Connexion en tant que membre

Afrique Algérie Ma destination

Vivre à Alger, Algérie


ALGER

La vie d’expatrié à Alger est fonction de la politique de sécurité décidée par la société qui vous y envoie car les règles à suivre vont déterminer votre mode de vie et votre degré de liberté individuelle. J’ai pu constater que selon les secteurs d’activité, l’application est plus ou moins stricte (les pétroliers et dérivés sont par exemple, très à cheval sur le respect des directives maison). La vie en famille n’étant pas non plus autorisée par toutes les entreprises, il y a pas mal de couples sans enfant scolarisé.

 

L’arrivée à Alger


Tout vol se pose à l’aéroport Houari Boumedienne, flambant neuf, car l’ aérogare international a été ouvert pendant l’été 2006. Il est géré par la société Aéroports de Paris.
L’aéroport se situe a environ 15 kms a l’est du centre ville.
On trouve quelques grands hôtels internationaux : Sofitel, Hilton, Sheraton (plus éloigné), Mercure (près de l’aéroport). La capacité hôtelière est limitée et lors de grands évènements, ils peuvent être tous complets, cela arrive plusieurs fois par an. On trouve aussi 2 grands hotels étatiques algériens, de qualité : Aurassi ( des années 70 en béton face à la baie) et le Djézair ou ex Saint Georges (vieux palais mauresque avec un très beau jardin).
Les expatriés arrivant ont souvent à séjourner dans un de ces grands hôtels le temps de trouver leur logement ou bien en attendant le déménagement. La question du déménagement est aussi fonction de la politique de votre société, certaines préférant loger ses expatriés en meublé, ou en achetant tout sur place.

Les quartiers pour vivre


Il existe des tas de petites agences immobilières plus ou moins sérieuses et efficaces. Mais comme leur commission est assez élevée, elles se bougent pour vous satisfaire. Là encore, les entreprises ont souvent une politique déterminée pour l’habitat et vous ne pouvez évidement pas vivre partout en ville. Certains quartiers sont préférés car sécurisés. Ainsi, le quartier de Hydra est privilégié car on y trouve de nombreux petits commerces, une école maternelle pour étrangers et c’est assez central, proche du consulat de France. Sont aussi très bien cotés :
el Biar, quartier d’ambassades avec une vue sur la baie, Sheraga est plus éloigné mais tranquille, Ben Acknoun et aussi le quartier de la présidence de la république : el Mouradia (aussi appelé le Golf même si le golf physique est à l’autre bout de la ville).

En visitant les appartements ou villas, j’ai été frappée par les barreaux, barbelés en rouleaux sur le haut des murs, murs qui font eux mêmes souvent au moins 4 mètres de haut !! bon, c est comme çà, il faut faire avec. L’Algérie sort de 15 ans de terrorisme pendant les années 90, ce qui explique ces précautions. Donc on fait avec, et votre villa aura sûrement toute une batterie de protections plus ou moins esthétiques !
Les loyers peuvent être élevés (plus chers que Paris) , mais comme tout est fonction de la demande, et que nous sommes en pays arabe, tout peut se discuter. Le propriétaire demande souvent de payer 6 mois à 1 an de loyer d’avance, c’est une pratique très répandue dans Alger vis à vis des étrangers.

