Connexion en tant que membre

La Maternité Mes dossiers Psycho

Burn-out maternel en expat, vous n’êtes pas seules !

Ajouter à mes favoris

 Burn-out maternel en expat, vous n'êtes pas seules !Oui le burn-out maternel existe. De plus en plus de mères craquent ! Vous n’êtes donc plus toutes seules. 

 “ Je suis au bout du rouleau, je fais pourtant tout ce que je peux mais ça ne marche pas comme je le souhaite. »

Alors que l’injonction à l’accomplissement maternel n’a jamais été aussi fort certaines mères s’épuisent à vouloir être parfaites.

 

L’injonction tyrannique

A l’aire de la parentalité et des réseaux sociaux, les enfants occupent une des premières places des préoccupations.

Les parents sont de plus en plus focus sur le développement personnel de leurs progénitures. Alors ils multiplient les activités, les défis et les contraintes dans de nombreux domaines.

L’exigence n’a plus de limites. Et la barre est de plus en plus haute – anniversaires - repas - activités sociales, sportives, musicales et artistiques - éducation scolaire et linguistique - vacances etc.

 

Le devoir de tout réussir

Certaines mères ressentent profondément le rythme et la pression de devoir réussir dans tous les domaines, de concilier une vie personnelle et professionnelle. Mais, sans faire le deuil de la mère idéale, ce tiraillement peut parfois les mener à l’épuisement psychologique et physique.

 

La mère au foyer idéale

D’autres mettent un point d’honneur à réinvestir le foyer. Elles se fixent alors comme mission de réussir leur propre rôle en tant que mère, parfois mieux que la leur !

Devenir une mère au foyer, souriante, épanouie et active mais avec des beaux enfants parfaits est presque devenue une injonction illusoire de référence. 

 

En expatriation, des repères bousculés

En expatriation, cette problématique est d’autant plus d’actualité pour les femmes. Elles ont en effet bousculé leurs repères (sacrifice professionnel, difficultés à trouver un job ou à se réinventer…) et  cherchent à donner du sens à leur nouvelle vie. Sans compter qu’avec un conjoint souvent absent, elles peuvent parfois se retrouver seules à porter tout ce petit monde à bout de bras.

La femme en expatriation est plus qu’ailleurs le ciment de la famille. Et elle n’a pas le droit de faillir. Mais se sentant parfois « perdues ou fragilisées », en quête de statut, certaines mères vont se nourrir des modèles induits par la communauté qu’elles côtoient pour se créer une nouvelle identité. Au risque de raviver dangereusement le fantasme de la mère parfaite.

 

Après quoi courent les mères ?

Excessives, dévouées corps et âmes à leurs enfants, se mettant une énorme pression, le quotidien est un combat, une montagne à gravir. Mais les mères s’accrochent à ce fantasme de toute puissance : résister, assumer et faire toujours mieux.

Prises dans une course presque obsessionnelle à la réussite, ou à la reconnaissance la « mom » se doit d’être parfaite. Et d’avoir des enfants plus que doués, performants, bilingues, sportifs et équilibrés en tout point.

 

Il faut dire que la compétition est rude au royaume des femmes !

Les regards peuvent être cruels et impitoyables ! Et Facebook et Instagram n’arrangent rien. : le spectre du parent parfait rode partout et à tous les niveaux.

Les discussions, les photos, les émissions, les articles, et la société toute entière nous tirent vers la perfection. Et malheur à celle qui n’est pas dans la course car elle peut avoir le sentiment de rater quelque chose d’important. Certaines deviennent d’ailleurs expertes en marketing digital. Elles cultivent ainsi avec aisance leurs post, blogs et « like » pour rester dans le coup.

 

Les symptômes
Mais la course à la perfection ou au « paraître parfait » ne peut durer qu’un temps.

Certaines femmes que je reçois en consultation sont épuisées par cette quête sans fin et impossible. Au bout du rouleau, désarmées, elles se demandent ce qu’elles ont fait de mal. Alors qu’elles cherchent pourtant à tout faire bien, peut-être trop bien !

 

Le burn-out maternel n’est pas une fatigue passagère

Ni une crise nerf ou un ras le bol comme on peut tous en avoir devant la difficulté de la tâche ! Non, on parle de burn-out quand l’épuisement physique et moral est atteint et que les symptômes s’installent dans la durée.

La femme en fait trop pour réussir et se sent perpétuellement débordée. Seule dans cette aventure, elle se sent souvent incomprise et se détache des gens qui l’entourent et qui l’aiment.

Souvent, d’ailleurs, le conjoint trinque aussi et tire la sonnette d’alarme. Quand ce ne sont pas les enfants premières « victimes » de cet épuisement.

 

  • Perte de confiance

La réalité ne collant pas à ses fantasmes, la mère vit des grands moments de désillusions. Et elle perd confiance dans la capacité à mener à bien sa mission. Empreinte de doutes et de questionnements, elle va redoubler d’efforts et de dévouement.

Tout va trop vite aujourd‘hui, et certaines mères s’imaginent qu’elles n’ont n’a plus le temps d’être dans l’erreur. N’arrivant plus à relativiser, quand elles se sentent débordées et stressées, elles ne voient pas les premiers signes d’alerte. 

 

  • Nervosité excessive

Les nerfs à fleur de peau, les conflits avec les enfants s’intensifient, les mots dépassent les pensées. Les réactions émotionnelles deviennent excessives et disproportionnées. La mère se met à hurler pour un verre d’eau renversé ou à l’inverse ne réagit plus quand elle se fait insulter par son enfant. Sans compter parfois des gestes violents qui partent sans retenue. Perdant patience ou autorité, elle répète en boucle les mêmes consignes qui n’ont plus d’effets.

“ Je répète 20 fois les mêmes consignes mais personne n’entend ce que je dis. Alors je me mets à hurler ! " 

 

  • Retrait

Certaines se renferment sur elles-mêmes. Car loin de leur famille, il n’est pas toujours facile de  raconter sa vie ou ses difficultés à ses nouvelles connaissances quand on vient d’arriver. Ni même se confier à son médecin de famille par Skype ou téléphone. Les grands parents trop loin ne peuvent pas non plus prendre le relais.

 

  • Culpabilité

La souffrance est là, bien réelle, mais encore tabou. Elle n’est pas toujours facile à avouer ou à assumer. Car elle met les mères dans une situation d’échec et d’impuissance là ou elles pensent qu’elles doivent exceller. Et la mère se sent d’autant plus coupable qu'elle rêve de prendre ses distances avec ses enfants qui l’ont « épuisée » !

 

Le temps passe, et ne répare pas. Les symptômes s’installent sans vraiment savoir comment on en est arrivé là ni comment se sortir de cette situation - fatigue-tristesse-impuissance-honte-épuisement émotionnel-perte d’efficacité- troubles de sommeil-stress-anxiété.

 

Au bord du gouffre, la famille paie un lourd tribut de cette descente aux enfers.

 

Comment se préservez et prévenir le burn out maternel ?
Pour éviter d’en arriver là, il est important de prendre conscience de cet idéal et de faire le deuil de ses illusions.

« Vous avez raté ou oublié quelque chose et bien bravo !» 

« Votre enfant n’a pas 15 de moyenne générale ? Ce n’est pas la fin du monde ! »

« Vous n’arrivez pas à coller aux images de bonheur bombardées sur internet ? Tant mieux » 

Vous ne savez jamais ce qui se cache derrière une image d’Epinal !

 

Les mères doivent apprendre à se faire confiance et baisser le niveau de leurs exigences.
  • Il est de leur devoir de mieux se connaitre et de lâcher prise pour se protéger. Déléguer, responsabiliser, se reposer, prendre du temps pour soi sans culpabiliser, et se féliciter.
  • La course obsessionnelle vers la perfection et le bonheur est épuisante pour tout le monde. Alors en acceptant de ne pas vouloir tout contrôler, on laisse un peu la vie faire émerger spontanément les émotions et l’on permet à chacun de faire ses propres expériences.

 

Le burn-out n’est pas une fatalité. Et il n’y a aucune honte ni à en parler ni à se faire aider par un professionnel. Etre mère est difficile, et personne ne détient le mode d’emploi.

Une maman épuisée a besoin d’être entourée et reconnue, et de savoir qu’elle n’est pas la seule dans ce cas.

 

Albane Giacon

Psychologue spécialiste de l’anxiété et du stress

albanegiaconpsy-coach.com

 

Besoin d'aide ?

Expat Communication propose des accompagnements personnalisés pour celles qui font face à des difficultés lors de leur expatriation. Notamment, justement, le burn-out, qu'il soit maternel ou professionnel. N'hésitez pas à prendre contact !

Et pour nos abonnées Premium, nous vous rappelons que nous sommes toujours disponibles en priorité pour vous via la fonction Question du Club Premium. Vous avez un coup de mou ? Ecrivez-nous !

 

FemmExpat vous recommande de lire aussi :

Nouveau groupe Facebook ! Ma maternité à l’Etranger

Quand bore out et burn out ne font pas bon ménage !

Baby-blues et dépression post-partum en expat


1heure pour faire le point

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

1heure pour faire le point

L'ÉTÉ EST LÀ ! DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS

Afin de mieux répondre à vos aspirations pour la rentrée,
auriez-vous 5 minutes pour remplir notre questionnaire ?
Toute l'équipe de femmexpat.com vous en remercie