Connexion en tant que membre

Entrepreneuriat Vie pro

Marie-Caroline Heydenreich – Mi Casa Es Tu Casa


marie-caroline-mi-casaChez Expat Communication nous avons à cœur de promouvoir les talents et les projets des FemmExpats. Donc quand ça marche, nous sommes fières avec vous ! Marie-Caroline Heydenreich est multi expat (Angola, RDC, Colombie, Royaume-Uni, Gabon,… et bientôt Vietnam !) et surtout, serial entrepreneure.

Son dernier bébé, Mi Casa Es Tu Casa, nous avons eu la chance de le connaître et de le faire connaître dès ses débuts. Rencontre en avril 2021 avec cette expat entrepreneure de choc, fondatrice et co-associée de ce site de mise en relation pour louer ou échanger sa maison. Au départ c'était un simple groupe fermé facebook et aujourd'hui c'est un site ultra pro !

 

A l'origine de Mi Casa Es tu Casa : une expatriation en Colombie et une maison de vacances en France

En 2016, alors que nous sommes expatriés en Colombie, nous achetons une maison au Cap Ferret. Très vite nous décidons de la louer, mais les sites existants ne nous rassurent pas vraiment. Nous voulons louer à des personnes de confiance, des amis et des amis d'amis. Alors, je décide de créer un groupe Facebook que j'appelle Mi Casa Es Tu Casa. L'idée est que seules les personnes invitées par des membres puissent avoir accès aux annonces. Et proposer leur bien à louer ou échanger via Mi Casa Es Tu Casa.

 

Les premières pousses du projet Mi Casa Es tu Casa

Le groupe grandit très vite et je me rends donc compte que nous sommes nombreux dans la même situation. Il y a un vrai besoin sur ce marché. Je me prends aussi au jeu de la mise en relation. Et je passe des journées entières à faire la connexion entre les gens... Je sens qu'il y a un vrai potentiel derrière cette idée. Mais je ne veux pas me précipiter. Je décide alors de prendre le temps pour trouver le bon business model. Ma vision est à terme de monétiser le projet sans perdre de vue l'idée de départ qui est la confiance et la cooptation.

 

Nouvelle expatriation : les étapes de la transformation du projet

En avril 2017, nous quittons la Colombie pour Londres. Je décide que c'est le bon moment pour lancer Mi Casa Es Tu Casa professionnellement. Mes objectifs sont clairs. Je souhaite :

  • créer un site de confiance,
  • garder le groupe Facebook pour la mise en relation, la valorisation des biens
  • et proposer une offre intéressante financièrement pour nos membres.

 

Le business model de Mi Casa Es tu Casa : un site en freemium

Je décide donc de créer un site internet sur un système freemium qui fonctionne très bien dans d'autre secteur. Le concept du freemium : l'offre de base est gratuite et les options sont payantes.​ Pendant ce temps-là, le groupe Facebook continue de grandir avec plus de 20 000 membres. Plus de doute sur le fait qu'il y a un vrai besoin !

J'ai la chance, en étant à Londres, de rencontrer rapidement la bonne entreprise pour réaliser mon site internet. Pour ce site, la contrainte principale est de le relier à Facebook. Le projet prend donc forme. Et le 7 janvier 2018 nous sortons le site: www.micasaestucasa.site. Il vous faudra trouver un parrain pour pouvoir y entrer !

Le service est gratuit pour les locataires. Les propriétaires ont la possibilité de déposer leur annonce gratuitement sur le site avec 2 photos. Ils peuvent ensuite choisir des options pour mettre plus de photos sur leur annonce, signaler une offre de dernière de minute, publier leur annonce sur notre groupe Facebook ou la version premium qui leur permet de mettre un nombre illimité de photos sur le site et une publication tous les mois sur notre groupe Facebook. Ça fonctionne très bien d'autant que nous sommes l'acteur le moins cher du marché, les seuls à proposer une offre sur Facebook en plus du site et surtout dans un réseau de confiance !

