Connexion en tant que membre

Le retour Ma vie en expatriation Retour vie pro en France

Retour à l’emploi après une expat, la grosse colère !


Avec son expérience en RH, en mobilité internationale et en gestion de carrière, Alix Carnot, directrice associée d'Expat Communication, répond à vos questions sur les carrières des expatriés et de leurs conjoints.

Retour à l’emploi après une expat, la grosse colère d’Ariane !
La question de Catherine

Chère Alix,

« Voici le courrier que j’ai reçu hier.

J’essaie, à l’aide de vos conseils et de mon groupe de Job Booster Cocoon de m’accrocher et de croire dans mes chances de retrouver un travail après 15 ans d’expatriation. Là, j’avoue que c’est un coup de massue ! »

Bonjour Catherine !

Il y a 15 jours, vous êtes venue nous rencontrer dans nos locaux pour une journée de recrutement concernant le poste de « Chargé de projets marketing ».

Lors de cette journée, j’ai été très heureuse de faire votre connaissance.

Malheureusement, je suis au regret de vous informer que je n’ai pas retenu votre candidature outre les compétences et les qualités humaines dont vous avez su faire preuve.

J’ai hésité mais le fait que vous ayez été éloignée de l’entreprise plusieurs années constitue un risque au niveau de l’adaptation, du rythme, de la récence des connaissances techniques, des résultats attendus et de l’enjeu de la mission [avec un budget de X millions d’euros annuels à gérer], que je ne souhaite pas prendre.

Je vous remercie du vif intérêt que vous avez montré à l’égard de notre société de voyages, et vous souhaite réussite dans vos futures démarches.

Recevez mes très cordiales salutations,

AC.

Voilà, Alix, vous savez tout. Que me conseillez-vous de faire, d’abord pour retrouver le moral !

Catherine »

La réponse d'Alix

Chère Catherine,

Evidemment, la première réaction qui monte en moi est la colère. Colère devant l’inquiétude mal fondée de cette entreprise. Colère vis-à-vis de l’injustice qui vous est faite. Mais aussi colère de penser au gâchis que crée cette méfiance à l’égard de tous ceux qui ont un parcours atypique et pourtant ô combien riche comme le vôtre.

Et puis en prenant du recul, je me sens reconnaissante vis-à-vis de vous de nous remonter ce cas personnel ce qui me permet d’en faire un « cas d’école ».

Allons-y, en pensant à tous les autres conjoints qui ont les mêmes doutes que vous. Comment rebondir face à cette déception ?

Il se trouve que je vous connais bien, Catherine. Je connais votre beau parcours professionnel avant votre départ et votre magnifique expérience de présidente d’Accueil FIAFE à l’étranger. En  filigrane de cette réponse, je retrouve vos propres doutes. Suis-je encore légitime, suis-je encore capable, ne suis-je pas trop vieille… Continuez chère Catherine, à creuser la liste des bonnes raisons de vous embaucher.

Je vous en rappelle 5 :
Vous avez une bonne formation et votre carrière avant l’expatriation était prometteuse. Votre potentiel et votre expertise métier ne se sont pas envolés.
Vous savez prendre des risques, au premier rang desquels lâcher votre carrière pour suivre votre conjoint en expatriation. C’est une attitude précieuse.
Vous êtes sortie du moule et savez penser hors du cercle, notamment en intégrant le niveau international, ce qui est une compétence vitale pour les entreprises aujourd’hui.
Vous avez su vous réinventer et faire fructifier vos compétences partout où vous passiez. Or savoir se réinventer est une compétence indispensable pour les entreprises confrontées à la mondialisation et à la digitalisation.
Vous savez travailler en réseau, être solidaire, et créer des liens solides avec les gens. Votre solidité humaine et votre générosité sont des atouts fondamentaux à l’heure où tant de personnes sont fragilisées dans les entreprises.

Si vous pensez que cela est nécessaire, reprenez une courte formation en digital pour être en avance sur les besoins de transformation de votre métier.  Cela vous permettra non seulement de rattraper votre retard mais surtout d’être en avance sur les attentes du marché.

Continuez à postuler. Cette entreprise-ci n’a pas osé innover avec vous. La suivante sera plus visionnaire. Je vous rappelle que 100 % des conjoints qui appliquent ces méthodes et cherchent en groupe trouvent un emploi !

Enfin pour garder le moral, trouvez des idées et optimisez vos techniques de recherche d’emploi, continuez à participer au Job Booster Cocoon !

Pour conclure

Souvenez-vous que généralement les offres d’emploi ne viennent pas seules et que dans quelques semaines, vous aurez sans doute plusieurs propositions concomitantes. Et quand vous aurez commencé à travailler, s’il vous plaît, donnez-nous des nouvelles pour aider tous ceux qui cherchent et doutent comme vous aujourd’hui.

Hauts les cœurs !

Avec toute mon amitié et mon admiration,

Alix

La fin de l'histoire, vue par Catherine

« Chère Alix,

Merci pour ces idées. Une semaine a passé. J’ai appris que finalement c’était une bonne chose que la piste se soit arrêtée là. Il semble que cette entreprise a une très mauvaise réputation sociale. Peut-être que tout est lié : capacité à prendre des risques, embauche de profils atypiques, innovation et succès.

En fait, une autre piste émerge, en création d’entreprise. Mon idée prend enfin forme et elle est canon ! C’est fou comme on peut s’aveugler quand on veut absolument trouver un poste. Et pourtant, inutile de se dévaloriser, d’étouffer nos intuitions. Même dans une petite ville comme la mienne, il y a plein de possibilités ! Je vous reparle bientôt de mes projets. Je m’y remets, c’est génial !

Catherine»

FemmExpat vous conseille de lire aussi :

Le réseau ou l’appel de la machine à laver

Lost in translation – Quand l’expatriation coupe les ailes des « brave, brave girls »


ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Évènements à venir

Femmexpat Conférences en ligne