Faire les courses

On trouve un peu partout en ville des petites supérettes, épiceries de quartier assez bien achalandées en alimentation et produits pour la maison. Tout le monde vous dira, « aujourd’hui on trouve tout à Alger ! » d’un air ravi ... oui par rapport à il y a 5 ans ou plus. Pas de panique, les copines savent très vite nous dire où l’on trouve à tous les coups des fromages importés, du bon chocolat, du saumon fumé, etc .... L’alcool (vins locaux, bières, alcools) se trouve aussi très facilement, dans des magasins ayant pignon sur rue, sortes de bars que l’on vous indique également assez vite. Il existe aussi des marchés ou halles de quartier pour les produits frais : fruits, légumes, volailles, viande et poissons. Ils se trouvent un peu partout, le mieux est de demander à ses voisins dans la rue où se trouve le plus proche, c’est assez populaire en général. Mais ils ont lieu tous les jours, se renseigner selon le quartier. Il existe un très grand marché central quotidien, appelé le marché du 1er mai (car proche de la place du même nom). Il est bon de s’y faire accompagner, ne serait ce que pour se sentir plus à l’aise, par quelqu’un qui connait déjà, ou bien un chauffeur.
Pas de supermarché à Alger. Carrefour a le projet de s’implanter vers l’aéroport, mais rien n’est encore sorti de terre en ce début 2008. il existe un ersatz de Carrefour, mais où l’on ne trouve pas ou peu de produits importés, par contre ils ont un beau rayon de poissons frais, des armoires frigo fiables tout l’été, et des bacs congélateurs qui fonctionnent tout le temps. Je fais toujours très attention à la réfrigération dans toute supérette, car l’été est très chaud et humide, et les aliments frais ne sont pas traités avec toute l’attention qu’il faudrait par les commerçants.

Côté shopping, on repassera, peu de choses à ramener. Un peu d’artisanat (céramiques, cuir touareg, tapis, cruches kabyles, laine brodée, bijoux argent ...) à signaler. Des amateurs trouvent encore des antiquités de l’époque coloniale en farfouillant tout le weekend. Non, les après midi shopping entre copines, ça n’existe presque pas à Alger et au bout de quelques mois, çà manque !

 

La vie culturelle

Bon, après le ventre, passons aux nourritures intellectuelles ... Un bon livre-guide sur Alger vous en apprendra bien plus que moi sur la ville et ses richesses. Il en existe maintenant 4 ou 5 en français, récents et de qualité, faciles à trouver à la Fnac ou équivalent. S’il y a une dizaine de musées dans la ville, il y en a peut être un qui n’est pas mentionné, c ’est le petit dernier : le MAMA ! Musée d’art moderne d’Alger, né au public en décembre 2007. il se trouve dans le centre ville, près de la grande poste, dans une rue animée et commerçante. Juste un petit mot de prudence quand on se ballade dans ce quartier populaire, être discret, sans bijou ni sac voyant, ni appareil photo, pas mal de délinquants nous repèrent très vite, nous les étrangères. Conseils identiques le jour où vous allez visiter la casbah, cela se fait même avec escorte policière (en civil) obligatoire pour les étrangers.
Puisque je vous ai emmené dans le centre ville, je dois vous parler du Centre Culturel Français, qui se trouve à quelques patés de maison du Mama, en direction de la mer. On y trouve un très important fond de bibliothèque de prêt, une cinémathèque fonctionnant toute l’année, une salle de conférences / projections / débats ou concerts avec une programmation très diverse et riche. Plus des expos dans le bout de jardin et un petit café sympa pour y attendre les copines.

On trouve aussi dans les hauteurs du quartier el Biar, un centre culturel italien, puis dans le centre ville, un Goethe institut et un centre culturel espagnol. Côté cinéma, Alger n’est plus très riche : 1 ou 2 dans le centre ville, une vieille cinémathèque en face du Mama. Il faut ensuite se rendre dans le « centre commercial » de Riad el Feth , situé sous le monument des Martyrs, dans l ’est de la ville sur les collines, pour trouver une salle multifonction qui fait cinéma, théatre, spectacles divers, la salle Ibn Zeydoun.

 

La vie associative française

Toutes les associations des Français de l’étranger sont présentes à Alger. Il est toujours intéressant de les contacter, les rencontrer et voir ce qu’elles proposent, car elles peuvent être complémentaires (Adfe ,  Alger accueil  le site est en construction mais il y a le contact, UFE, etc ). Le consulat peut bien sûr, présenter ces associations et donner les contacts.

 

La vie sportive

Le climat très agréable de la ville pendant une grande période de l’année permet de pratiquer en plein air tennis, golf, équitation, etc . On trouve une bonne quantité de salles de sport féminines ou masculines, avec des cours de presque tout. Les copines déjà installées vous feront visiter leurs lieux préférés, en présentant les monitrices et en donnant les informations sur le fonctionnement.