 

Nouvelle étape : l'association

Ayant fait nos premières preuves de marché, je décide de m’associer à Delphine, elle aussi expatriée, à l’été 2019. L’entreprise prend un nouveau tournant puisqu’au même moment nous immatriculons l’entreprise en France, nous entrons dans un incubateur parisien (Willa by Paris Pionnières) et en novembre nous clôturons notre levée de fonds auprès d’une vingtaine de membres de notre communauté au-delà de nos espérances puisque nous cherchions 250 000 et que nous levons 300 000 euros pour 20 % du Capital.

Cette levée nous a permis de lancer en septembre dernier une nouvelle offre Mi Casa Etc pour donner de la visibilité à des entreprises que nous aimons et qui facilitent la vie de nos membres, qu’ils soient propriétaires ou locataires. Conciergerie, location de linge, de bateaux ou de voiture de collection, voituriers en gare ou en aéroport, assurance, service de baby sitting, marques de linge de maison ou de produits d’entretien bio, agence immobilière, etc… nous allons à la recherche de pépites à faire découvrir à nos MiCasiens !

 

L'expatriation : la pierre angulaire de ce projet

Ce projet est né à l'origine d'un besoin lié à notre situation d'expat. Aujourd'hui, j'espère continuer à développer le réseau dans le monde entier. Le réseau des expatriés est d'ailleurs unique pour cela et grâce à lui Mi Casa Es Tu Casa propose des biens du Mexique à Hong Kong en passant par Dubai, Marrakech, Singapour, Séville, Paros, Montréal et j'en passe!

 

La vie de conjoint expat se poursuit…

Oui ! Et je n'ai plus à "chercher" un nouveau projet en arrivant dans un nouvel endroit et je suis mon conjoint très sereinement puisque je peux y emmener mon projet pro et c'est très très appréciable ! L’équilibre vie pro et vie privé est excellent même si il faut parfois se battre pour que l’on reconnaisse que Mi Casa est un vrai projet pro, sérieux et prometteur ! L'expatriation m'a énormément apporté. L’audace d’essayer, le temps de faire grandir le projet, la possibilité de trouver une super associée et une communauté hyper fidèle qui est un support incroyable.

 

Il reste tout de même des challenges à relever... 

Etre prise au sérieux quand on est une femme entrepreneure c’est déjà un défi, quand en plus on est conjoint suiveur le défi est double. Prouver que malgré la distance et malgré les aléas de la vie d’expat on peut y arriver. Combiner voyages à répétitions, présence des enfants à la maison tous les apres-midi, problèmes techniques parfois liés à nos pays d’accueil… Tout est possible.

Ce pourquoi j’ai dû me battre le plus c’est pour qu’on reconnaisse mon projet comme une vraie startup… Par exemple, pour entrer dans notre incubateur. Celui-ci a accepté de nous faire confiance malgré la distance, quand on a dit qu’on reviendrait tous les mois en France.

Ca n’est pas le cas de tous les réseaux français, mais pour nous, certaines portes se sont fermées par manque de confiance ou de vision. Mais la pandémie aura eu un intérêt pour nous, expat entrepreneurs français : habituer les gens aux réunions à distance, au télétravail et leur a prouvé que malgré la distance tout était possible.

 

Vos projets de développement ?

Ils sont multiples… Mi Casa Etc connait un très bon début avec la signature de contrats avec de très beaux partenaires. Nous espérons développer le concept dans d’autres langues et pourquoi pas autour du Vietnam avec mon départ prochain. Et puis surtout nous voudrions développer toujours plus de services pour simplifier la vie et les vacances des MiCasiens avec la mise en place du paiement en ligne, la possibilité de faire les contrats directement sur le site, un système de caution intéressant, etc. Bref la route est encore longue !

bouton Abonnement NL FXP- 350x150

 

FemmExpat vous conseille également : 

Cécile Rogue – l’Art de vivre à la française en Russie

Valérie et Ekologicall : des RH au zéro déchet !

Entrepreneures Françaises à l’Etranger : enfin un premier dispositif d’aide !

 


ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Femmexpat Conférences en ligne