Connexion en tant que membre

Les billets d'humeur Ma vie en expatriation Psycho

J’ai enfin eu une promotion : je suis R.A.L.E.U.S.E à temps plein !


J’ai enfin eu une promotion : je suis R.A.L.E.U.S.E à temps plein !Se définir en tant que femme expat n'est pas toujours simple. Il y a toujours cette phase où l'on a le sentiment de n'être plus qu'une "femme de".  Et si finalement nous étions toutes des R.A.L.E.U.S.E ? Un billet d'humeur original de Samantha.

 

Mister Big* m'y a préparé gentiment pendant quelques mois mais là c'est sûr : je suis aux USA pour quelques années.

Le pied à peine posé sur le sol américain, je suis cataloguée :

- Ooooooohhhhh vous êtes « la femme de »? Amaaaaaaazing !!!!!

 

En un vol Air France je suis passée de cadre trentenaire-dynamique-indépendante à “femme de” et “Desperate Housewives”...

Ce qui peut faire sourire au début (et je suis la 1ère à en jouer...) peut vite devenir très légèrement agaçant...

 

 

 

Imagine... Tu as quitté ton emploi pour suivre Mister Big à l’autre bout du monde… Sur le papier, tout cela est extrêmement excitant. Sauf qu’à partir du jour où tu quittes ton job, tu n’es... PLUS RIEN !

 

Tu ne rentres plus dans aucune case…
  • Salariée ? Bah non, tu as donné ta dem… (Ca t’a même démangé de chanter « Au revoir président » ce jour-là…)
  • Etudiante ? Non, mais dommage, ça te permettrait d’avoir un discount pour la salle de sport ou le cinéma.
  • Chômeuse ? Et nooooooon (Ça, ce sera en rentrant en France. GE-NIAL, tu as hâte d’expliquer ta situation à pôle emploi au retour, ça va être tellement fun...)
  • Mère au foyer ? Non plus, sauf si tatie 25 fois ça compte...

Voilà mon petit chat, tu n’es PLUS RIEN aux yeux de la société. Même pire que ça, tu es moins que rien, puisque tu es “femme de”. Donc sans LUI , tu n’existes même pas…

Et puis un matin, je me suis dit flûte (en réalité c'était plutôt “mais putain, merde, ça fait chier quoi”).

 

Je ne suis pas “plus rien”. Je suis même plus qu’avant !

Il faut croire que j’ai déjà commencé à devenir américaine. Je te transforme le moindre truc merdique en véritable exploit. Tout devient très vite amaaaaazing !!

Donc OUI, je suis THE G.O** (Gentil Organisateur) de cette expatriation !! J’ai piqué ce terme au Club Med puisque visiblement certain(e)s pensent qu’être expatriée c’est passer ses journées sur une chaise longue à la plage…

 

 

Partir à l’autre bout du monde dans de bonnes conditions implique une R.A.L.E.U.S.E (Responsable Administratif et Logistique d’une Expatriation aux US Efficace) de l’ombre.

Organisation, paperasses, merdier à gérer, tentatives en tous genres, claques qui se perdent… Le tout saupoudré d’interrogations,  de déceptions, de joies, de larmes et de fous rires.

Donc non, le quotidien d’une femme d’expat ne se résume pas à:

  • Aller se faire faire les ongles (bon ok, j’y suis allée une fois 😉 )
  • Faire des cookies pour les voisins (le prochain qui m’appelle encore Bree, je le déglingue)
  • Faire du shopping un mug Starbucks à la main (t’en veux du cliché ?).

 

 

Ah oui, parce que soyons clairs, pour Mister Big c’est boulot de 8h à 18h, donc finalement, ses journées sont bien remplies.

Il en chie, car nouvelle boite, nouvelles méthodes, nouvelles moeurs (moi, aux vues de ce qu’il me raconte, j’ai plutôt l’impression qu’il est parti avec Frédéric Lopez tourner “RDV en terre inconnue”...), nouveaux collègues (c’est le nom de la tribu dans laquelle le tournage se déroule...), et le tout, dans un dialecte incompréhensible...

 

MAIS tu l’envies.

Toi aussi tu voudrais en chier pour essayer de comprendre les Korowaï, adopter leurs us et coutumes et te joindre à leur repas traditionnels.

Son emploi du temps est rempli, réglé comme du papier à musique.

Et toi, “femme de”, tu vas devoir inventer tes journées, les imaginer, les organiser, tout en te créant une routine rassurante et réconfortante.

 

 

Alors la prochaine fois que tu croises une “femme d’expat”, offre lui une médaille, car c’est une véritable R.A.L.E.U.S.E, elle le mérite...vraiment...

 

Allez, je vous laisse, on vient de déménager et j’ai encore une fournée de cookies à faire pour mes nouveaux voisins...

 

Samantha

Vous avez aimé ce billet de Samantha ? Retrouvez son style vif et sans filtre sur son blog Une Frenchie à Kansas City, Chroniques d'une pintade expatriée dans le Midwest.

 

FemmExpat vous conseille de lire aussi :

La femme d’expat n’existe pas !

La femme expat, la power girl de la résilience

Lost in translation – Quand l’expatriation coupe les ailes des « brave, brave girls »


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !