Connexion en tant que membre

Le Couple Les Parents / Grands-Parents Ma vie en expatriation Vie familiale & sociale

Ma belle-mère me rend hystérique ! Conseils pour bien vivre son expat.


Ma-belle-mere-me-rend-hystérique-conseils-pour-bien-vivre-son-expatLe titre de « belle-mère » souffre d’un a priori ancré, qui lui donne une réputation, communément admise, plutôt déplorable, et même risible. Elle est souvent considérée comme l’Alpha et l’Omega de toutes les tensions… 

Ce syndrome relationnel prend une forme toute particulière pour nous, les femmes expatriées, qui vivons loin du giron familial.

 

Attention Départ - Décollage pour Singapour Gate 22. Ma belle-mère sort de mon horizon, au sens propre comme au sens figuré. Et cela va durer plusieurs mois !  

Mais très vite, elle s’annonce pour une longue visite en terre inconnue… Chez nous !!

Puis, quelques mois après, c’est à notre tour. Décollage pour Paris. C’est le grand retour annuel. Quand je me projette, je vois se dessiner le mode de ces retrouvailles. Et il est indéniablement celui du toit commun-H24. Mes valises ainsi déployées chez elle, ma tribu qui déjeune en tong, son air pincé puis… ses affaires à elle contre lesquelles je me cognerai, dans ma vie bien occupée, aux antipodes de la terre.

Ce sont ses affaires ou, peut-être bien, ses principes immuables, sa manière de voir, de me voir. Elle risque de brandir une image figée de moi-même, un miroir qui accuse tous les efforts d’adaptation que je déploie.

 

Communiquer avec sa belle-mère :  MYTHE ou OPPORTUNITÉ ?

 

Pour aborder ce sujet parfois épineux, on ne peut pas faire l’économie d’une évidence. Votre belle-mère aime la personne que vous aimez vous-même. Et, en plus, elle était là avant ! Voyons comment agir pour que ce trio ne devienne pas infernal*, au risque de bloquer votre communication.

              

Premier cas : votre belle-mère est dynamique et indépendante

Elle a rendu son fils autonome et a compris depuis longtemps qu’il avait une nouvelle vie, sans elle. Respectueuse, elle est parfois distante et finalement peu disponible quand vous l’appelez ou revenez en France…

Vous vous sentez libre d’être vous-même mais cette liberté parfois vous interroge. L’intéresse-t-on un peu ? Vous pouvez parfois vous sentir ignorée.

Quelques pistes pour une relation plus harmonieuse :
  • Ne la jugez pas devant les enfants. Vous êtes partis bien loin et ce n’est peut-être pas simple pour elle non plus de ranimer sa flamme après cet ‘’abandon''.
  • Investissez du temps pour enrichir la relation à distance. Ecrivez, téléphonez, expliquez ce que vous vivez. Osez également quelques confidences sur vos difficultés. Posez-lui des questions sur ce qu’elle vit, ses goûts et ses choix. Faites naître ainsi plus de connivence.
  • Interrogez-vous en couple sur ce que vous voulez vivre avec vos parents. Et aidez-les éventuellement à trouver leur place dans le cœur de vos enfants, même et surtout à distance. Vos enfants seront d’autant plus « racinés ».

 

Deuxième cas : votre belle-mère est parfaite et vous donne la sensation de l’être aussi.

Alors bénissez-la et félicitez-vous du chemin parcouru !

 

Troisième cas : votre belle-mère est envahissante…   

Elle n’a pas encore intégré que son fils était maintenant marié. Alors elle a tendance à en nier les conséquences. Elle voit surtout qu’il a fait sa vie avec une autre femme, plus jeune qu’elle et cela engendre chez elle méfiance et jalousie. Vous avez son fils pour vous, toute l’année donc en vacances, elle veut profiter de sa présence.

Sans aller jusqu’à invoquer Œdipe ou la trahison, un éventuel amour débordant pour son fils vous donne l’impression d’être de trop. L’objectif de votre belle-mère semble parfois être votre rejet, voire la mise en évidence de vos défauts. Elle a d’ailleurs bien noté que vous ne travaillez plus et elle n’hésite pas à vous le faire remarquer. Voire à vous plaindre d’être oisive... GRRR

Malheureusement, la défensive et le contre-pied systématique ne donnent pas de bons fruits.

 

En revanche, investir de l’énergie, c’est agir sur les bons leviers.
  1. Posez des limites. Demandez par exemple à votre conjoint que jamais il ne vous compare à sa mère ! Puis donnez du temps à votre belle-mère, un certain temps mais pas tout votre temps.     
  2. Respectez mutuellement la différence :
    • Ne critiquez pas votre belle-mère devant votre conjoint. Et ne le jugez pas non plus devant elle. Un peu de diplomatie ne fait pas de mal !!
    • Ne soyez pas sur la défensive. Ne rejetez pas systématiquement les recommandations de votre belle-mère. Prenez librement en compte ce qui vous fait avancer, en bénéficiant de son expérience. Elle a bien réussi à éduquer celui qui vous a conquise… Ce qui est une preuve irréfutable de son talent !! Ne vous sentez pas offensée par ses opinions tranchées car vous risqueriez de vouloir changer pour lui plaire ou, pire, de vous venger. Rappelez-vous que vous êtes libres et adultes. Alors, si ses commentaires vous touchent et vous envahissent, prenez le temps de comprendre pourquoi et de réévaluer l’importance que vous leur donnez. Entrainez-vous (devant la glace) à réagir calmement !
  3. Sortez de votre rôle d’accusatrice et devenez actrice du changement.
    • Apprenez à connaître votre belle-mère et sachez apprécier l’amour qu’elle a pour votre progéniture.
    • Donnez à votre conjoint l’opportunité de passer du temps seul avec ses parents.
    • Osez parler avec votre conjoint de vos émotions. Il ne s’agit pas d’accuser sa mère ou de faire culpabiliser votre conjoint mais de s’exprimer pour qu’il comprenne votre ressenti, votre besoin non satisfait dans cette relation. A vous donc d’imaginer ensemble un modus-vivendi satisfaisant pour chacun. Ecoutez-le et écoutez-la mais gardez votre autonomie !

 

Enfin, il est bon de se rappeler qu’au-delà des caricatures de belle-mère, il y a une mère.

Comme nous… Et un jour nous aurons l’opportunité, et la joie, d’être belle-mère à notre tour !

Préparons-nous à prendre les différences pour des richesses et à être respectueuses de l’autonomie dont les jeunes ont tant besoin.

 

Henriette DestremauHenriette DESTREMAU

 

 

*Il se rapproche du fameux Triangle Dramatique de Karpman qui explique le rôle de chacun dans un conflit.

 

FemmExpat vous conseille également:

Vacances des expats : la communication en famille et belle-famille. Restez zen!

Retrouver la famille...


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS FACEBOOK LIVE

1heure pour faire le point

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

1heure pour faire le point

Nos derniers articles !