Connexion en tant que membre

Les billets d'humeur Ma vie en expatriation Psycho Vie perso

L’expat, cette casanière nomade


L’expat, cette casanière nomadeBelle-maman te regarde et soupire « Ah, mais toi, tu es tellement casanière ! ». Alors, forcément, tu bondis. Toi, l’expat qui change de pays tous les trois ans, qui parle cinq langues et qui prend l’avion six fois par an, tu ne te retrouves pas tellement dans cette assertion lapidaire. Toi, tu te vois légère comme le vent, résiliente et ouverte. Bref, une vraie nomade. Et si l’expat était finalement une casanière nomade ? La question mérite d’être posée.

 

Casanière, attachée à son mode de vie

Bien sûr, tu demandes des explications à belle-maman. « Casanière ? Pourquoi dis-tu cela ? »

A l’écouter, il paraît donc que tu es très attachée à ton intérieur. Or tu dois bien reconnaître que, nonobstant le nombre de maisons que tu as habitées ces dernières années, ton intérieur n’a pas beaucoup changé.

C’est que tu as la chance de pouvoir déménager toutes tes affaires à chaque fois. Et le grand canapé d’angle, c’est sympa, mais il n’y a pas trente-six manières de le disposer dans ton salon. Quant aux tableaux que tu accumules au fil de tes voyages, tu n’as pas les capacités de réserve du Musée du Louvre. Donc oui, tu accroches toujours les mêmes sur tes murs.

Et la grande table d’état-major, héritée du grand-père de ton époux, qui te sert de bureau depuis des années ? Pas question de la remplacer par un meuble moderne et sans âme. Ce vieux bois chargé d’histoire (la légende familiale dit qu’il était dans le train de l’armistice en 1918), ça te rassure.

Alors oui, tu es casanière, attachée à la sphère que tu connais. Toutes ces choses qui t’entourent, invariablement, d’un pays à l’autre, te donnent l’assurance nécessaire pour découvrir le reste du monde.

 

Nomade, en déplacement continuel

Bon, ok, tu n’en es pas à porter de l’encens à dos de mulet sur la route de la soie. Mais quand même, tu es une vraie pro du déménagement international. Une perspective inconnue à belle-maman qui, elle, habite depuis quarante ans dans la même maison.

Ton dernier record ? 487 cartons partis par bateau alors que tu faisais le même trajet en avion. Alors qu’on ne vienne pas te dire que tu es une pantouflarde. Tout ça parce qu’après trois jours à tout déballer, trois mois à apprendre les rudiments de la langue de ton nouveau pays et trois ans avant de repartir, tu es contente de retrouver ta bibliothèque et de remettre des plantes vertes en bas de l’escalier.

 

Casanière nomade, ma maison sur le dos

Escargot ou tortue, l’expat est souvent comparée à un animal qui transporte sa maison sur le dos. Mais toi, tu t’imagines plutôt comme un papillon qui n’abandonnerait jamais vraiment sa chrysalide.

Tu bouges avec ton cocon (que tu fais transporter par une bande de bourdons costauds). Tu volettes, tu testes des saveurs insolites, tu découvres de nouvelles cultures et tu intègres d’autres codes. Cependant, ton cocon est ton camp de base, le lieu où tu te ressources car c’est le lieu où tu te retrouves, toi.

Tu as besoin de ce cocon pour affronter l’inconnu. Puis pour t’y réfugier après, par exemple, une journée à parler une autre langue que la tienne. Sans être vraiment certaine d’avoir été parfaitement comprise d’ailleurs (enfin, c’est un autre sujet). En définitive, ta maison en expat, c’est un peu ton doudou rassurant.

Toi, femme expat, tu es donc une casanière nomade. Deux termes en apparence antinomiques qui te vont comme un gant. Ou plutôt, comme un cocon.

Maïté Mougin

 

Maïté-Mougin

Maïté Mougin est la responsable éditoriale de FemmExpat. Elle a vécu dix ans en expatriation (Portugal, Turquie et Roumanie). Elle est rentrée en France en 2014.

Vous aussi, vous voulez témoigner de votre expatriation sur FemmExpat ? Ecrivez-lui :

maite.mougin@femmexpat.com

 

 

Femmexpat vous conseille de lire aussi :

Le syndrome Jean-Claude Van Damme – Par Miss Texas

Le syndrome de la femme expat : « Pour toi, c’est plus facile »

Exasperated expatriate wife… ou presque


1heure pour faire le point

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

1heure pour faire le point

Nos derniers articles !