Connexion en tant que membre

Europe Ma destination Portugal

Vivre à Lisbonne


Portugal_LisbonneDans la capitale lusitanienne, Sylvie pérégrine dans la vie lisboète avec bonheur dans ce pays résolument plus atlantique que méditerranéen. Une vie facile où "rien n’est jamais un vrai problème".

Les plages, la mer froide, les sardines grillées, la morue (bacalhau), le Fado, la Saudade....voilà tout ce que nous évoque le Portugal avant de le découvrir...

Le 27 novembre 2011, le Fado, chant mélancolique portugais qui s’exprime aux sons de la guitare lusitanienne, a été inscrit au patrimoine culturel immatériel de l’Unesco.


Arrivée dans la ville

Les immeubles anciens aux façades souvent très décaties n’ont pas de chauffage central et, pendant l’hiver, parfois très pluvieux, les radiateurs d’appoint se révèlent insuffisants.
L’été, les cafés et restaurants en terrasse sont peu nombreux et c’est la ruée vers les bonnes tables. Les balcons des immeubles sont purement décoratifs. Il est rare de pouvoir y mettre une chaise. "Je m’attendais à une vie beaucoup plus tournée vers l’extérieur".
Voici une idée reçue à oublier : le Portugal n’est pas un pays méditerranéen, mais atlantique ! Différent à bien des égards de l’Espagne.
Les Portugais sont moins expansifs que leurs voisins même si la vie nocturne explose à Lisbonne depuis quelques années dans le Bairro Alto et dans les docks rénovés le long du Tage.
Rien n’agace plus un Lisboète que d’être assimilé à un Espagnol. Voilà une gaffe courante à éviter ! Si vous ne maniez pas encore bien le portugais, ne vous adressez pas d’emblée à votre interlocuteur dans la langue de Cervantès. Demandez-lui d’abord s’il la comprend. Ce qui est, en fait... presque toujours le cas.

Ces avertissements posés, la ville, avec ses ruelles aux petits pavés luisants, ses façades ornées d’azulejos (carreaux de faïence), ses funiculaires partant à l’assaut des sept collines aux belvédères surplombant le Tage, a tout pour séduire. C’est une capitale aux dimensions humaines - 600 000 habitants, 2,2 millions pour l’agglomération : « C’est une ville très agréable à vivre, et si l’eau de mer n’est jamais très chaude, même en plein été, les superbes plages da Costa da Caparica, de l’autre côté du Pont du 25 Avril ne sont qu’à 20 mn en voiture de Lisbonne. Le Portugal est le paradis des surfers.

Le logement

Les quartiers les plus prisés par les français sont ceux proches du lycée français situé en face du centre commercial des Amoreiras : Rato, Estrela, Lapa, Campo de Ourique, Campolide, Principe real, Restelo (pour les maisons individuelles).Quelques-uns préfèrent le village chic de Cascais située à 20 kilomètres à l’ouest de la capitale. L’air y est moins lourd en été, et le centre de Lisbonne n’est jamais qu’à une demi-heure d’autoroute, mais attention au trafic aux heures de pointe ! Ceux qui n’ont pas la chance d’être défrayés par leur société essaient de reprendre ou d’acheter des appartements en ville. Les prix restent encore abordables même si les prix des appartements rénovés du Chiado flirtent avec les prix parisiens.

Le système de santé

Tout comme en Grande-Bretagne et en Italie, la médecine est à 2 vitesses. Le secteur public et gratuit exige d’avoir beaucoup de patience : prendre rendez-vous avec son médecin de secteur au « Centre de Saude » ou dans un hôpital relève de la galère. La médecine privée, elle, n’est abordable qu’avec une bonne assurance complémentaire, souvent prise en charge par la société. En revanche, elle est de qualité et fonctionne très bien. Les portugais sont les spécialistes de la file d’attente et ils prennent ça avec philosophie et résignation. Partout il vous faudra tirer un ticket « senha » et patienter ! Chose surprenante pour un français : le respect de la file d’attente. Vous ne verrez jamais un Portugais doubler quelqu’un et on peut observer des files indiennes aux arrêts de bus !

Des inconvénients largement compensés par la qualité de vie. Ici, aucun problème n’est vraiment grave et tout finit par s’arranger ! Il faut cependant s’habituer aux horaires approximatifs et aux rendez-vous pas toujours respectés. Ce qui n’empêche pas les Portugais d’être sérieux au travail.Vivre à Lisbonne

Le travail

Ils ne sont pas très matinaux, mais passent beaucoup de temps au bureau. Des horaires à rallonge qui cachent parfois un défaut d’organisation et un manque de productivité. Et surtout il y a la sacro-sainte « pause-café » et les déjeuners de travail interminables. On boit beaucoup de café au Portugal. Il est excellent et très bon marché : le prix d’un café Expresso « bica » atteint rarement 1 euro.
L’ambiance au travail est cordiale, mais le respect de la hiérarchie est très développé et le tutoiement plutôt rare au bureau. On aime les titres et on se fait appeler "Engenheiro" ou "Senhor Doutor" dès qu’on a une licence. Dans ce pays de droit écrit, il faut savoir faire face au foisonnement des lois et des règlements. L’emploi est très protégé et se débarrasser d’un incompétent est pratiquement impossible. Mais la crise qui sévit actuellement tend à assouplir ces formalités. Cette pesanteur juridique épargne curieusement la création d’entreprise. Il est très facile de se mettre à son compte.

Transport : Vive le taxi !

Bon réseau de bus et de métro pour un prix raisonnable. Mais les taxis lisboètes défient toute concurrence (entre 3 et 5 euros une course intra-muros et entre 10 et 15 euros pour se rendre à l’aéroport). Il suffit de lever la main où que ce soit et un taxi s’arrête ! On peut en user et en abuser...
Sinon, le coût des voitures et du carburant est plus élevé qu’en France alors que le smic n’est qu’à 485 euros.

L’alimentation

On trouve facilement des produits français dans toutes les grandes chaines de supermarchés à l’exception des cahiers à réglures Seyès (à mettre dans le déménagement). A noter, contrairement aux autres pays du Sud de l’Europe, il n’y a que des marchés couverts et pas toujours très bien achalandés.

Sylvie

Liens utiles :

Lisbonne accueil : Très sympa et dynamique.
Le groupe du York : contacter Michèle Pavageau, groupe de visites culturelles avec un café mensuel

En savoir plus sur Lisbonne : 

LISBONNE : les bonnes adresses et les loisirs

LISBONNE : à savoir avant le départ

Aurore, traiteur à Lisbonne

Anne, fondatrice de Lisbonne à pied

 

© ExpatCommunication 


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

Évènements à ne pas manquer

Pas d'évènements prévus pour le moment.

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !