Connexion en tant que membre

Etats-Unis Ind.

Vivre à Columbus, Indiana


Columbus-Indiana-bridge

Mais, au fait, où est  Colombus ? dans l’Indiana ? C’est là que l’aventure a commence...

Un jour, mon mari (Eh oui, les hommes sont encore et toujours de grands aventuriers !) m’a annoncé qu’il désirait partir en expatriation aux Etats-Unis.
Et là plein de stéréotypes m’ont traversés l’esprit : Grand canyon, Arizona, New York, Harley Davidson, Hollywood, desparate housewifes...

“J’ai rêvé New York !”

Si comme beaucoup de Français j’ai rêvé de New York (8 millions d’habitants) alors je retourne à la case départ.

 

Columbus (30 000 habitants) ressemble plutôt au plat pays qui est le mien de Jacques Brel.
La comparaison s’arrête là. Les paysages de dunes sous un ciel si gris restent l’apanage de la Belgique.
Ici, je suis dans le Middle-West. Quelques irréductibles fermiers tentent de conserver leurs lopins de terre, mais le paysage de Columbus se compose surtout de lotissements, centres commerciaux et, entre chaque, des écoles privées en tous genres et d’innombrables lieux de culte. Les Américains, vous l’aurez compris, sont très croyants.

Mais revenons-en à Columbus ! Si au cours de mes presque trois années d’expatriation, j’ai sillonné les autres Etats de l’Amérique du Nord, j’ai senti se porter sur moi un regard de commisération à l’annonce de mon lieu d’habitation. Mais non, le Middle West n’est pas aussi terrible qu’on veut bien me le laissez croire. Columbus bénéficie d’un taux d’ensoleillement exceptionnel, avec des étés très chauds et des hivers très froids mais ensoleillés et surtout un magnifique été indien avec de flamboyantes couleurs automnales.

A Paris à vélo, on dépasse les autos

Columbus n’est pas vraiment le paradis des vélomanes et des écologistes
Mais si le vélo est « la petite reine » de la France, la voiture est sans conteste celle de Columbus.

Ce qui comporte un sacré avantage : des routes extra larges ou en cours d’élargissement et des places de parking prévues pour des véhicules aussi longs que des pick-up et aussi gros que des 4x4. Les minis et les new beetles sont réservées aux originaux. Grosses ou petites, pas de déplacement sans elles. Les marcheurs font figure d’extraterrestres. Les conducteurs s’arrêtent pour offrir aux marcheurs de les conduire. A Columbus, les trottoirs servent essentiellement pour ceux qui veulent faire du sport (marche rapide ou course). Marcher pour le plaisir ? Quelle horreur ! A tel point que les supermarchés proposent des caddies motorisés pour ceux qui ont des difficultés à se déplacer à pied.

On poste ses lettres dans la boite aux lettres publiques en driving, on achète ses médicaments en driving, on retire de l’argent en driving, etc. Nous ne sommes pas loin du scénario du film d’animation Wall-E où des humains informes à l’ossature atrophiée se déplacent uniquement dans des engins motorisés qui épousent leurs formes.

En cas de panne de voiture, inutile de chercher un arrêt de bus pour prendre les transports en commun. Je croise bien, les fameux bus jaunes. Mais ils sont réservés aux enfants. Ils les transportent de leur domicile à leur école et vice-versa. Là non plus, pas d’arrêts de bus. Les arrêts sont aléatoires au gré des besoins des familles. Le bus peut s’arrêter au bout de la rue ou devant chez vous ! Une aubaine au pays où la marche n’est pas vue d’un bon œil.

Busy Woman à défaut de pretty

La mode ne semble pas à l’ordre du jour de Columbus. L
Les personnes un tant soit peu « fancy » détonnent dans ce paysage de T-shirts informes, jeans, basket ou tong selon la saison. De toute façon, dans un pays où les familles sont composées de pas moins de trois enfants, pas le temps de s’amuser à faire des coquetteries ! Entre le petit dernier qui vous bave sur l’épaule et celui qui a les mains barbouillées de chocolat, mieux vaut ne pas porter de vêtements trop chics. A moins d’avoir une nourrice à domicile, mais tout le monde ne fait pas partie de l’upper-class. Et puis à quoi bon se faire belle quand on est coincée à la maison. Mais pourquoi les américaines sont-elles si busy ?
C’est parce qu’elle se consacre corps et âme au bien-être de leurs enfants. Rien n’est trop bien pour eux.

Au pays de Columbus, les enfants sont rois
Les pauvres enfants n’ont pas le temps de souffler. Après l’école, ils vont au cours de danse, de gym, de musique, de théâtre, de piscine, de dessin, de football, basket-ball et autres sports qui s’enchaînent à un rythme effréné. Chaque activité n’excédant pas deux mois, l’enfant américain peut se targuer à la fin d’une année civile d’avoir touché à tous les styles artistiques et sportifs. 

Il faut bien occuper tous ces enfants le week-end. Pas de problème, Columbus est le paradis des enfants. Du centre de jeu Kids Commons au Children Museum de Indianapolis, je n’ai que l’embarras du choix. Sans oublier que les parcs et musées se mettent en fête et rivalisent d’animations pour célébrer Halloween en octobre, Thanksgiving en novembre, Noël en décembre, petit répit en janvier, puis la Saint-Valentin en février (eh oui, cela fait partie des grandes fêtes américaines à destination des enfants), la Saint Patrick en mars, Pâques fin mars, Independance Day début juillet......et on recommence !

Les petits américains n’ont même pas le temps de souffler les week-ends. Mais quel bonheur pour mes enfants, ils ne voudront plus revenir dans leur pays natal !

Et pour les adultes: Shopping and entertainment
“Let’s go shopping!” Impossible de ne pas être prise de frénésie d’acheter. Ici je ne peux être qu’une « impulse shopper ». Pas un magasin qui ne propose des soldes ou encore mieux des braderies. Alors forcément, on est tenté d’acheter tous ce qui nous tombe sous les yeux même si on n’en a pas forcément besoin. On ne sait jamais, cela peut toujours servir et à ce prix là, ce serait dommage de s’en priver. Pour ne pas céder à la tentation des achats frénétiques, rester à la maison ! Mon mari, assis dans son canapé ou son fauteuil favori avec une bière et des pop-corn, il peut pratiquer l’activité préférée des Américains, à savoir : suivre les matchs télévisés.
Meilleur moyen pour avoir des amis : suivre assidûment la saison complète des Colts (équipe de football américain d’Indianapolis).

Stéphanie

Femmexpat vous conseille de lire :

SAN DIEGO CALIFORNIE LA VILLE DES SPORTS ET DES LOISIRS

SAN FRANCISCO BAY AREA : VILLE ACCUEILLANTE

SAN FRANCISCO : VIVRE IN THE BAY AREA

VIVRE A PHOENIX ARIZONA


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

Prochains événements

  1. 02/12- Conférence Online Etudes Post Bac France

    décembre 2 @ 16 h 00 min - 17 h 30 min UTC+1
  2. 03/12 – Marché de Noël Virtuel

    décembre 3
  3. 07/12 – Réunion d’info « Job Booster Cocoon »

    décembre 7 @ 16 h 00 min - 17 h 00 min UTC+1

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !