Connexion en tant que membre

L'interculturel Les billets d'humeur Ma vie en expatriation

Nous expats et le syndrome Jean-Claude Van Damme*


Ne vous êtes-vous jamais demandé pourquoi nous expats, ne nous moquons jamais de JCVD* et de sa manie à mélanger les mots d’anglais et de français dans chaque déclaration publique depuis 30 ans ? D’après notre dernier baromètre de l’expatriation, vous êtes 79 % à maîtriser la langue du pays dans lequel vous vivez. Pour les expatriés depuis plus de 10 ans, vous êtes même 53 % à parler la langue comme des natifs. Voilà pour les chiffres. Pour ce qui est de la réalité, lisez plutôt…

Un syndrome bien connu chez FemmExpat

C’est Miss Texas, du blog misstexasblog.com qui en parle le mieux. Il y a quelques années dans les colonnes de FemmExpat, elle expliquait :

« Le syndrome JCVD a ça de chouette qu'il te surprend partout, n'importe quand, dans n'importe quelle situation. Tu parles en français comme si de rien n'était et puis d'un coup - blank space – tu ne trouves plus un mot. Il est là pourtant, pas loin, sur le bout de ta langue ! Tu le vois dans ta tête, tu sais qu'il est là quelque part, tu n'as plus qu'à le faire sortir, et bien non, il se refuse à toi. Et sans même que tu t'en rendes compte, c'est son petit copain de ta langue d'adoption qui se glisse sans prévenir dans ta conversation. »

Le syndrome Jean-Claude Van Damme
© Caro - dessinsdexpat.com

Ne plus trouver ses mots en français : vous voyez de quoi on parle ?

C’est ainsi qu’Elisabeth, ex-serial expat est incapable aujourd’hui d’appeler une courgette par son nom en français. Cette cucurbitacée finit toujours par s’appeler Zucchini, Kabatchok, Calabacin. Mais courgette, non jamais.

Nathalie, qui a grandi en expatriation raconte qu’aujourd’hui, même ses enfants savent que quand elle parle du « control remoto » c’est la zapette qu’il faut lui passer.

Sur Facebook, vos réactions ont fusé : Alexandra dit « je dis toujours "sauver de l'argent" au lieu de dire "j'economise" ». Chez Marine, 3 ans en Allemagne, 3 ans en Chine, au Japon depuis 2 ans, le syndrôme JCVD atteint même des sommets :

« 没有 (méi yǒu) café pour le frühstück ! »

«  大丈夫 (daijoubu) je vais au コンビニ (konbini) »

Comprenez : « Il n’y a plus de café pour le p’tit déj -  Pas de problème, je vais à la supérette »

Aude est une spécialiste :

« Des expressions de nouchi, toi même tu sais, je suis cadavérée, on va s’ambiancer. Ou du wolof : taf taf pour vite fait, le fameux inchallah, et en lingala omoko oyébi (toi même tu sais) qui se prête à tant de situations. »

« Inchallah » fait d’ailleurs partie de vos grands favoris… aux côtés du « Jugaad » indien... « bon ben là...ça va être jugaad » (comprendre « on va faire avec ce qu’on a »)

Des expats adeptes de cette "gym du cerveau"

Sophie, multi expat témoigne:

« Oui, chez nous tout se mélange, de plus on aime faire la déclinaisons des verbes ou le pluriel des mots en mélangeant plusieurs langues dans un même mot. Ou alors on mélange les grammaires pour faire des jeux de mots qu'on est seuls à comprendre…. De la gym du cerveau, je vous le dis ! »

Et le grand moment de solitude quand on rentre en France

Sophie, alias Miss Texas poursuit justement :

« Le pire, dans cette histoire, ce n'est pas tant quand tu es au bout du monde. Autour de toi, parmi tes amis expatriés, tous ont le syndrome JCVD à des niveaux plus ou moins aggravés. Cela crée une sorte de métalangage (« On va downtown ? », « Gare toi dans le driveway », « On fait un playdate ? ») mais au moins, tout le monde se comprend. Non, le pire, c'est quand tu rentres en France, que tu tentes de parler normalement et que soudain, sans crier gare, un mot de ta langue d'adoption vient se glisser dans la conversation. Tu le vois, le regard amusé qui te dévisage ? Celui de ceux pour qui le français glisse tout seul ? »


C'est ce grand moment de solitude qu'a connu la maman de Martin, 7 ans, de retour du Chili :

« Mamaaaaan, Sophie elle a pissé sur mon œuf !!!!! »

(Pisar = marcher sur)

Et pour conclure, laissons la parole à Raphaëlle : « C’est le bardak ! (Désordre en russe) » et à Miss Texas JCVD :

« Notre brain est magique : il arrive à nous faire chercher des mots dans notre langue maternelle, alors que ceux-ci viennent tous seuls dans une langue qu'on ne maîtrise même pas. Ne vous inquiétez pas, c'est normal… Votre brain est tout simplement… aware !

* Jean-Claude Van Damme, aussi appelé JCVD ou encore « The Muscles of Brussels » est un célèbre acteur d’origine belge, émigré au début des années 1980 aux Etats-Unis et connu pour son rôle dans des films d’action et de combat tels que Bloodsport, Universal Soldier, Timecop. Dans les années 2000, il son image publique se ternit du fait de multiples déclarations perçues comme absurdes, dans lesquelles il mélange anglais et français. On lui doit la fameuse citation : « Un replicant quand il naît, il est physically formé comme un gars de 40 ans, mais son brain... comment on dit ? son computer brain ? son cerveau, il faut qu'il absorbe tout ce qu'il y a autour, qu'il voit les couleurs, qu'il touche comment sont les choses, il est aware... » Plus de citations de JCVD ici.

Merci à Miss Texas - du blog misstexasblog.com à l'origine de la première version de cet article en 2018.

Merci à Caroline Gaujour, illustratrice/graphiste expatriée à Istanbul –www.dessinsdexpat.com / dessinsdexpat@gmail.com, Auteure du livre, "Ma vie d'expat, destination Istanbul"

D’autres réactions sur le groupe Facebook de FemmExpat

 

bouton Abonnement NL FXP- 350x150

 

FemmExpat vous conseille de lire aussi :

9 idées de coach pour apprendre une langue

Choc culturel : iceberg droit devant !

Miss Texas : Houston, blog et bons mots

Ma vie d’Expat – Destination Istanbul

Envie de faire le point avec un coach spécialiste de l’expatriation ?

Les coachs de la Coach Academy peuvent vous accompagner dans toutes les étapes de l'expatriation


ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Évènements à venir

Femmexpat Conférences en ligne