Connexion en tant que membre

La Maternité Tunisie

Ma maternité à Tunis, Tunisie

Ajouter à mes favoris

MaternitéTunisieNotre magnifique fille est née à Tunis.  Voici comment s’est passée ma grossesse.

- le suivi de grossesse est (presque trop) parfait, avec une attention très particulière (parce que je suis Française et qu'on ne veut pas me décevoir?) de la part du gynéco : pas un retard en consultation, j'ai son numéro de portable en cas de problème, je peux l'appeler pour une simple question. J'ai une grande confiance en lui : il est formé en France et possède un meilleur équipement que celui qui m'a suivi à Marseille pour ma 1ère grossesse ! Je lui dis quand même qu'un CD avec l'écho 3D chaque mois, c'est trop...

- la chance d'être à Tunis en même temps que Magalie, sage-femme française, qui propose de l'aquagym pour femmes enceintes, en profite pour répondre à toutes nos questions à la fin des séances, nous rassure et nous chouchoute ! Un très bon complément : l'ostéopathe, qui, bien qu'exerçant dans un club de gym (sa profession n'est pas reconnue là-bas), s'adapte pour faire des séances individuelles. 

 

- L'accouchement un peu plus compliqué, car une partie de l'équipe ne parle pas français et je ne parle pas arabe. Heureusement que ce n'est pas mon premier bébé et que je sais ce que je veux : je me permets d'"exiger" que l’on pose le bébé dès sa sortie sur mon ventre, qu'on change la transfusion de place (je sais que dans le bras droit, la veine n'est pas bonne !). Le fait que le Papa ne soit pas admis quand le gynéco est là convient à mon mari, mais du coup il est confiné à une partie du couloir pour ne pas voir les autres salles d'accouchement.

 

- La surprise de voir mon bébé disparaître pendant plusieurs heures au moment du bain... les sages-femmes et aides soignantes font "à la locale" : elles laissent la mère se reposer et parler avec ses visiteurs tranquillement. Mais moi je veux la voir, ma pitchoune ! Pas de problème : on emmène une baignoire dans ma chambre, et tout le monde a compris que la règle, pour moi, c'est "bébé avec moi le plus possible". D'ailleurs, on s'étonne que ma famille ne me visite pas : pourquoi ai-je demandé une chambre individuelle, alors ? Pour moi, pas de tante, de mère, de sœur, de cousine pour dormir sur le clic-clac prévu à cet effet ! Au final, je n'ai pas le temps de recevoir de visite : j'ai accouché dans la nuit de lundi à mardi ? On me propose de sortir mardi midi... Je vais rester encore 24 h surtout qu'on autorise la visite de numéro 1 sans limite de temps !

 

- Le bémol vient peut-être après : si je n'avais pas eu l'expérience de la 1ère et de solides référents en France, l'allaitement, le suivi du nourrisson ne m'aurait certainement pas semblé aussi facile. Pour ma "grande" d'1 an, je n'ai pas trouvé de pédiatre sans discours culpabilisant : la spécialiste en allergies lui a trouvé toute les allergies du monde, le nutritionniste m'a dit que je la nourrissais mal... Très contente de pouvoir retourner visiter notre bon vieux pédiatre marseillais pour une double consultation dès notre retour !

 

- ma seule réelle déception : que mon vœu de faire don du placenta n'ai pas été assez entendu : je pensais qu'en en parlant plusieurs fois pendant ma grossesse, cela suffirait. Et bien non ! Il faut en parler quelques semaines avant l'accouchement, contacter les organismes de don du d'organe pour que tout soit prévu le jour J.

 

Encore une grande leçon de l'expatriation : il n'y a pas de différence culturelle qui ne se surmonte en exprimant nos souhaits. Il suffit de parler dans une langue commune !

Par Laurence.

 

FemmExpat vous conseille de lire : 

Votre protection sociale à l’étranger : l’expatriation au féminin
« CFE & moi – ma maternité à l’étranger » l’application mobile pour les futures mamans en expatriation


VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

Nous suivre