Connexion en tant que membre

Ma vie en expatriation Vie perso

Les 5 profils de ceux qui vivent à l’étranger


5-profils-de-ceux-qui-vivent-a-l-etranger-UNE femmexpat 559x520Etes-vous un explorateur, désireux de voir le monde ? Ou un expatrié par obligation ? On trouve une grande variété de personnes qui parcourent le monde. Voici ici les 5 profils de ceux qui vivent à l'étranger.

Et vous, quel est le vôtre ? Le site Internations en a fait une liste non-exhaustive. Attention, humour et second degré au programme.

 

L’explorateur

L’explorateur adore voyager, chercher de nouvelles destinations et explorer le monde. Démontrant un fort intérêt pour tout ce qui est nouveau et inconnu, l’explorateur est le plus souvent immergé dans des lieux qui diffèrent énormément de sa base. L’Asie, par exemple est une destination de choix fréquente pour les explorateurs occidentaux.

Tandis qu’il séjourne à l’étranger, l’explorateur cherche activement à expérimenter la culture locale. Il tente d’apprendre la langue, sans pourtant avoir de garantie de succès.

Les explorateurs sont comme les nomades et parcourent le globe parce qu’il y a tant à découvrir, apprendre, expérimenter, et prennent chaque voyage ou séjour à l’étranger comme une nouvelle aventure.

Cependant, certains explorateurs sont particulièrement centrés sur un pays ou une culture spécifique, comme par exemple les anglophiles ou francophiles… Les self-made expats entrent souvent dans cette sous-catégorie, éperonnés par leur amour pour la destination qui les font partir à l’étranger.

 

L’évadé

A l’opposé de l’explorateur, l’évadé est plus guidé par le désir de fuir son environnement que par l’amour de l’inconnu.  Les raisons de fuir peuvent varier, allant du simple ennui au conflit avec un ex ou avec la loi… Leur point commun étant : plus il part loin et plus la destination est exotique, le mieux c’est.

Le retraité expatrié est l’exemple classique de cet évadé. Enfin capable de profiter des fruits de sa longue vie de travail, la plupart de ces retraités cherchent les côtes ensoleillées pour échapper aux climats froids et humides de leur pays d’origine. La Floride et la Thaïlande sont les destinations phares de ces expatriés retraités.

 

Le conjoint étranger

Le conjoint étranger habite à l’étranger non pas par amour ou haine envers un pays, mais parce qu’il est amoureux. Qu’il ait rencontré sa moitié lors d’un voyage ou simplement à la caisse d’un supermarché, peut importe ! Le conjoint se retrouve à l’étranger car l’amour n’a pas de frontières.

Selon leurs dispositions et leur personnalité, partir vivre à l’étranger par amour peut être l’accomplissement du rêve d’une vie ou au contraire la possibilité de devenir un cauchemar. Seule la fin de la lune de miel le dira.

 

Le local international

Sans être véritablement un résident étranger, le local international est cependant tout à fait un esprit mondial. Il recherche activement les voyageurs et les étrangers, ou au moins désire être en contact avec eux pour partager son expertise locale.

Les locaux internationaux sont souvent d’anciens explorateurs ou des rapatriés, cherchant toutes les occasions pour retrouver l’accent familier ou parler la langue, ravi de partager des expériences, des nouvelles ou des histoires sur son ancien pays d’accueil , ou simplement espérant retrouver les sensations de voyager et d’expérimenter de nouvelles cultures.

 

L’expatrié ‘classique’

Envoyé à l’étranger par son employeur, l’expatrié ‘classique’ profite de cette opportunité pour booster sa carrière et idéalement retirer des bénéfices de cette expérience à l’étranger. En se basant sur leurs caractères et leurs comportements tandis qu’ils vivent à l’étranger, on peut dire qu’il existe au moins 3 sous-catégories de ces expatriés ‘classiques’ : l’alien, l’élitiste et l’assimilateur.

  • L’alien jure dans le décor, sort du lot par sa capacité de s’adapter,  soit par choix, ou par circonstances.
  • L’élitiste ne s’intègre pas à la culture locale mais passe la plupart de son temps au travail ou chez lui avec ses pairs expatriés.
  • L’assimilateur, à l’opposé, fait le maximum pour parler la langue locale et adhérer aux coutumes.

 

Bien sûr, comme c’est toujours le cas avec les profils et les catégories, ce sont plutôt des généralités. Dans la vraie vie, les choses sont rarement noires ou blanches. En réalité, les ‘esprits mondiaux’ peuvent facilement être identifiés ou se reconnaître eux-mêmes dans un ou plusieurs de ces profils. Un explorateur passionné, par exemple, peut volontiers être envoyé à l’étranger avec une mission d’un expatrié ‘classique ‘.

*Article original Internations

 

 

FemmExpat vous recommande aussi :

Chéri(e) on s'expatrie : le livre sur le couple expatrié
L'expat : un cycle vécu en décalé par elle et par lui
Expat versus résident
Ma meilleure amie : cette soeur de l'expat

 

bouton Abonnement NL FXP- 350x150


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS FACEBOOK LIVE

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

Nos derniers articles !