Connexion en tant que membre

Inde

Vivre à Gwalior, Inde


Vivre à GwaliorVivre à Gwalior en Inde : c'une ville du Madhya Pradesh, région au nord de l’Inde et à 100 km au sud d’Agra où est situé le fameux Taj Mahal.  Il y a environ 1, 7 millions d’habitants.

 

Entre tradition et modernité

Venir  vivre à Gwalior signifie faire le grand saut dans l’Inde actuelle où se mêlent tradition et modernité. Vaches et charrettes tirées par un âne ou un homme côtoient sur la route scooters et voitures. Les portables y sont légion mais l’eau courante pas toujours. Quelques tentations occidentales dans le centre commercial de la ville où logent boutiques et cinéma.

 

Les commerces

Toutefois, les rues sont organisées par type d’objets à vendre et chaque boutique dans cette rue proposera le même type d’article : roues, articles ménager, vêtements… Bada market est un endroit pour la vente de tissus. Un couturier pourra ensuite réaliser la confection.

Côté pratique, tout est fermé le mardi et rien n’ouvre avant 11h, ce qui m’a surprise au début par rapport au climat chaud. En revanche les boutiques restent ouvertes jusque vers 22h.

 

Climat

Le climat est semi désertique avec de fortes amplitudes thermiques (de 0 en hiver à 48° en été). Les mois les plus chauds sont à partir d’avril jusqu’à août, avec un pic de plus de 45° en mai et juin.

 

Habiter à Gwalior

Gwalior étant une ville vierge d’expatriés,  il faut faire preuve de beaucoup de ressources lorsqu’on y vient en tant qu’accompagnant(e). De plus seules les personnes d’un certain niveau social parlent anglais. Apprendre des rudiments de hindi sera indispensable.

Nous habitons dans le quartier de Lashkar, au sud de la ville. Cette partie de la ville est plus résidentielle, il y a davantage de maisons avec des petits parcs verdoyants.

 

Scolarisation

Étant venu en famille avec ma fille de 6 ans, nous avons scolarisé celle-ci dans une école indienne avec des apprentissages en anglais ce qui l’a mise d’emblée dans un double bain linguistique anglais/hindi. Cela a nécessité (et nécessite encore !) beaucoup d’adaptations.  Adaptation aussi au niveau du rythme, très changeant : l’école commence en avril et les horaires varient au gré du climat, parfois le planning des vacances aussi ! Je lui enseigne également le français (écriture, lecture et culture générale) afin qu’elle puisse suivre le programme à notre retour en France.

Il y a énormément d’écoles privées à Gwalior mais aucune internationale et encore moins française. Attention de nombreuses écoles se disent «  international », cela signifie juste que l’enseignement est en anglais, comme dans la plupart des écoles privées.

 

Culture

Côté découverte culturelle, quand on vient à Gwalior, il faut bien sûr aller visiter le fort de Gwalior. Il  est situé sur une plateforme rocheuse qui surplombe la ville et qui mesure 2,4 kilomètres dans sa plus grande longueur. Ce fort bâti au 8ème siècle est encore bien conservé et vaut vraiment le détour. En sortant, pour une expérience pleinement authentique, vous pouvez aller visiter le temple sikh et déguster un thé de façon très « traditionnelle » ! Gwalior est une ville à 90% hindouiste. Elle est donc  rythmée par les nombreuses fêtes de cette religion.

Le palais de Jai Vilas, palais du 19ème siècle bâti par le Maradjah de Scindia témoigne du faste d’antan. A côté se trouve d’ailleurs l’Usha Kiran palace, qui était « la maison d’amis » du marahdjah et a depuis été reconverti en hôtel. Ce lieu est un vrai havre de paix avec ses grands jardins et fontaines et dispose de plus d’une piscine, élément d’importance quand les grandes chaleurs arrivent. Il dispose aussi d’un restaurant proposant spécialités indiennes et internationales.

Autour de Gwalior (1h à 2h de voiture) se trouvent quelques sites d’intérêt comme Sonagir, ensemble de temples Jain, Shivpuri et un peu plus loin Orcha.

En utilisant google map, on trouve également des endroits intéressants comme Batesara, le lac de Tighra... Il ne faut pas hésiter à chercher l’information par soi même via Internet car beaucoup de choses sont cachées. Par exemple, on peut trouver un cours de yoga dans une maison ou bien même une boutique de vêtements mais il n’y aura pas forcément de signes distinctifs extérieurs. De plus si les Indiens ne savent pas, ils ne diront jamais non mais « Cela n’existe pas à Gwalior ». Or, ce n’est pas toujours vrai. Il faut chercher, creuser et toujours s’adapter, surtout au fait que les codes culturels indiens sont souvent impénétrables car non explicites.

Pour une première expatriation, Gwalior est un sacré challenge !

 

Par Myriam Mothes-Brantus

 

bouton Abonnement NL FXP- 350x150

 

 

FemmExpat vous conseille de lire aussi :

Juliette, une « Indian Therapy » en forme de roman

Vivre à Hyderabad, Inde

Témoignage : Bangalore, Amélie prépare son retour avec sa reconversion en artiste floral


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !