Connexion en tant que membre

Inde Les billets d'humeur Ma destination

« On a beaucoup réfléchi avant d’accepter une expat en Inde »


on-a-beaucoup-reflechi-avant-d-accepter-une-expat-en-Inde-charl-folscher-unsplash-UNE-femmexpat 559x520.jpg
Photo : Charl-Folscher-Unsplash

Peu importe mon nom, je ne suis qu'une des nombreuses expatriées qui chaque année quitte sa terre natale pour de nouvelles aventures... La dernière en date ? L'Inde !

Je suis le genre de personne très curieuse de nature. Je me refuse à croire tout ce qu'on m'on dit sans tester de par moi-même... J'ai donc sauté sur l'occasion de faire la guerre aux clichés indiens en suivant mon mari, muté à Pune en Inde, il y a 3 ans. 

Lorsque cette proposition d'expatriation est tombée, nous avons hésité. Et pour être honnête, nous y avons réfléchi pendant au moins 6 mois !  Nous en avions marre de Paris, des déplacements quotidiens, des horaires de travail dingues, des salaires inchangés et du fait que nous avions l’impression de ne pas nous voir : que ce soit au sein de notre couple ou avec nos enfants. 

 

Nous avions besoin d'un changement

Si vous me demandez quelle était la motivation principale dans tout cela, je ne peux pas vraiment l’expliquer très clairement... Nous savions tous les deux que nous avions besoin d'un changement. Notre fille aînée était sur le point de terminer ses études et démarrer à l'université. La plus jeune n'avait plus que deux ans avant la fin de sa scolarité. Elle fréquentait déjà une école internationale où elle étudiait en anglais, donc pas de problèmes de langue.

Nous avions une belle maison avec un jardin parfait que nous avions réussi à construire de toutes pièces dans une très bonne banlieue parisienne... Mais nous n'avions pas le temps d'en profiter.

Je suppose que nous étions juste épuisés...

Nous avons sauté sur cette opportunité parce que nous sommes arrivés à la conclusion qu'il était temps de mettre en œuvre un autre projet... Mon mari a donc quitté son job "confortable" après 25 ans au sein d'une entreprise française pour se lancer dans cette nouvelle vie, sans filet de sécurité. Je n'étais pas si courageuse. J'avais un contrat à long terme avec une université publique et pouvais demander un congé de disponibilité de quelques années : moins effrayant !

Mon mari a été le premier à partir. Six mois plus tard, en 2016, je l'ai suivi avec notre plus jeune fille et le chien.

 

On vous assure qu'il n'y aura aucun problèmes mais il y en a toujours !

Pune se situe à environ 150 km de Bombai... Et nous avons eu la chance d'effectuer un voyage de repérage avant de nous y installer. Et là, ce fut le festival des surprises et des découvertes... De quoi nous armer pour la suite.

Lorsque vous vous installez dans des pays comme l'Inde, les entreprises font généralement appel à une agence pour les expatriés qui vous fait visiter les lieux, vous montre les lieux où vivre, vous aide avec les écoles, les différentes démarches administratives, etc. Ils vous assurent toujours qu'il n'y aura pas de problèmes du tout, mais il y en aura.

Toutes les personnes que je connais ont eu des problèmes ou ont été trompées d’une manière ou d’une autre à un moment donné...

 

Des prix "indiens" versus des prix "étrangers"

La première chose à savoir c’est qu’il existe deux gammes de prix pour tout :  l’une pour les Indiens, l’autre pour les étrangers.  Ils vont essayer vraiment de vous faire payer cher. Donc n'hésitez pas à négocier.

 

Un trafic chaotique, du bruit incessant

Si vous décidez de venir en Inde, soyez prêt à faire face à un trafic chaotique non-stop et au bruit sans arrêt des klaxons. Les appartements qui vous sont proposés sont construits dans la plupart des cas avec des matériaux de bonne qualité mais malheureusement, ils ne sont pas bien isolés.

Et cela peut être un réel problème pour votre bien-être. Soyez par exemple très attentifs et conscient des chantiers de construction ou des parcelles vides à proximité de votre nouveau lieu de résidence. Les Indiens travaillent à leur guise, ce qui peut signifier les samedis et les dimanches et tard le soir. Et de toutes façons, s'il y a un règlement, ils ne le respectent pas !

 

L’absence de passages piétons s’ajoute aux difficultés

Les entreprises qui engagent des étrangers devraient proposer aux familles un cours intensif sur l’apprentissage du croisement sur la route... Il n'y a pas de règles et vous ferez l'expérience de choses incroyables, y compris des personnes conduisant en sens interdit, des personnes sans assurance ou permis de conduire, des enfants, même des bébés assis à l'avant ou à moto, sans casque.

