Connexion en tant que membre

Le bilinguisme Les Enfants

Parler français à la maison avec ses enfants : les 10 conseils de Catherine


ParentsEnfantsBilinguesCe jour où notre cœur se serre, où nos jambes flageolent, où notre monde s'écroule... ce jour où notre enfant vient de répondre à notre question, pourtant posée en français, dans la langue du pays où nous vivons !

Nous rêvons tous que nos enfants expatriés parlent, lisent et écrivent en français. Et si ça pouvait être aussi bien que leurs petits camarades restés en France, ce serait encore mieux. Et c'est bien normal que nous pensions cela, nous voulons qu'ils gardent leurs racines, leur identité et le contact avec leur famille et leurs amis. Mais nous sommes inquiets car, bilingues, ils le sont mais ils ne maîtrisent ni l'une ni l'autre des langues. Pire, ils donnent priorité à la langue locale.

Vite ! Imposons-leur de parler français dès qu'ils franchissent le pas de la porte ! Vite ! Faisons semblant d'ignorer ce qu'ils disent lorsqu'ils utilisent une langue autre que la langue maternelle ! Vite ! Interdisons complètement la langue locale de rentrer dans notre vie de famille ! Oui, nous mettons en place des solutions évidentes, simples et efficaces.

Efficaces ? Vraiment ? Mettons-nous un instant dans la peau de notre enfant et essayons de penser comme lui. Une contrainte est toujours déplaisante, n'est-ce pas ? Et l'indifférence n'a jamais réglé quoi que ce soit. Quant aux interdictions... je ne finis même pas cette phrase, vous m'avez comprise.

Et si... et si nous respections leur choix ? Et si nous le respections tout en gardant nos propres convictions ? Vous pensez que ça ne l'aidera pas ?
Je vous donne ici quelques pistes à tenter pour remettre en douceur votre enfant sur la voie du français.

1)    Commençons par être réaliste.

Avez-vous expliqué à votre enfant qu'il va être difficile (voire impossible en restant à l'étranger !) d'avoir le même niveau en français qu'un enfant resté en France ? Car oui, les enfants en école primaire en France ont plusieurs heures par semaine de français et sont à longueur de journée dans un bain linguistique qui les soutient dans cet apprentissage de la langue.
Soyons conscients des efforts et de la volonté dont doivent faire preuve nos enfants pour pratiquer le français dans un pays non-francophone. Soyons lucide, donc, et prenons en compte ce fait tout en gardant notre enthousiasme !

2)    Cherchons à comprendre

Notre enfant a besoin de reconnaissance de ses pairs que ce soit à l'école ou dans les activités extra-scolaires ou encore chez ses amis. Il souhaite s'intégrer dans le groupe et ne veut pas être différent. Il est donc normal qu'il donne plus d'importance à la langue du pays où vous êtes expatriés. Comprendre cela permet plus facilement de respecter son choix.

3)    Ouvrons la discussion.

Votre langue maternelle est la langue minoritaire de votre enfant et cela vous gêne. Pourquoi ? Lui avez-vous expliqué la raison pour laquelle le français vous paraît si important ? Et qu'est-ce qu'il en pense ?
Souvent nous voyons clairement le besoin qu'il y a à ce que l'enfant ne perde pas le français. Mais lui, dans un environnement extérieur qui ne l'invite pas à le pratiquer, ne voit pas toujours ce que ça peut lui apporter. Écoutons sans a priori leur point de vue et partageons le nôtre. La solution n'en sera que plus claire.

4)    Cherchons les opportunités chaque jour.

Notre mission en tant que parents n'est-elle pas de trouver dans notre quotidien des moments propices, des opportunités pour apprendre le français ? Trouvons les connections, créons des interactions pour que la pratique et la connaissance de la langue s'immiscent dans nos vies naturellement, simplement, tendrement.

5)    Donnons envie.

Et si nous parlions à notre enfant de ce livre que nous avions lu à son âge et qui nous avait tant bouleversé ? Et si nous lui montrions que nous utilisons le français tous les jours dans nos lectures, dans nos correspondances, dans notre travail comme dans nos loisirs !
Inspirons le goût du français à nos enfants en leur donnant la preuve de ce qu'il nous a apporté et de ce qu'il nous apporte encore aujourd'hui.

