Connexion en tant que membre

Gastronomie Japon Ma vie en expatriation Témoignages

Ateliers cuisine et macarons à Tokyo


Fille de l’expatriation, les talents culinaires de Sophie l’ont amenée à créer son activité pro autour d’ateliers cuisine et macarons qu’elle propose chez elle à Tokyo.

macaron

L’expatriation toujours
Sophie a grandi pendant 16 ans au Cameroun, où elle passe son bac. Sa soif d’indépendance l’envoie ensuite aux Etats-Unis puis retour en France où elle commence à travailler aussitôt et occupe différents jobs dans le secteur du transport. Sa rencontre avec son futur mari leur donne l’occasion de partir et c’est le début de l’aventure familiale en expatriation : Hawaii, Hong Kong, Panama, Hong Kong, Bangkok, Shanghai et enfin Tokyo, depuis 5 ans.

Les débuts de l’aventure culinaire
Sophie a toujours aimé cuisiner. C’est lors de son séjour à Bangkok (5 ans) qu’elle fait la connaissance d’une française, Nathalie, qui propose des cours de cuisine avec des recettes créatives et sophistiquées. Très vite, Sophie accompagne Nathalie dans son travail, l’aide pour les courses, pour les ateliers, et pour l’activité traiteur à domicile. Elle apprend beaucoup à ses côtés. (Depuis, son amie Nathalie s’est installée à Kuala Lumpur où elle tient un restaurant). C’est ensemble qu’elles vont élaborer des recettes de macarons.
Puis Sophie part en famille à Shanghai où elle poursuit cette activité, fait traiteur à domicile.

Les ateliers à Tokyo
Tokyo, 2006 : Sophie poursuit l’aventure, s’intéresse à de nouveaux ingrédients, invente d’autres recettes. Elle élabore des macarons aux 17 parfums différents. Il y a 3 ans, une de ses amies lui présente Nikki, une japonaise qui gère un groupe de professeurs de cuisine du monde entier -40taine de prof pour 1500 éleves-(Nikki’s Kitchen).
Grâce au réseau de Nikki, Sophie accueille une soixantaine d’élèves japonaises par mois (6 rencontres de 10 personnes). Les ateliers de cuisine se déroulent en anglais, en japonais (Sophie le parle) et un peu en français quand les japonaises veulent pratiquer. Elles ont auparavant choisi un menu français (entrée-plat-dessert) qu’elles préparent puis dégustent ensemble. C’est au moment du dessert que Sophie leur fait découvrir des macarons de sa confection, les japonaises en raffolent. Elles aiment tout, sont curieuses, raffinées et n’ont pas peur d’essayer de nouveaux goûts. Elles préfèrent les sauces légères aux sauces à la crème, et sont très soucieuses de la qualité des produits. Elles ont beaucoup d’appétit !
En parallèle, Sophie propose aussi des cours de cuisine à des femmes expatriées, britanniques et américaines, car les françaises sont plus attirées par la cuisine japonaise.

Côté démarches pour lancer son activité au Japon, Sophie n’a pas eu de souci et reconnaît que cette activité est très porteuse là-bas. Les ateliers qu’elle organise ont lieu à son domicile et le visa qu’elle a obtenu lui permet de travailler 28h par semaine.

L’organisation
Les cours ont toujours lieu pendant la journée quand ses enfants sont à l’école.
Sophie est très occupée, son rythme est soutenu : elle organise ses cours à l’avance, fait les courses, prépare certains plats qui seront finalisés lors des ateliers.
Côté macarons, elle en prépare presque tous les jours en fonction des commandes qu’elle reçoit. Souvent, ce sont les japonaises qui sont venues à l’atelier qui lui passent des commandes et en parlent à leur entreprise. Celles-ci lui passent alors commande pour des cocktails, et parfois pour des cours ateliers « incentive » pour les salariés.
Sophie trouve que son rythme lui convient bien, même si elle doit souvent insister pour préserver ses week-ends pour sa famille. Elle aimerait aussi avoir un peu plus de temps pour peindre, lire, faire des activités manuelles.
Les enfants de Sophie sont fiers de l’activité de leur maman et apprécient d’avoir régulièrement des macarons dans leur lunch box ! Son mari l’encourage et la soutient beaucoup.

Sophie a toujours travaillé et ne se voyait pas sans activité. Elle est très heureuse de donner des cours de cuisine, puisqu’elle adore cuisiner, et ravie de toutes les rencontres qu’elle fait. Et certaines de ces élèves deviennent ensuite des amies.

Les projets
Si leur expatriation au Japon se poursuit encore quelques temps, Sophie évoque l’idée d’ouvrir un boudoir, ou mini-salon de thé avec des mignardises et macacarons.
Mais si d’aventure ils sont appelés à s’expatrier ailleurs, il est fort probable que Sophie continue ses activités culinaires.

Sophie, qui a toujours bougé depuis son enfance, n’appréhende pas du tout le changement car elle a la chance de ne pas connaître de problème d’adaptation : elle aime déménager, bouger, rencontrer d’autres gens et d’autres cultures.

Pour en savoir plus :
Les spécialités des macarons de sophie : 17 parfums (sans crème au beurre) : sur son site. Saveurs locales : thé vert + chisso (herbe aromatisée japonaise) + framboise, Gingembre confit/gingembre frais, caramel/sarrazin (les japonais utilisent le sarrazin).

La page de Sophie sur le site de Nikki.

Femmexpat vous conseille de lire :

Vivre à Tokyo, capitale du Japon

Livre "Paris Tokyo Allo la terre ?" par Nadège Fougeras


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS FACEBOOK LIVE

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

Nos derniers articles !