Connexion en tant que membre

Expat Coaching Les billets d'humeur

Le Noël covidé des expats : entre rires et larmes ?


Amies expat,

Pas facile pour Noël cette année de trouver le juste milieu entre l’optimisme béat et le pessimisme angoissant. Noël 2020 s’annonce inhabituel, contraint, amputé. Je ne voudrais pas gâcher la joie de celles qui s’apprêtent à retrouver leur famille dans un doux cocon rouge et vert aux effluves de cannelle et de sapin. Tant mieux pour celles pour qui Noël sera « comme d’habitude ». Mais pour les autres ?

Que souhaiter à celles qui passeront un Noël "sans" ? Sans les parents, sans les amis, et surtout sans les enfants ?

 

A toutes celles qui s’apprêtent à vivre un Noël en rouge et vert

Pour vous, chez qui les lumières de Noël se réfléchiront dans les yeux écarquillés des enfants, faites-nous rêver. Enfin, pas trop.

Réjouissez-vous, savourez, profitez. Mais pas trop fort pour que les autres ne se sentent pas exclues. Bref, ne boudez pas votre joie car vous savez la chance que vous avez. Que Noël rayonne dans vos maisons.

Mais quand vous parlez de votre bonheur, souvenez-vous toujours que beaucoup de ceux qui vous écoutent ou vous lisent ont le cœur en berne.

 

A toutes celles qui vivront un Noël en demi-teinte

« Tout va bien Laeti ? ». « Oui, on prépare Noël. Ca va être sympa. Tout le monde va bien. Enfin, en vrai, non… Rien ne va. Alice est coincée en France et on n’aurait jamais imaginé qu’on passerait Noël sans notre poussinette de 18 ans. On lui avait vendu une super année en France en poussant un peu pour qu’elle parte. Elle va passer Noël loin de nous, j’en suis malade. Mais pour les autres, et pour elle, il faut faire bonne figure. ».

Combien de mamans de grands enfants nous ont répondu ceci. Elles fêteront Noël avec le sourire, et le cœur serré.

L’occasion de se rendre compte de la chance qu’on a d’avoir certains de nos enfants avec nous. De se rappeler, s'il en était besoin, que nos parents ressentent la même tristesse de nous savoir loin.

Allez, poussons encore un peu, c'est aussi une façon de se rendre compte de la chance qu’on a d’habitude et dont on ne se rend pas compte.

Et même, acceptons l'idée que si ça fait si mal, c’est qu’on les aime très fort et qu’il n’y a pas d’amour sans déchirement. Et ça, les mamans, on le sait bien.
Tout cela est vrai, mais au fond de nous, on n'arrive pas à l'accepter car ce n’est pas à Noël qu’on a envie de penser à ça.

Heureusement, il y aura les amis. Et si Noël ne sera pas aussi familial que nous le voulons, il sera magnifiquement amical.

Noël covidé, Noël entre rires et larmes.

 

A toutes celles qui vivront un Noël gris confiné

Comme le disait Sabine, expatriée aux US avec son mari, loin de ses parents et de ses enfants :

« Tu m’imagines me retrouver seule avec Antoine pour Noël. A notre âge ! J’ai l’habitude de m’occuper des personnes âgées isolées pour Noël. Chaque fois, je me dis ‘ les pauvres, c’est dur Noël tout seul’. Et bien cette année, c’est nous qui sommes dans cette situation !  Vive 2021 ! »

Alors oui, cafard, révolte, dépit… Tout cela parait bien légitime.

Une bonne discussion avec des amies dans la même situation fera sûrement du bien.

Et là, on se découvre. Suis-je un peu jalouse, quand j’entends ma sœur qui elle aura tous ses enfants auprès d’elle ? Cela n’aurait rien de honteux… Ou bien ai-je la capacité de me réjouir déjà à travers les photos des autres ?

Sabine oscille entre acceptation et rancune. Parfois, elle se console en se rappelant que finalement, à l’origine, Noël n’est pas franchement une fête de famille. Un couple, un bébé, du froid et de la paille. Du bétail comme compagnie. Au départ, il n’y avait ni dinde ni vin chaud, mais plutôt un grand silence, comme celui qui l’étreint.

Alors, il lui semble se rapprocher du sens profond de cette fête qui au départ n’était ni un marché géant ni un fin gueuleton.

 

Se souvenir que Noël, c’est d’abord une minuscule lumière dans la nuit. La petite bougie d’espoir qui vacille dans le froid.

Et peut-être que Sabine a touché ce dont nous avons le plus besoin cette année. Ceux qui vivent Noël seuls, mais aussi ceux qui le vivent amputés d'une partie de ceux qu'ils aiment, et aussi bien sûr ceux qui sont entourés de tous leurs proches.

Tous, nous avons au fond de nous cette tristesse face à la séparation, la souffrance et l'injustice. Entendre ce besoin d'espérance, c'est déjà s'en approcher.

 

Et vivement que la petite lumière redevienne un joli feu qui réchauffe.

Joyeux Noël à toutes !

 

CaRNOT-Alix

Alix Carnot

Passionnée par la question du couple expatrié et celle de la carrière des conjoints, Alix a été expatriée dans 4 pays avec sa famille. Après une carrière en management et people development elle est directrice associée d'Expat Communication  et créatrice du Job Booster Cocoon. Elle est également l'auteur de Chéri(e) on s'expatrie, guide de survie à l'usage des couples aventuriés.

 

bouton Abonnement NL FXP- 350x150

 

Merci à Anne Portier-Maynard, l’auteure et créatrice de la collection "Globe-trotteurs" et Alexandra Gagne, illustratrice de la série de ces albums jeunesse pour cette jolie planche inédite !

Vous ne connaissez pas encore la série "Globe-trotteurs même pas peur" ?

Conçus sous la forme de petits ouvrages d’une dizaine de pages, ces albums s'adressent aux 3-8 ans autour de 4 volumes :

Chaque ouvrage aborde un thème sensible de l’expatriation. L’ensemble des livres constituera une boîte à outils à destination des enfants et des parents pour aborder avec eux des questions liées à la vie d’expat’. La famille globe-trotteur, au centre du récit, s’installe à Shanghai, mais elle aurait tout aussi bien pu venir vivre aux Etats-Unis ou ailleurs, puisque certains sujets sont liés à la situation et pas nécessairement au pays d’accueil.

 

>> Pour suivre les aventures de la famille globe-trotteur, c'est ici  : www.globetrotteursmemepaspeur.com 

 

FemmExpat vous recommande de lire aussi :

Expat 2020 : le film a changé

Le blues de Noël - quand on est loin de sa famille pour les fêtes

« Mon expat et le Covid-19  » : comment le virus a transformé votre expatriation

Départ pour une durée indéterminée - récit d'une famille toujours séparée par le Covid-19

Baromètre Expat Communication : quel est l’impact du Covid-19 sur l’expatriation ?


ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Prochains événements

  1. 18/05 à 14h – Atelier sur le couple interculturel

    mai 18 @ 14 h 00 min - 15 h 30 min UTC+1
  2. 21/05 à 14h – Atelier « S’expatrier en solo »

    mai 21 @ 14 h 00 min - 15 h 30 min UTC+1
  3. 26/05 à 14h – Atelier “Booster sa résilience”

    mai 26 @ 14 h 00 min - 15 h 30 min UTC+1
Femmexpat Conférences en ligne