6)    Soyons confiants en leurs capacités.

Nos enfants ont acquis lors de leur expatriation une très grande qualité : la capacité à s'adapter. Confrontés à des situations plus insolites les unes que les autres (je suis sûre qu'ils ont une multitude d'anecdotes à ce sujet !), ils ont su se forger un caractère et savent désormais rebondir. Cette capacité d'adaptation va leur servir aussi lorsqu'ils auront besoin de se réapproprier le français. Ayons confiance, relâchons la pression et rassurons-les.

7)    Persévérons !

Pas facile au jour le jour de trouver le courage de faire du français avec ses enfants. Trouvons la motivation en cherchant une solution qui aille à toute la famille ! Soutenons notre enfant du mieux que l'on peut en suivant des principes simples : en l'impliquant dans sa propre éducation, en croyant en ses capacités, en l'encourageant dans ses efforts et en célébrant ses réussites.

8)    N'imposons pas.

Nous n'aimons pas la contrainte : nos enfants non plus ! Ne les forçons pas à apprendre une langue dont ils ne comprennent pas la nécessité. Nous risquons de nous trouver devant un rejet pur et simple. Il vaut mieux écouter, échanger et chercher une solution qui aille à tout le monde. Les solutions sont tellement diverses qu'il en existe sûrement une qui convienne à notre famille !

9)    Créons le bon environnement

Laisser traîner des livres en français dans la maison, écouter des chansons françaises, regarder un dessin animé français ensemble, laisser des petits mots en français, tous ces petits gestes teintés d'amour sont bien plus importants qu'on ne le croit car ils exposent notre enfant à la langue française de manière naturelle et bienveillante.

10)   Amusons-nous ensemble !

Amusons-nous autant qu'eux et donnons leur le plaisir des mots ! La langue est pleine d'incohérences farfelues, les jeux de mots sont toujours rigolos, et l'histoire des expressions souvent étonnante ! Fouillons avec eux et avec délice cette langue pleine de trésors !

Alors pensez-vous toujours que le fait qu'il vous réponde dans la langue locale est un problème ? Quelles sont les points ci-dessus qui résonnent en vous ? Y a-t-il des solutions que vous pourriez mettre en place dès maintenant ?

J'ai la conviction qu'un apprentissage qui engage l'enfant et qui est basé sur l'écoute, la compréhension et la bienveillance des parents mais aussi qui inclut  le plaisir naturel du jeu permet d'augmenter grandement l'efficacité de l'assimilation de la langue.

Nos enfants ont acquis dans le processus d'expatriation une autre qualité des plus précieuses : l'esprit d'aventure ! Respectons donc leur choix de parler dans la langue qu'il souhaite mais faisons en sorte qu'ils soient prêts à vivre la grande aventure de la découverte de notre belle langue !

 

cath-allibCatherine Allibert
Écrivain et accompagnatrice des enfants expatriés dans le monde de la langue française.
Son site : www.unehistoiredeninjasetdesamourais.com

D'autres articles de cet auteur qui peuvent vous intéresser :

- « Au secours ! Mon fils parle franglais ! » et autres inquiétudes de parents expatriés

- « Apprendre le français à son enfant : notre traumatisme du stylo rouge »

Apprendre le français à ses enfants : quand s’y mettre ?


Commentaire

Poster un commentaire

  • […] Edit: Cette liste prend en compte les jeunes parents – Papa et/ou Maman – français vivant à l’étranger dont les enfants grandissent bilingues. Ceux-là mêmes parlent donc la langue locale au quotidien et, accessoirement, le français. Certains points de cette liste traduisent ainsi les craintes de ces parents vivant à l’étranger (dont je fais partie!) de voir leurs mouflons négliger voire renier la langue française. Il y a un article sympa qui traite de cette thématique si jamais ça devait arriver: Dix pistes pour les enfants ayant adopté la langue locale. […]

INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !