Connexion en tant que membre

Amérique du nord Calif. Etats-Unis Ma destination

Santa Barbara, est-ce vraiment le « Cannes » des Etats-Unis ?


Santa-BarbaraIdentique à la Côte d'Azur, l'American Riviera ? Alexandra est expatriée à Santa Barbara, avec son mari et ses 3 enfants. Elle nous livre le bilan de son installation et de la vie quotidienne, entre douceur de vivre et difficultés administratives.

En quittant cet été la Côte d’Azur pour nous installer avec les trois plus jeunes de nos cinq enfants à Santa Barbara, en Californie, j’ai souvent entendu que je n’allais pas trop changer mes habitudes. Il est vrai qu’aussi bien Cannes que Santa Barbara ont leur Film Festival (celui de Cannes est bien plus connu), les palmiers qui longent les plages sablées, un climat clément et une taille de ville (ni trop grande, ni trop petite) agréable. Tout cela nous a séduit quand nous avons décidé pendant les vacances d’été 2013 de tenter une expatriation vers la Californie.

A notre arrivée mi-Juillet 2014, après un voyage qui a duré porte-à-porte 24 heures, nous avons été instantanément reconquis par la beauté du paysage et de la ville de Santa Barbara. Contrairement à la Côte d’Azur, Santa Barbara a encore le charme d’une ville des années 1950, précieusement gardé par la bienveillance des habitants de la ville qui s’opposaient (et le font encore) à trop de constructions et ordonnent des règles très strictes d’urbanisation pour maintenir le style hispanique d’influence mexicaine des maisons. Tout cela est très harmonieux et on oublie presque que l’agglomération de Santa Barbara compte 400.000 habitants, c’est donc plutôt comparable à Nice qu’à Cannes. D’ailleurs toute la côte pacifique, de Carpinteria à Goleta est bien préservée et n’a nullement subi le triste sort de la construction à outrance de la Côte d’Azur.

The American Riviera

Cette Côte d’Azur que les anglophones appellent « the French Riviera », trouve son homologue néanmoins ici, connu à être « the American Riviera ». Les deux sont exposés vers le sud, baigné dans le soleil, avec une lumière magnifique qui a séduit beaucoup d’artistes (peintres, show business…). Ces vertus attirent aussi les riches de ce monde, en conséquence l’immobilier est plus cher ici qu’ailleurs (à l’exception de quelques grandes agglomérations). Comme l’immobilier sur la Côte d’Azur qui peut dépasser les prix intramuros à Paris, quelques-unes des maisons les plus chères d’Amérique se trouvent dans la petite ville de Montecito, qui jouxte la limite est de Santa Barbara.

los_gatosNous avons fait le choix pour les premières années ici de louer plutôt que d’acheter notre logement. Grace aux différents sites (craigslist, zillow, vrbo, airbnb, google maps…) nous avons scruté le marché de la location quelques mois avant notre arrivée et sommes tombés sur une annonce qui nous correspondait. La maison nous convient dans tous les aspects et correspond jusqu’aux moindres détails à la description et aux photos de l’annonce. Du coup nous avons tout de suite pu nous situer et nous sentir « chez nous ».

La vie dans une ville de la taille de Santa Barbara nécessite qu’on se déplace en voiture, nous avons quand même cherché un emplacement pour notre maison pas trop loin de l’école des enfants. Il y a rarement des embouteillages sur notre chemin, ce qui rend la vie très agréable. Au bout de quelques semaines nous avons dû refaire nos permis (code et conduite), ce qu’il ne faut pas prendre à la légère et se préparer aux examens, car les règles sont quand même un peu différentes.

Vie quotidienne, école et administration

La vie quotidienne aux Etats Unis nous semble bien moins chère qu’en France, même si nous n’ajustons pas pour le taux de change actuel (qui bien entendu renforce encore cette comparaison). Après trois mois sur place nous avons trouvé les bons endroits pour faire les courses (Wholefood, Trader Joe’s, Gelsons, CostCo, HomeDepot, Michaels…), nous nous sommes avec joie habitués à trouver les magasins ouverts tous les jours et nous sommes toujours émerveillés par le service client légendaire des Américains. Le choix de restaurants est énorme, avec des prix très raisonnables et des portions qui nécessitent qu’on en remporte une bonne partie à la maison pour le lendemain.

Le même enthousiasme américain caractérise l’école de nos enfants, un établissement privé, qui est ravie d’accueillir des élèves venant d’ailleurs. Cette année ils ont recruté une professeur pour aider les 18 nouveaux étudiants venant de Chine, du Chili, du Mexique, de Suède et nos trois Français. L’adaptation a été rapide, car nos enfants ont été scolarisés dans un établissement anglais sur la Côte d’Azur, donc ils n’avaient quasiment pas de barrière de langue.

Contrairement à mes attentes, l’administration américaine sur place n’est guère plus efficace qu’en France. Certes, l’accueil est très agréable et souriant. Le nombre des formulaires est réduit et moins complexe à remplir, on comprend mieux le sens des questions. Mais ensuite ça se gâte. Du coup, après trois visites à la Social Security Administration, j’attends toujours la Social Security Card (je connais le numéro, grâce à la deuxième visite, mais la carte se « perd » chaque fois miraculeusement…). Idem pour du courrier du bureau qui a été pendant quelques semaines renvoyé à l’expéditeur par la poste plutôt qu’être livré. Et quand la dame à la Poste m’explique avec un large sourire qu’elle est désolée pour cette erreur et espère que cela ne causait pas d’autre désagrément, je me sentais presque de retour en France…

Alexandra Merz (2)

Alexandra M.

Toute cette aventure d’expatriation a été la source de deux blogs :

  •  www.countdown2santabarbara.blogspot.fr raconte notre périple pour obtenir le Visa E-2 d’investisseur aux Etats-Unis. Il a été notre journal de bord des derniers quatre mois en France, nos craintes et espoirs, les détails de notre démarche et il a permis de faire connaissance avec de nombreux autres candidats à l’expatriation. Nous avons aussi créés un cercle d’entre-aide pour ceux qui souhaitent se lancer dans le Visa E-2. Ils peuvent nous contacter par email à alexandra@houglet.com pour davantage de conseils.
  • Depuis notre arrivée, nous avons commencé un deuxième blog www.new2santabarbara.blogspot.fr, qui nous permet de partager nos émotions et conseils sur place.

Femmexpat vous conseille de lire :

Vivre à Portland, Oregon

Vivre à Baltimore, Maryland

Vivre à Detroit, Michigan, Etats-Unis

Vivre à Santa Cruz, en Californie


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS FACEBOOK LIVE

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

Nos derniers articles !