît la quintessence de la fille sympatoche !

- De même quand vous pensez que Paul, dégringolé tout droit d’un bouquin de la Comtesse de Ségur avec sa raie encore bien droite à 16 heures, a beaucoup à apporter à votre Pierrot, assis en permanence sur des ressorts et des cheveux aux quatre points cardinaux qui n’en font qu’à leur tête... Pas sûr que vous ayez la totale maîtrise de la distribution des rôles dans le scénario.

- Et que dire, oui que dire, quand on passe dans la tranche des ados noyés dans le bouillonnement de testostérone en fusion, où leur seule et unique idée est de s’affranchir de la famille et que patatras on leur propose/impose une rencontre avec des pikatchus de leur âge qui forcément les enthousiasment autant qu’un symposium entre Tutsis et Hutus...

 

Froid polaire et regard de cobras assurés et c’est inversement proportionnel à l’entente des parents. Normal vous dit Mr Cyrulnik !

 

Le temps de la résilience a sonné

Si vous êtes le genre de mère qui plafonne à trois légumes par jour et passe au premier refus de la purée de brocolis en mode mousseline, ne croyez pas que sous d’autres cieux vous allez vous transformer en Bree Van de Kamp.

Les enfants sont tout pareils...

Les affubler de binômes improbables parce que les parents exhalent tous les signes d’une amitié prometteuse... c’est se hasardeux sur un terrain glissant !

 

L’expatriation c’est comme la transhumance

Au début du séjour, en général, la famille se déplace en légion bien serrée à la moindre invitation. On fait bloc pour se donner du courage, un peu paumée que nous sommes mais pas seulement...

On se dit que personne n’est à l’abri de tomber en empathie intégrale pour une autre légion et transformer cette phase d’approche en ivresse icarienne, certes, certes...

 

Mais franchement pourquoi imposer une idée qui ne vous aurait pas traversé l’esprit en France et doit être considérée comme une fulgurance de ce même esprit loin de nos bases !

Vous vous voyez à la sortie du lycée entrain de faire un casting des copains probables ou improbables pour vos enfants ?

Même si on a le cœur tout chaviré de voir Chouin-Chouin se bunkériser les premiers mois faute d’âme sœur et de potes comme lui prêts à égarer leur cerveau tout neuf : faites lui confiance ! Il fera son nid et son miel de ses propres rencontres... Vigilance mais pas intrusion...

Paquita

 

bouton Abonnement NL FXP- 350x150


FemmExpat
vous conseille de lire :

Les amitiés d'enfants expatriés : comment gérer les aurevoirs ?

9 astuces pour garder des liens familiaux forts en étant expatrié

Un investissement gagnant en expatriation : la vie de famille

"Au secours ! Mon fils parle franglais !" et autres inquiétudes de parents expatriés


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !