Connexion en tant que membre

La Prévention La santé Mes dossiers

LA SANTE A L’ETRANGER : TEMOIGNAGES


Dans notre dernière enquête vous étiez 68% à nous dire que la santé en expatriation était une de vos préoccupations majeures ! 

Voici donc comment en expatriation, vous les femmes, vous vivez la santé dans votre pays.Pour celles qui sont sur le départ, ces témoignages vont vous informer et vous rassurer !

Plusieurs grands traits ressortent, soit selon vos réponses soit aussi selon vos commentaires, toujours très précieux.

Dans de nombreux pays, vos inquiétudes s’estompent à l’arrivée
Avant le départ, ce qui vous souciait le plus était quel serait l’état des structures hospitalières : vous étiez 65 % à y penser, jusqu’à vous en faire vraiment du souci.
Une fois sur place, 55% d’entre vous ont pu constater que vos craintes initiales ne correspondaient pas à la réalité :
"J’étais partie avec beaucoup de craintes, et ce que j’ai trouvé là-bas a dépassé mes espérances" (Mexique),
"Compétences des médecins excellentes, bonne prise en charge" (Inde).
35% d’entre vous se sont appuyées aussi sur la communauté des expats pour obtenir les bonnes adresses, celle du "bon médecin", ce qui rassure :
"Le bouche à oreille nous a énormément aidés",
"Les tuyaux entre expats sont très importants que ce soit pour de bonnes ou de mauvaises expériences".

Si le traitement des maladies se fait sur place, pour le suivi médical et les pathologies plus graves, vous préférez votre patrie
Vous êtes nombreuses à nous dire que vous consultez dans votre pays d’expatriation pour des maladies, des petites urgences, mais en ce qui concerne le suivi médical et contrôle de routine de vous-même et votre famille (ophtalmo, dermato, gynéco, orthodontiste, etc.) et pour les "gros pépins", vous privilégiez votre pays : France, Belgique, Québec. 31% d’entre vous consulte en France...
"Je ne consulte en Italie que pour les urgences ; pour tout ce qui peut se planifier je consulte en France"
"A chaque retour, je prends des tas de rendez-vous chez les spécialistes pneumologue, allergologue, podologue, etc."
"Il est impératif pour certaines urgences de sortir de Chine pour se faire soigner. Les patients sont dirigés vers Hong Kong ou la France."

Ceci s’explique notamment par :
la confiance en ses médecins,
la communication ou barrière de la langue
et aussi pour 28% d’entre vous par des coûts très élevés.

Pourtant certaines d’entre vous ont trouvé le bonheur complet en matière de santé dans leur pays d’expatriation, à tel point qu’elles préfèrent se faire soigner là-bas plutôt qu’en France :
"J’évite désormais de me faire soigner en France, en dehors des consultations classiques",
"En France, il est difficile de trouver un bon médecin, les hôpitaux sont tristes et le service aux malades est déplorable. Mais chacun peut avoir accès aux soins, ce qui est un atout énorme et précieux."

La maternité, un sujet majeur 
Avoir un enfant à l’étranger, vous êtes nombreuses à l’avoir fait, de Dallas à Singapour.
Certaines d’entre vous mènent leur grossesse complète à l’étranger, tandis que d’autres rentrent en France.
Voici quelques-uns de vos commentaires sur ce sujet :
"J’ai passé toute ma grossesse à l‘étranger, ma première grossesse en plus, et tout s’est très bien passé"(Argentine),
"J’ai accouché en France, non pas à cause de l’infrastructure, mais à cause des différences culturelles et pratiques médicales"(Roumanie)
"Je suis inquiète car ma première grossesse se passe dans des conditions médicales limitées" (Bénin)

Le coût des soins rentre également en ligne de compte, notamment à cause des délais pour la protection sociale :
"les assurances privées sont pénalisantes : ’ interdiction’ de tomber enceinte les 9 premiers mois de l’expatriation ou du début du contrat de l’assurance."

Les enfants : du bon et du moins bon
Pour 46% d’entre vous, la santé de vos enfants ne vous préoccupe pas plus qu’en France.
Ensuite, pour 32% d’entre vous, vos enfants nécessitent des soins avec des demandes particulières (orthodontie, orthophonie, etc.) et des difficultés scolaires liées notamment à la dyslexie, etc. (12.6%)

Autres facteurs de préoccupation :
La pollution (ex : Chine), la rupture de la chaîne du froid pour certains aliments, la surmédicalisation (Etats-Unis), les médicaments (fiabilité en Angola, mode l’administration en Pologne, etc. ) et concernant les soins spécifiques, la plupart d’entre vous les fait administrer soit en France, en Belgique, au Québec etc.

Les difficultés scolaires
Grâce aux ressources que procure la communauté francophone, la plupart d’entre vous parvient à faire accompagner ses enfants :
"J’ai trouvé un accompagnement de meilleure qualité, pour les problèmes de dyslexie et d’attention, qu’en Belgique"
"Nous avons trouvé une orthophoniste française qui venait à l’école, ouf !"

La santé a un coût à l’étranger, vous le constatez de façon très lucide
A travers vos réponses, vous êtes peu à trouver un bon rapport qualité/prix dans votre pays d’accueil (ce qui semble le cas au Mexique et en Turquie par exemple).
En règle générale, les soins sont très chers.

Vous avez pour la plupart accès à une médecine de qualité car vous avez êtes dotées d’une bonne protection sociale : 37% une assurance privée au premier euro, 36% par la Caisse des Français de l’Etranger + une mutuelle, 12% le régime local, 11.5% avec un statut de détaché de la CPAM française, mais il reste quand même 3% d’entre vous qui n’a pas de protection sociale du tout, les coûts de cotisation étant trop élevés.

Bien que bénéficiant de cette protection sociale, vous faites attention, et êtes consciente d’être privilégiée et qu’il y existe dans votre pays d’accueil une médecine à deux vitesses : celle pour ceux qui ont les moyens, et celle pour ceux qui n’en n’ont pas.

Femmexpat vous conseille de lire :

Visites santé avant un départ

LES VACCINATIONS

La vaccination, c’est tout au long de la vie !


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS FACEBOOK LIVE

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

Nos derniers articles !