Il m'a fallu quelques mois pour maîtriser l'art du franchissement routier à Pune. Un conseil : restez collé aux Indiens qui essaient de traverser et le succès sera assure !

 

La chaleur et le cauchemar de la pollution

La pollution est un autre inconvénient : elle vous submerge. A l'intérieur comme à l'extérieur de la maison. Vous remarquerez qu'il n'y a pas de poussière mais une couche collante noirâtre qui s'accumule très rapidement. Oubliez les promenades ou les déplacements à pied, la chaleur et la pollution en feront un véritable cauchemar et vous devrez probablement prendre une douche dès votre retour à la maison.

 

Un festival d'odeurs

Un autre aspect qui m'a frappé lors de ma première visite en Inde, et que vous remarquerez aussi très rapidement, était les odeurs.

Je dirais qu'il y en a trois principales :

  • Premièrement, le mélange d’épices dégage une odeur que vous sentirez dès votre descente de l’avion ;
  • Deuxièmement, l’odeur de bois / ordures qui brûlent lorsque vous ouvrez les fenêtres pour essayer d’aérer les pièces ;
  • Troisièmement, l’odeur persistante de la pollution.

En plus des odeurs, vous verrez souvent des déchets, des rats, des oiseaux volant de la nourriture dans des comptoirs des marchés et des conditions sanitaires atroces.

Apportez toujours avec vous une paire de chaussettes dans votre sac car les temples et de nombreuses consultations médicales vous demandent d'entrer les pieds nus ou de porter des tongs qu'ils ont déjà là et qui ont été portées avant.

 

Tout est épicé !

Certaines personnes sont très heureuses de déménager en Inde car elles aiment la cuisine indienne. Vous verrez que ce que vous avez mangé en France sous le nom d'Indien n'est PAS la nourriture indienne que vous trouverez ici. Si vous aimez les épices, les sauces lourdes et l'odeur, vous serez très heureux.

Malheureusement, je souffre d'épisodes de psoriasis et de nombreuses allergies alimentaires et je trouve extrêmement difficile de manger à l'extérieur en Inde. Si vous voyagez, il n’y a pas de service de restauration sur les autoroutes sans parler des conditions sanitaires de ses endroits, non plus dans les avions même à l’international tout est Indien et épicé. Ils ne comprennent pas le terme « zéro épices ». C'est vraiment accablant pour moi !

 

Quand luxe et pauvreté cohabitent

Enfin, je voudrais mentionner un des points qui m'a le plus choqué dans cette première visite... Il concerne l’état misérable des animaux errants en Inde et des gens qui mendient. Vous verrez des enfants, des bébés, des vieillards… Au soleil, la nuit dans la circulation, dormant, cuisinant, déféquant, tuant les poux dans les rues, plein de saleté et pauvreté. Vous verrez des chiens et d’autres animaux blessés, mal nourris, recouverts de gale…

Vous devez être une personne très forte pour faire face à cela chaque jour de votre séjour ici et vous sentirez que, malgré des efforts, rien ne semble changer. L'inde est un lieu où les animaux meurent et se multiplient sans aucun contrôle du gouvernement, sans aucune vaccination. S'ils survivent, c'est grâce à la charité de certaines personnes ou ONGs.

C’est une confrontation assez dure...

Dans le même temps, vous verrez des Indiens très très riches, avec des vêtements de marque, portant des bijoux incroyables, des voitures de luxe importées, allant à des soirées, avec un bataillon de domestiques à la maison qui ne sont même pas déclarés, etc. quand plus de la moitié de leurs compatriotes survivent avec un maigre salaire, sans soins de santé ni assurance, sans accès à une bonne éducation car le système de castes est toujours très présent... même s'il fonctionne de manière subtile.

 

Et malgré tout cela, nous avons décidé de déménager...

Après avoir découvert tout cela... nous avons à nouveau pesé le pour et le contre. Vivre à Pune en Inde n'est pas toujours facile. Nous avons nénamoins mûrement réfléchi et nous avons accepté la proposition. Je ne nierai pas que nous avions besoin d’un changement et le fait que c'était pour une période temporaire était aussi un facteur dans notre décision. Je n’étais pas très attirée par la culture ni la gastronomie, mais la plupart des Indiens sont accueillants, gentils, souriants et curieux... (parfois un peu trop curieux d'ailleurs).

L’Inde était pour moi le meilleur choix que j’avais à ce moment précis...

 

 

FemmExpat vous recommande aussi :

Les "pour" et les "contre" d'une expat en Inde

Fin de l’histoire ! Un abrupt retour d'expatriation

 

 

bouton Abonnement NL FXP- 350x150


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS FACEBOOK LIVE

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

Nos derniers articles !