 

Les balades dans le pays

Elles font du bien les sorties dans l’intérieur du pays, car on peut se sentir à l’étroit dans la ville d’Alger. Toutes les régions d’Algérie et en partie la Kabylie ne sont pas accessibles à tout moment, tout dépend de la situation sécuritaire. Il est par contre, assez facile de sortir faire un petit tour le vendredi sur les ports situés vers l’ouest de la ville, en allant vers la ville de Tipaza, pour y manger du poisson frais ou des fruits de mer.
Et le pays ? Je pense que les voyages dans le grand sud algérien, dans le désert saharien sont en général plus faciles que les autres sorties. On y va surtout en avion, destinations : Ghardaia, Timimoun, Tamanrasset, Ilizi, Djanet pour les villes avec aéroports. Là en général une agence locale que vous avez préalablement contactée vous attend à votre arrivée et vous prend entièrement en charge. On peut faire des tours en chameau, en 4X4, bivouac sous la lune ou sous la tente, c’est à la carte. Des copines qui ont déjà fait le tour vous recommandent les plus sérieux, et on organise le tout depuis Alger. Ce sont toujours des équipes touareg pour faire la cuisine, conduire les véhicules et guider les promenades dans le désert.

C’est une expérience magnifique, dans des paysages grandioses de sable et de rochers. Les couleurs contrastées sont belles et on y voit pas mal de vert à mon grand étonnement ! Touffes d’herbes, petits arbres ou grands acacias. Et partout des traces des animaux sauvages et nocturnes qui se baladent discrètement après l’extinction des feux de camp.

La découverte du désert a été ma plus belle expérience de voyage en Algérie. Car c’est aussi l’histoire humaine du peuplement de cette région autrefois fertile. Les peintures et gravures rupestres que l’on voit en marchant, un peu partout dans les massifs montagneux ou sur les rochers, sont des témoignages étonnants de la vie au néolithique, dans le Sahara.

Il manque un paragraphe à ce tableau de la vie à Alger : oui, la vie avec des enfants scolarisés localement. Je ne sais pas vous répondre sur ce point, sauf qu’il y a petite école, collège et lycée. Pour les détails pratiques, il peut être utile de contacter d’autres membres de FemmExpat qui figurent dans l’annuaire.

Je vous ai décrit ma vie à Alger comme je la vis au quotidien, pas toujours simple mais assez riche si on est dynamique et curieux de cette ville. Je n’ai pas parlé de tas d’autres aspects de la vie ici, sur lesquels vous pouvez avoir des questions. Les associations françaises sur place ont élaboré un livret de la vie pratique distribué aux adhérentes, on y trouve des adresses en tout genre qui aident à s’équiper et sortir. Une des clés est de vite se repérer et s’orienter dans cette ville de vallons et de collines, pour pouvoir circuler aisément. Un bon chauffeur débrouillard et expérimenté est aussi une aide précieuse et une présence rassurante (voire obligatoire si imposé par la société qui vous envoie). Bonne préparation pour la prochaine expatriation !

 

Article rédigé par Cécile 

 

FemmExpat vous conseille de lire :

Vivre à Annaba, Algérie

Le régime matrimonial en Algérie

Mutuelle Verte : une couverture santé spécifique pour les pays du Maghreb

 


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

Prochains événements

  1. 02/11 – Café Retour d’Expat (en présentiel)

    novembre 2 @ 9 h 00 min - 10 h 30 min UTC+1
  2. 04/11- Conférence Online Etudes Post Bac Amérique du Nord

    novembre 4 @ 16 h 00 min - 17 h 00 min UTC+1
  3. Conférence Online : Commencer des études internationales en 2021, avec le Bachelor de ESCP

    novembre 5 @ 14 h 00 min - 15 h 00 min UTC+1
  4. 02/12- Conférence Online Etudes Post Bac France

    décembre 2 @ 16 h 00 min - 17 h 00 min UTC+1

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !